Burkina-Agriculture-Investissement-Inde

Un investisseur indien prospecte le marché de production d’engrais et d’aliments pour animaux

Ouagadougou, 15 mai 2024 (AIB) – La société Swastik Trading Limited Inde, active dans l’agriculture, les mines ou encore l’hôtellerie, est à Ouagadougou pour examiner la possibilité de produire sur place de l’engrais et des aliments pour bétail et poisson.

Le patron de cette entreprise d’origine indienne, Madanraj Shah Sanjay et sa délégation, ont rencontré à ce sujet le ministre burkinabè délégué chargé des Ressources animales, Dr Amadou Dicko hier mardi à Ouagadougou.

Le ministre Dicko a rassuré ses hôtes de la disponibilité des techniciens du ministère de l’Agriculture et des Ressources animales et halieutique à les accompagner en vue de leur installation.

«Nous encourageons monsieur Sanjay à investir dans notre pays. L’offensive agropastorale et halieutique 2023-2024, lancée par notre département, vise à l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire à l’horizon 2025. Pour y parvenir, nous misons énormément sur les investisseurs privés à qui nous apportons notre assistance et les facilités nécessaires à leur implantation dans notre pays», a dit le ministre, rapporté par son service de communication

La 140e session du Conseil d’administration de la banque de développement des pays de l’UEMO (BOAD) tenue en mars dernier, a accordé un prêt de 14 milliards FCFA pour renforcer les capacités logistiques de la Société d’exploitation des phosphates du Burkina (SEPB) et lui permettre d’acheter les matières premières nécessaires à la production d’engrais minéral accessible aux petits producteurs du pays.

Le directeur général de la SEPB, Dr. Jean Ouédraogo, avait rassuré en novembre 2023 à Koupela que son usine avait les capacités techniques nécessaires pour «répondre à tous les besoins de consommation d’engrais du Burkina Faso» mais pourrait avoir des difficultés dans l’approvisionnement en matières premières.

Le Projet de développement intégré des chaînes de valeur maïs, soja, volaille et poisson et de résilience (PIMSAR) pour sa part, a prévu d’injecter en 2024 plus de 10 milliards FCFA pour booster la production locale de la volaille et du poisson.
Agence d’Information du Burkina

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!