Sahel-Confédération-Projet-Parlement-Audition

Burkina: Le Parlement auditionne le Gouvernement sur le projet de ratification de la charte du Liptako Gourma

Ouagadougou, 16 mai 2016 (AIB) – Le ministre des Affaires étrangères de la Coopération régionale et des Burkinabè de l’extérieur, Karamoko Jean Marie Traoré a été entendu sur le projet de loi portant autorisation de ratification de la Charte du Liptako-Gourma, instituant la création de l’Alliance des Etats du Sahel (AES) et prévoyant la création d’une confédération de l’AES, ce jeudi à Ouagadougou, par le Parlement.
A l’audition devant la Commission parlementaire des Affaires étrangères, de la Défense et la sécurité (CAEDS), le chef de la diplomatie burkinabè est revenu sur les raisons qui ont prévalu à la création de l’AES et notamment l’insécurité persistance dans le Sahel et l’absence d’instruments endogènes pour lutter efficacement contre le terrorisme dans les trois pays.
«L’ennemi utilise les frontières poreuses des trois pays à son avantage et à travers l’AES, les pays pourront renforcer les liens et s’engager à lutter convenablement contre le terrorisme et le grand banditisme», a dit le ministre Traoré.
Par conséquent, il a invité les députés membres de la CAEDS à soutenir le projet de loi devant leurs camarades et à accompagner les actions du Gouvernement et le sacrifice des combattants pour la survie de notre pays et de ceux du Sahel en général.
Les députés se sont montrés sensibles à l’argumentaire du ministre et ont manifesté un intérêt au projet de loi.
«Avec les éléments de réponse que le ministre nous a donnés, c’est rassurant. D’autant plus que nous croyons fermement à ce projet. Parce que nous voulons en finir avec ce terrorisme et que les populations du fait du terrorisme se sont déplacées puissent retourner dans leurs localités respectives», a confié le président de la CAEDS, Daniel Zoungrana
«Pour cela on ne peut que soutenir le gouvernement pour que l’Assemblée donne son quitus afin que la ratification puisse voir rapidement le jour et que les uns et les autres retrouvent la joie et que le pays puisse retrouver la voie du développement», a poursuivi le député Zoungrana.
Les ministres des Affaires étrangères de l’Alliance des Etats du Sahel sont attendus demain vendredi à Niamey pur échanger sur les futurs textes du projet de création de la confédération entre le Niger, le Mali et le Burkina Faso
Agence d’Information du Burkina

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!