Lutte contre les changements climatiques

Des comités contre la déforestation au Mouhoun

 

Les communes rurales de Gassan, Gossina et Yé dans la province du Nayala ont procédé à la mise en place de leurs comités et cellules techniques communaux de la Réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts (REDD+), les 19 et 20 décembre 2019 à Dédougou.

 

 

L’Initiative de la convention des Nations-Unies sur les changements climatiques, la Réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts (REDD+), travaille à trouver des formules pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre liés à la déforestation et à la dégradation des forêts. Dans le souci de trouver des solutions appropriées pour faire face à la déforestation et à la dégradation des forêts, la REDD+ entend impliquer les populations, majoritairement rurales dans la gestion des forêts jusqu’au niveau déconcentré, selon Aboudlaye Bazié, du secrétariat national technique de la REDD+. C’est dans cette optique que s’inscrit la mise en place des organes communaux. Après les communes de Dédougou, Douroula et de Tchériba dans la province du Mouhoun, c’était au tour des communes de Gassan, de Gossina et de Yé dans la province du Nayala de se doter de leurs comités et cellules techniques communaux REDD+, les 19 et 20 décembre 2019 à Dédougou.

Ces structures communales, selon les explications du principal animateur de la rencontre, Abdoulaye Bazié, sont chargées de donner des orientations sur la gestion des ressources naturelles. La mission des comités communaux, poursuit M. Bazié, entant qu’organes de pilotage, est de coordonner l’ensemble des activités entrant dans le cadre de la REDD+ au niveau communal. Ils prennent aussi des décisions en relation avec la gestion des ressources forestières ou naturelles. Quant aux cellules techniques communales REDD+, elles sont chargées principalement de mettre en œuvre ou d’exécuter les décisions prises par les organes de pilotages que sont les comités communaux. Les cellules techniques sont aussi chargées de veiller à ce que toutes les composantes de la société soient impliquées dans la mise en œuvre de l’initiative REDD+. A cet effet, Abdoulaye Bazié invite tous les acteurs à s’impliquer fortement dans la lutte contre les changements climatiques. « Les changements climatiques sont aujourd’hui une réalité et leurs conséquences sont connues. Il nous appartient de trouver des formules pour non seulement s’adapter à ces conséquences que nous ne pouvons pas éviter mais aussi de trouver des mécanismes pour s’attaquer aux causes de ces changements climatiques, notamment la préservation des forêts, des sites boisés ou la restauration des sites boisés. C’est pourquoi nous invitons tous les acteurs à travailler en synergie pour faire face à ce danger que court le couvert végétal », cri de cœur de Abdoulaye Bazié.

Kamélé FAYAMA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here