« L’école française, une arme de destruction massive », écrivain sénégalais

Ouagadougou, 13 mai 2024 (AIB) – Dans son livre, « L’école française : l’arme de destruction massive », l’écrivain sénégalais, Ndiaye Bocar Niang,  critique la manière dont l’éducation, modelée par des influences coloniales, a éloigné les Africains de leurs racines et de leurs langues, promouvant selon lui, un système qui favorise l’assimilation plutôt que l’innovation autonome.

Dans sa perspective de remise en cause du savoir imposé par l’école occidentale, le jeune écrivain sénégalais, Ndiaye Bocar Niang, critique  dans son livre intitulé : «L’école française : l’arme de destruction massive», la déconnexion entre les savoirs traditionnels africains et ceux imposés par les systèmes éducatifs occidentalisés, soulignant l’importance de revenir à une connaissance qui valorise l’histoire et la culture africaines, indique le quotidien Sénégal Sud Quotidien sur son site web.

Quant à l’impact du colonialisme sur l’éducation, il critique la manière dont l’éducation, modelée par des influences coloniales, a éloigné les Africains de leurs racines et de leurs langues, promouvant un système qui favorise l’assimilation plutôt que l’innovation autonome, souligne la même source.

Considérant la langue comme vecteur de savoir M. Niang évoque dans le texte, l’importance de valoriser les langues africaines dans l’éducation, pour préserver les cultures et encourager une pensée critique et indépendante.

Dans son pamphlet contre l’école occidentale, l’auteur souligne le rôle crucial des enseignants et des intellectuels africains dans la transmission des connaissances et des valeurs autochtones, tout en critiquant leur formation souvent trop alignée sur des modèles occidentaux.

« Ce livre a été conçu pour revisiter notre propre histoire, celle qui nous redonne des ailes, portant un contenu de fierté, de noblesse et de sagesse pratique. Il met en lumière le présent chaotique qui stabilise le vécu d’un continent ignorant les causes de son immobilisme », ajoute l’auteur.

Le livre de Ndiaye Bocar Niang, « École Française : l’arme de déconstruction massive » a été présenté le 11 mai 2024. Il est composé de 163 pages et édité par la maison LEA Service.

L’auteur, un jeune entrepreneur de 30 ans, s’est dit inspirer de son bref passage à l’école française pour écrire son premier livre.

Agence d’information du Burkina

DNK/ata

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!