BURKINA-MOUHOUN-JOURNEE-COUTUMES

Mouhoun/Journée des coutumes et traditions : Dédougou célèbre ses ancêtres

Dédougou, (AIB)-Les notabilités coutumières de Dédougou ont commémoré le mercredi 15 mai 2024, la journée des traditions et des coutumes, en présence des autorités régionales.

Le Burkina Faso célèbre ce 15 mai 2024, la première Journée des coutumes et traditions (JCT) instituée par le gouvernement en vue de promouvoir la laïcité de l’Etat. Dans la Boucle du Mouhoun, Dédougou n’est pas resté en marge.

Les garants des us et coutumes, autour du chef de Canton, Albert Lombo Dayo, se sont mis dans la danse.

Une cérémonie ponctuée de rites, de prestations de troupes traditionnelles et de masques.

Le chef de Canton de Dédougou a salué l’initiative du gouvernement d’avoir institué cette journée.

Il a annoncé la tenue de plusieurs activités et rituels pour meubler cet évènement dans les jours à venir.

Le Porte-parole des chefs coutumiers, Sanou Dembelé, a traduit sa reconnaissance aux autorités de la région qui sont venues honorer la chefferie coutumière et les traditions.

Revenant sur l’histoire, il a rappelé que Dédougou (Bankuy) a été fondé dans les années 1400 par Koé Dayo, qui a assumé les fonctions de chef de terre, jusqu’en 1459.

Plusieurs chefs de terre se sont succédé jusqu’à l’arrivée du colon vers la fin des années 1800 qui a opéré un changement.

Pour la gestion, a-t-il expliqué, le colon a mis en place le canton qui réunit alors plusieurs villages.

Depuis sa création, a-t-il ajouté, 12 chefs ont régné sur la  terre de Dédougou.

Le gouverneur de la région, Babo Pierre Bassinga, a dit sa fierté de venir souhaiter une bonne fête aux notabilités coutumières.

«  A côté du travail fait au front par nos forces combattantes, un travail invisible est fait par les autorités traditionnelles pour  préserver le territoire. Elles ont toujours été à nos côtés à chaque fois que de besoin. Merci pour les prières et bénédictions à l’égard de la Boucle du Mouhoun », a-t-il lancé.

Et de rappeler que beaucoup de choses ont été faites par les autorités de la transition, notamment le mois du patrimoine et celui de l’engagement patriotique qui du reste sont en lien étroit avec les traditions.

« Nos traditions s’effritent de jour en jour du fait de l’influence de la culture extérieure. Nos enfants n’auront rien à apprendre de nos valeurs. C’est face à ce danger que les autorités du pays ont initié cette journée », a-t-il justifié.

Agence d’information du Burkina

AS/hb/yo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!