Le Burkina, le Mali et le Niger étaient déjà exclus de fait de la CEDEAO, ministre Nacanabo

Ouagadougou, 4 févr. 2024(AIB)-Les présidents Ibrahim Traoré, Assimi Goïta et Abdourahamane Tiani, n’ont fait que « matérialiser » la sortie de leurs pays de la CEDEAO car ils étaient privés des instances de décision de l’organisation, a déclaré dimanche le ministre burkinabè en charge de l’Economie, Aboubakar Nacanabo.

 » Depuis les changements intervenus au Burkina, au Mali et au Niger, nous étions déjà exclus de la CEDEAO. Nous n’étions plus invités aux grandes activités de la CEDEAO », a déclaré dimanche Aboubakar Nacanabo dans une interview accordée à l’AIB.

Il a notamment cité la conférence des chefs d’État de la CEDEAO, du conseil des ministres et même certaines réunions techniques.

« Nous avons trouvé cela déplorable. La décision du 28 janvier (2024) est une décision prise pour matérialiser véritablement leurs sorties », a expliqué Aboubakar Nacanabo.

En rappel, le Burkina Faso, le Mali et le Niger ont créé le 16 septembre 2023, l’AES pour se défendre mutuellement et promouvoir le développement.

Ces trois pays se sont retirés de la CEDEAO, le 28 janvier 2024, pour protester contre l’inféodation de l’organisation à des puissances étrangères, ses sanctions injustes et son éloignement de ses idéaux de départ.

Agence d’information du Burkina

YO-ATA/ck

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!