Accueil Blog

Cinq soldats burkinabè tués dans une embuscade à Toéni (Nord-ouest)

Burkina Faso-Terrorisme-Attaque

Cinq soldats burkinabè tués dans une embuscade à Toéni (Nord-ouest)

Ouagadougou, 20 sept. 2019 (AIB) – Cinq soldats burkinabè ont été tués, la nuit dernière dans une embuscade dans la zone de Toéni, province du Sourou, région de la Boucle du Mouhoun, à plus de 200 km  de Ouagadougou, a appris l’AIB vendredi de source locale.

Selon cette source, «l’embuscade menée hier (jeudi) nuit par des individus armés non encore identifiés, a fait également deux blessés parmi les soldats d’une patrouille militaire».

Une autre source proche de l’armée nationale précise que quatre des cinq soldats tués sont issus du 25e  Régiment parachutiste commando (RPC) basé à Bobo-Dioulasso. Il s’agirait d’un Caporal, d’un soldat de 1re classe et de deux soldats de 2e  classe.

Le 5e  soldat tombé serait un adjudant-chef issu du 23e  Régiment d’infanterie commando (RIC) de Dédougou (capitale de la région de la Boucle du Mouhoun.

Le Burkina Faso fait face, depuis plus de trois ans, à des attaques terroristes récurrentes, faisant des victimes aussi bien du côté des Forces de défense et de sécurité (FDS) que des civils.

L’une des attaques les plus sanglantes est celle enregistrée le 19 août dernier à Koutougou (Sahel) où l’armée nationale a perdu 24 soldats, mais est parvenue à «neutraliser» 40 terroristes.

Agence d’information du Burkina

Burkina : le président Kaboré exprime sa compassion après la perte de cinq militaires

Burkina-Insécurité-Attaque-Réaction

Burkina : le président Kaboré exprime sa compassion après la perte de cinq militaires

Ouagadougou, 20 sept. 2019 (AIB)-Le président du Faso Roch Kaboré a exprimé vendredi, sa compassion aux familles des cinq militaires perdus hier à Toeni (Sourou, Nord-Ouest), dans une nouvelle attaque terroriste.

 »Le président du Faso (Roch Kaboré) a exprimé sa compassion aux familles éplorées, et souhaité un prompt rétablissement aux blessés », lit-on dans une dépêche, écrite vendredi par le service de presse de la présidence du Faso.

Le chef d’Etat évoquait l’attaque terroriste qui a coûté la vie hier jeudi, à cinq militaires burkinabè à Toéni dans la province du Sourou (Nord-Ouest).

Le Burkina Faso essuie depuis janvier 2016, des régulières attaques terroristes qui se sont accrues ce dernier trimestre dans le Nord et le Centre-nord du pays, causant des dizaines de victimes et d’importants mouvements de populations.

« Nous devons nous armer de courage et de détermination pour arriver à bout » du terrorisme, a souhaité Roch Kaboré, selon son service de presse.

Agence d’information du Burkina

 

 

 

 

Education et crise au CDP, au menu des journaux burkinabè

Burkina Faso-Presse-Revue

Education et crise au CDP, au menu des journaux burkinabè

Ouagadougou, 20 sept. 2019 (AIB) – Les quotidiens burkinabè de ce vendredi abordent des sujets liés à la politique, notamment la crise au sein du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex-parti au pouvoir),  sans oublier l’éducation.

«La situation ne permet pas à certaines écoles de rouvrir», arbore le quotidien national Sidwaya qui cite ainsi, le ministre de l’éducation nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales, Pr Stanislas Ouaro.

Le journal rapporte que le ministre Ouaro, était face aux journalistes, le jeudi 19 septembre 2019 à Ouagadougou.

«La rentrée scolaire 2019-2020, le bilan des examens spéciaux, le point des affectations spéciales pour nécessité de service, étaient entre autres points-clés de cette conférence de presse du gouvernement», écrit Sidwaya.

De  son côté, le journal privé Le Pays titre : «Rentrée scolaire 2019-2020 : Près de 12 000 agents affectés par nécessité de service».

Quant au journal Le Quotidien, il reprend à sa Une, les propos du ministre de l’Education nationale déclarant que «42 720 élèves des régions de l’Est, du Centre-est, du centre-nord, du Nord, de la Boucle du Mouhoun et du Sahel (sont) affectés par la fermeture de leurs écoles».

Le même quotidien privé évoque  le congrès extraordinaire du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex-parti au pouvoir), avec cette interrogation à sa Une : «Eddie Komboïgo (président du CDP) et le bureau exécutif national, victimes de leurs succès ?».

Pour sa part, Le Pays reprend à sa Une les propos d’un groupe des membres du bureau politique de l’ex-parti au pouvoir qui dit : «Nous ne reconnaissons plus les responsables actuels du CDP comme dirigeants de parti».

Dans sa rubrique ‘’Autant le dire’’, L’Express du Faso, quotidien privé édité à Bobo-Dioulasso (2e capitale du Burkina) met en exergue : «Les frondeurs du CDP reviennent à la charge».

Pendant ce temps, L’Observateur Paalga, doyen des quotidiens privés burkinabè, dans sa ‘’Lettre pour Laye’’ aborde la crise au CDP à travers l’article intitulé : «Le congrès du CDP sous la toge du juge».

Agence d’information du Burkina

LE MONDE EN BREF DU VENDREDI 20 SEPTEMBRE

LE MONDE EN BREF DU VENDREDI 20 SEPTEMBRE

 

DUBAI – Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo, en tournée dans le Golfe, a assuré jeudi à Abou Dhabi que les Etats-Unis privilégiaient une « solution pacifique » avec l’Iran, qu’il accuse d’être à l’origine de la récente attaque contre des installations pétrolières en Arabie saoudite.

 

TUNIS – L’ancien président tunisien Zine el Abidine Ben Ali, dont la chute début 2011 avait marqué le point de départ du « Printemps arabe », est décédé jeudi à Jeddah, en Arabie saoudite, où il vivait en exil, ont indiqué les autorités tunisiennes.

 

TOKYO – Trois anciens dirigeants du groupe Tepco ont été acquittés jeudi par le tribunal de Tokyo qui a jugé qu’ils ne pouvaient être reconnus coupables de négligence ayant conduit à la catastrophe nucléaire de Fukushima après le tsunami du 11 mars 2011.

 

JERUSALEM – Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui joue sa survie politique, a pris Israël par surprise jeudi en appelant Benny Gantz à la formation d’un gouvernement d’union nationale, deux jours après des élections législatives n’ayant pas réussi à départager les deux rivaux.

 

HELSINKI – La présidence finlandaise de l’UE a exigé jeudi du Royaume-Uni une proposition d’accord écrite sur le Brexit d’ici fin septembre afin d’éviter un « no deal », un ultimatum aussitôt rejeté par Londres.

 

MONTREAL – « Totalement inacceptable »: pour la deuxième fois en 24 heures, Justin Trudeau s’est confondu en excuses pour s’être grimé en Noir lorsqu’il était jeune, après la publication jeudi de nouvelles images embarrassantes qui a fait l’effet d’une bombe en pleine campagne électorale.

 

MUNICH (Allemagne) – Le géant chinois de la téléphonie Huawei a lancé jeudi à Munich (Allemagne) son nouveau smartphone haut de gamme, le premier à être affecté par les sanctions américaines et qui est donc privé des populaires applications de Google.

 

PARIS – L’OCDE a lancé jeudi un vibrant appel aux gouvernements pour arrêter l’escalade dans la guerre commerciale et relancer une croissance mondiale en perte de vitesse, et qui devrait atteindre cette année son niveau le plus bas depuis la crise financière de 2008/2009.

 

WASHINGTON – La croissance mondiale est « fragile » et « menacée » notamment en raison des tensions commerciales, a souligné jeudi la directrice générale sortante du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, lors d’un entretien exclusif avec l’AFP à Washington.

 

WASHINGTON – Jeff Bezos, fondateur d’Amazon et homme le plus riche du monde, a mis tout le poids du géant de la distribution en ligne dans une campagne qui doit servir à aider à remplir – avec 10 ans d’avance – les engagements climatiques de l’accord de Paris.

 

NATIONS UNIES – La Russie et la Chine ont mis jeudi leur veto à une résolution de l’Allemagne, de la Belgique et du Koweït imposant un cessez-le-feu à Idleb en Syrie, approuvée par 12 pays, illustrant à nouveau la profonde division du Conseil de sécurité de l’ONU sur ce dossier.

 

LA HAVANE – Le gouvernement cubain a dénoncé jeudi comme « injustifiée » l’expulsion de deux de ses diplomates auprès de l’ONU, accusés par les Etats-Unis « d’activités qui portent atteinte à la sécurité nationale américaine ».

 

KABOUL – L’Afghanistan a été le théâtre de nouvelles attaques meurtrières pour le troisième jour consécutif jeudi, l’explosion d’un camion piégé près d’un hôpital ayant fait 20 morts tandis qu’au moins neuf civils ont péri dans une frappe de drones ayant visé des combattants islamistes.

 

WASHINGTON – Empêtrés une fois de plus en Afghanistan après l’échec de leurs négociations avec les talibans, les Etats-Unis ont accusé jeudi les autorités de Kaboul de laxisme contre la corruption, infligeant un camouflet au président Ashraf Ghani, candidat à sa réélection la semaine prochaine.

 

BRUXELLES – Une magistrate roumaine icône de la lutte anticorruption, Laura Codruta Kovesi, va prendre la tête du nouveau parquet européen, appelé à devenir un instrument-clé dans la chasse aux coûteuses fraudes et détournements de l’argent de l’UE.

 

WASHINGTON – L’épidémie de maladies pulmonaires liées au vapotage continue aux Etats-Unis, ont annoncé jeudi des autorités sanitaires fédérales toujours perplexes quant à leur cause exacte, alors que Los Angeles envisage à son tour d’interdire les cigarettes électroniques aromatisées.

 

BERLIN – Airbus est confronté en Allemagne à des soupçons d’espionnage de certains de ses salariés sur des contrats de l’armée allemande, une nouvelle affaire qui vient s’ajouter à d’autres enquêtes visant les méthodes de l’avionneur.

 

WASHINGTON – La population d’oiseaux d’Amérique du Nord s’est effondrée d’un quart depuis 1970, soit près de trois milliards de volatiles en moins dans la nature, estiment des chercheurs dans une étude d’ampleur publiée jeudi par la revue Science.

 

LONDRES – Le rappeur engagé Dave, 21 ans, a remporté jeudi soir à Londres le prestigieux Mercury Prize, avec son album « Psychodrama », qui explore l’identité noire et dénonce le racisme institutionnalisé.

 

MAINCY (France) – Fric-frac au château: des malfaiteurs ont séquestré dans la nuit de mercredi à jeudi les propriétaires de Vaux-le-Vicomte, chef d’œuvre architectural du XVIIe siècle au sud-est de Paris, d’où ils sont repartis avec un butin estimé à 2 millions d’euros.

(AFP)

Burkina : La télévision nationale ne peut résister à la concurrence (mémoire)

Burkina-Médias-Formation

Burkina : La télévision nationale ne peut résister à la concurrence (mémoire)

Ouagadougou, 19 sept. 2019(AIB)-La télévision publique burkinabè ne peut pas résister à la concurrence, à cause notamment «de la moyenne qualité de ses programmes» et des déprogrammations d’émissions, a indiqué jeudi la journaliste Marie Chantal Nikièma, lors de la présentation de son mémoire.  

«55% des téléspectateurs apprécient moyennement la qualité de la programmation et plus de 65% des téléspectateurs affirment que la RTB/Télé ne peut pas faire face à la concurrence», a affirmé Marie Chantal Nikièma.

Mme Nikiema s’exprimait jeudi, lors de la présentation de son mémoire de recherche pour l’obtention du titre de conseiller en sciences et techniques de l’information et de la communication.

«Les déprogrammations d’émissions, les débordements sur les temps d’antenne, le non- respect des rendez-vous, les programmes de moyenne qualité, le choix des horaires de diffusion de certaines émissions sont entre autre les causes des problèmes de la programmation de la RTB/Télé» a indiqué Marie Chantal Nikiema

«7% des téléspectateurs sont totalement satisfaits des programmes, alors que 43% des téléspectateurs trouvent que la RTB/Télé ne respecte pas du tout les rendez-vous», a soutenu l’impétrante.

Son thème : « Impact de l’organisation et du fonctionnement du service des programmes sur la qualité de la programmation à la RTB /télé a été jugé par trois anciens directeurs de la chaîne.

Le président du jury Adama Barro a dirigé la télévision publique de 1994 à 1997, le directeur de mémoire Yacouba Traoré de 2005 à 2008, le suffragant Pascal Yemboini Thiombiano actuel DG de la RTB, a d’abord dirigé uniquement la télé de 2008 à 2013.

Le jury qui a salué l’originalité du thème, a sanctionné le mémoire de la note de 17/20, mention très bien, décernant à Mme Nikièma, le titre de Conseillère en sciences et techniques de l’information et de la communication, option journalisme.

Marie Chantal Nikiema engagée à radio Burkina en 1997, vient de gravir toutes les étapes des emplois du ministère de la communication.

D’agent spécialisée en 2006, elle est passée assistante en 2011 après son admission au concours professionnel en 2009 avant de repartir à l’école en 2017 pour sortir conseillère en 2019.

Agence d’information du Burkina

cp/ata

Extrémisme violent au Burkina : le gouvernement réfléchit sur une feuille de route basée sur des valeurs fondamentales

Burkina-Extrémisme-Lutte

 Extrémisme violent au Burkina : le gouvernement réfléchit sur une feuille de route basée sur des valeurs fondamentales

Ouagadougou, 19 sept 2019, (AIB)- Le ministère de la Culture a échangé jeudi, avec les acteurs du département sur la production d’une feuille de route concernant des valeurs culturelles telles que la solidarité, la tolérance, le travail, devant permettre de lutter contre l’extrémisme (terrorisme) violent au Burkina Faso.

«Cela fait bientôt quatre longues années que notre pays, le Burkina Faso, jadis paisible et exemplaire par le dynamisme des activités socioéconomiques qui s’y menaient, se voit contraint de marquer le pas et de rythmer sa vie à la fréquence des activités criminelles que lui impose le terrorisme », a indiqué le ministre Abdoul Karim Sango.

D’après M Sango, une réflexion avait été engagée à Dori en 2018 avec l’ensemble des acteurs sur la production d’une feuille de route, à partir des valeurs culturelles qui sont entre autres la solidarité, la tolérance, le travail, la politesse, l’hospitalité pour contribuer à lutter contre l’extrémisme violent dans le pays.

Le ministre en charge de la Culture, des arts et du tourisme s’exprimait jeudi à Ouagadougou, au cours d’une conférence inaugurale de diffusion des résultats du colloque national sur l’extrémisme violent et les valeurs de références au Burkina.

De son avis, les réflexions de Dori étaient focalisés sur deux actes majeurs que sont la promotion d’un idéal de citoyen à travers l’éducation, les fondements d’une culture burkinabè axée sur le partage des valeurs ancestrales telles que l’intégrité, la fraternité humaine, le courage, la franchise etc.

Le ministre Sango a signalé que les acteurs culturels s’appesantiront à cette conférence inaugurale, sur la promotion de la cohésion sociale par l’intégration culturelle, gage de développement du Burkina Faso.

Il a rappelé que la problématique de la lutte contre le terrorisme ne saurait être que militaro-sécuritaire et c’est ce qui explique l’engament du président Roch Kaboré sur tous les fronts, afin de barrer la route à ce fléau (terrorisme) qui occasionne beaucoup de victimes et de milliers de déplacés dans le pays.

A entendre Karim Sango, la rencontre se veut être une tribune de réflexions autour des valeurs fondamentales et de la mise en place d’une stratégie (feuille de route) dans le combat contre l’extrémisme violent au pays des Hommes intègres.

«La vision du gouvernement est que cette lutte doit faire aussi appel à la contribution de chacun de nous tous et tous les secteurs pour favoriser une résolution durable du phénomène», a-t-il soutenu.

Le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme a enfin rassuré que cette assise nationale permettra de trouver des stratégies de riposte à l’extrémisme violent et à la résilience des populations par la culture.

Agence d’information du Burkina

no/ata

Radio Burkina : 22, 2% d’auditeurs insatisfaits de la couverture du Tour du Faso 2018 (mémoire)

Burkina-Ecoles-Médias-Cyclisme

Radio Burkina : 22, 2% d’auditeurs insatisfaits de la couverture du Tour du Faso 2018 (mémoire)

Ouagadougou, 19 sept. 2019 (AIB)-22,2% des auditeurs de la radio nationale se sont déclarés insatisfaits, de la couverture médiatique en 2018 du Tour du Faso, a soutenu mercredi, le journaliste Relwendé Jonas Kafando qui appelle à former les chroniqueurs sportifs pour un tour «plus vivant».

«Sur 239 auditeurs de radio Burkina interrogés, 40,2% sont satisfaits du contenu (du Tour du Faso 2018) proposé contre 22,2% d’insatisfaits. Sur 52 journalistes sportifs, tous médias confondus, 71% sont satisfaits», a indiqué  à l’issue de ses enquêtes,  le journaliste Relwendé Jonas Kafando.

M. Kafando présentait mercredi, à l’Institut des sciences et techniques de l’information et de la communication (ISTIC), son mémoire sur l’ «Analyse de la couverture médiatique du tour du Faso 2018 par Radio Burkina».

«Le programme de la couverture n’est pas riche» ont confié certains des 22, 2% d’insatisfaits à M. Kafando.

«Le tour n’est pas vivant. Il y a un nombre réduit de portraits et de reportages ainsi que l’absence de référence aux faits historiques sur le tour», ont soutenu d’autres.

Pour que la couverture médiatique du tour du Faso par la rtb radio soit plus aboutie, Jonas Relwendé Kafando insiste sur la formation des journalistes à propos des règles du cyclisme et la tenue  d’une conférence prévisionnelle quelques semaines, avant l’évènement.

Le jury composé du président Lézin Didier Zongo, du suffragant Jean Emmanuel Ouédraogo et du directeur de mémoire Dr Victor Sanou après avoir son exposé, les remarques et questions, a jugé son travail recevable avec la  note de 17/20, mention très bien.

M. Kafando est désormais Conseiller en sciences et techniques de l’information et de la communication, option journalisme.

Relwendé Jonas Kafando, journaliste sportif à la rtb/radio, est un ancien de la 20e promotion (2006-2008) de l’ISTIC, avant son retour à l’ISTIC  pour deux années d’études en 2017.

L’impétrant qui a également une licence en sociologie, a commencé comme animateur et producteur à la radio publique  Arc en Ciel de 2008 à 2011.

Il a reçu le prix spécial du Conseil supérieur de la Communication aux Galians 2011  grâce à sa production sur «la cohabitation entre les médias et la politique depuis les indépendances».

En 2012, il quitte Arc en ciel pour le service des sports de la radio d’où il réussit au concours professionnel en 2017.

Agence d’information du Burkina

cp/ata

 

 

 

 

 

 »Le piratage » de la RTB visait à sauver le Burkina de  »la honte », Dandjinou

Burkina-Médias-Publics-Crise

  »Le piratage » de la RTB visait à sauver le Burkina de  »la honte », Dandjinou

Ouagadougou, 19 sept. 2019 (AIB)-Le ministre de la Communication Remis Dandjinou a assuré jeudi, avoir sauvé le Burkina de la  »honte », en demandant à une structure tierce, de diffuser une rencontre internationale sur la télévision publique (RTB), boycottée selon lui par les journalistes de cette chaîne.

 »Un sommet de la CEDEAO où  vous avez 13 chefs d’États réunis, et le canal de diffusion nationale ne peut pas en être l’écho. Si je suis pirate, suis pirate, ils n’ont qu’à m’emmener devant la justice, je vais répondre », a déclaré Remi Fulgance Dandjinou, jeudi lors d’un point de presse.

Vendredi soir et samedi, la télévision publique burkinabè a diffusé les cérémonies d’ouverture et de clôture d’une rencontre internationale sur le terrorisme, alors que les journalistes de la chaîne n’ont pas couvert ces évènements.

Le syndicat national des travailleurs de l’information et de la communication (SYNATIC) a vu dans cette diffusion, un acte  de «piraterie» contre la souveraineté nationale.

«J’ai  un estime pour mon pays. Je ne peux pas permettre que dans une manifestation pareille, mon pays prenne la honte parce qu’on  est en bagarre entre nous», a soutenu le ministre.

M. Dandjinou a rappelé que le dernier sommet du Traité d’amitié et de coopération entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire, en juillet dernier, n’avait pas été convenablement couvert à cause d’une grève.

Notons aussi que depuis le 19 août 2019, les programmes des médias publics burkinabè sont perturbés, car les journalistes suivent scrupuleusement les horaires de travail de la Fonction publique qui est de 7h30 à 16h et un repos samedi et dimanche.

Ce revirement est intervenu après l’échec des négociations entre le SYNATIC et le gouvernement, à propos de l’érection des médias publics en sociétés d’État.

Agence d’information du Burkina

Hd-ata/ak

 

Burkina : 96 écoles occupées, 9514 élèves parmi les déplacés dans 3 régions  (Ministre)

Burkina-Terrorisme- Education-Rentrée

Burkina : 96 écoles occupées, 9514 élèves parmi les déplacés dans 3 régions  (Ministre)

Ouagadougou, 19 sept.2019 (AIB)-Le ministre de l’Education nationale  Stanislas Ouaro a déclaré jeudi, à la veille de la rentrée 2019-2020,  que 96 écoles sont occupées et qu’ on dénombre parmi les  déplacés, 9514 élèves dans les régions de la Boucle du Mouhoun,  du Centre-nord et du Sahel à cause de la menace de terroriste.

«Au total, 96 infrastructures scolaires qui servent de logement de fortunes sont occupées par  des personnes déplacées internes(PDI). Selon les données du Conseil national de secours d’urgence et de de réhabilitation (CONASUR), on dénombre parmi les PDI, 9514 élèves soit 591 du primaire, 6860 du post primaire et 2063 du secondaire» a annoncé Stanislas Ouaro.

M. Ouaro qui a précisé que ces informations ne concernent que 3 régions : la Boucle du Mouhoun, le Centre-nord et le Sahel, s’exprimait au cours de la conférence de presse du gouvernement, jeudi à Ouagadougou.

«Le CONASUR a recensé  46 mille 587 enfants de 3 à 17 ans dont 23 mille 062 filles et 23 mille 525 garçons qui seront réorientés vers les structures éducatives formelles pour les plus jeunes et les centres de base non formelle ou les centres à métier pour les adolescents» a ajouté le ministre de l’Education, de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales.

Selon toujours Stanislas Ouaro, pour les élèves déplacés à Ouagadougou et Bobo,  des dispositions seront prises pour  faciliter leur réinsertion, par leur dotation en kits scolaires, voire l’octroi de bourses pour les plus vénérables.

Le ministre a aussi soutenu que les examens spéciaux (du 3 au 16 septembre) ont concerné le Sahel, le centre-nord, le nord et l’Est et touché  les élèves qui ont totalisé au moins 4 mois de cours.

Sur les 2 223 attendus, 1 670 y ont pris part avec des taux de succès de 72,08% pour le CEP, 31,60% pour le BEPC et 0% pour le bac.

M. Ouaro a également réagi sur la fermeture de plusieurs établissements scolaires pour non-respect des cahiers de charges.

«Pour le compte de l’année scolaire 2018-2019 ; 2344 établissements scolaires ont été fermés temporairement au moins une fois pour raison d’insécurité(…), la reprise des activités pédagogiques pour celles qui n’ont pas pu re-ouvrir, se fera au fur et à mesure de la sécurisation des localités » a affirmé le ministre.

D’après toujours M. Ouaro,  10 079 enseignants dont 419 agents de bureau ont changé de postes d’affection au préscolaire et au primaire contre 1338 professeurs et 2 personnels d’administration au post primaire et au secondaire.

«789 établissements recensés non reconnus mais pouvant être accompagnés seront accompagnés par l’administration  et  les 315 ne pouvant pas être accompagnés seront fermés car ils compromettent l’avenir des enfants», a-t-il confié.

Ces  1104 écoles non conformes accueillent au total 87 mille 115 enfants.

«Le gouvernement ne ménagera aucun effort pour un bon déroulement de l’année scolaire» prévue le 1er octobre a assuré le ministre.

Agence d’information du Burkina

cp/ata

 

 

Présidentielle tunisienne et faits de société au menu des quotidiens burkinabè

Burkina Faso-Presse-Revue

Présidentielle tunisienne et faits de société au menu des quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 19 sept. 2019 (AIB) – Les quotidiens burkinabè de ce jeudi font la part belle aux faits de société, sans oublier la politique, notamment la présidentielle en Tunisie.

«Tunisie: la révolution par les urnes», titre le quotidien national Sidwaya qui fait remarquer dans son ‘’L’autre regard’’ que «l’universitaire à la retraite Kaïs Saïed est sorti vainqueur du premier tour de la présidentielle tunisienne du 15 septembre 2019».

L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés burkinabè, sous le titre : «Second tour de la présidentielle tunisienne : L’ovni et le bagnard», rappelle que «le second tour de la présidentielle en Tunisie, opposera, à une date qui n’est pas encore précisée, Kaïs Kaïed et Nabil Karoui».

Il souligne que les deux finalistes qui faisaient partie d’un «peloton touffu de candidats», ont récolté respectivement, 18,40% et 15,58% de voix, à l’issue des résultats du 1er tour officialisés, hier mercredi.

Dans sa rubrique ‘’Sur la braise’’, le quotidien privé Le Pays fait observer que deux anti système sont au second tour de la présidentielle en Tunisie.

Selon le journal, il s’agit d’une évolution «vers le parachèvement du Jasmin dans les urnes».

Le commentateur mentionne que «ces résultats constituent une victoire pour le peuple tunisien», avant de conclure que «c’est à lui (le peuple tunisien) d’œuvrer pour le parachèvement de sa révolution».

Le même journal évoque le lancement, la veille, des concours directs de la fonction publique session 2019, renseignant que les chiffres donnent «cette année, 1 247 751 candidats, à l’assaut de 5 892 postes à pourvoir».

De son côté, Sidwaya informe que pour ces concours directs, ce sont 28 220 candidats de la région du Centre-sud qui se disputent les postes à pourvoir.

Quant à Aujourd’hui au Faso, il consacre sa Une au forum des jeunes qui se déroule à Bobo-Dioulasso, mettant en exergue : «C’est parti depuis la ville de Sya (autre nom de la capitale économique, Bobo-Dioulasso) !».

A la Une de L’Observateur Paalga, l’on aborde un autre fait de société, sous le titre : «Village de Satiri (à une trentaine de km de Bobo-Dioulasso): Querelle autour d’un bonnet».

Agence d’information du Burkina

Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 18 septembre 2019

Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 18 septembre 2019

 

Le mercredi 18 septembre 2019, en séance ordinaire, de 09 H 15 mn à 14 H 30 mn, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, Président du Conseil des ministres. Il a délibéré sur les dossiers inscrits à son ordre du jour, entendu des communications orales, procédé à des nominations et autorisé des missions à l’étranger.

 

  1. DELIBERATIONS

 

I.1. AU TITRE DE LA REFORME DES INSTITUTIONS ET DE LA MODERNISATION DE L’ADMINISTRATION, LE CONSEIL A ADOPTE CINQ (05) RAPPORTS.

 

I.1.1. Pour le compte du ministère de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale :

 

– un rapport relatif au respect des principes de bonne gouvernance au Burkina Faso en 2018.

 

Ce rapport fait ressortir les progrès réalisés en matière de respect de la primauté du droit, de promotion de la transparence et de la responsabilité, de renforcement de la participation et de l’équité, de lutte contre la corruption et de la promotion de la performance. Il relève aussi les insuffisances dans ces domaines et formule des recommandations afin de renforcer la bonne gouvernance au Burkina Faso.

 

Selon ce rapport, de nombreuses actions ont permis de renforcer le niveau de respect des principes de bonne gouvernance dans la gestion des affaires publiques. Les insuffisances constatées ont suscité des recommandations.

 

Le Conseil a instruit les membres du gouvernement de prendre les dispositions idoines en vue de la mise en œuvre de ces recommandations pour le renforcement de la bonne gouvernance au Burkina Faso.

 

– un rapport relatif « à la réforme de la fonction publique et à la réorganisation du cadre institutionnel porteur de ces réformes ».

 

Ce rapport fait le constat d’une administration publique restée stationnaire, voire statique malgré les profondes mutations de ses missions, l’évolution du contexte et les défis nouveaux qui en découlent.

 

Cette réforme vise à exploiter les technologies numériques pour renforcer durablement le développement de notre administration et à mettre en place un dispositif organisationnel à même d’assurer toutes les diligences requises tout au long de la carrière de l’agent public.

 

Le Conseil a marqué son accord pour la mise en œuvre de cette réforme et a instruit les ministres en charge du dossier pour une mise en œuvre réussie en vue d’impulser une nouvelle dynamique d’offres de services publics par la simplification des formalités et des procédures administratives au moyen des approches technologiques et de faciliter les relations entre l’administration et ses clients internes et externes.

 

I.1.2. Pour le compte du ministère de la Femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire :

 

– un décret portant détermination de critères d’identification de la personne indigente.

 

L’adoption de ce décret permet de disposer d’une base règlementaire unique d’identification de la personne indigente pour la mise en œuvre cohérente de programmes structurants en sa faveur.

 

I.1.3. Pour le compte du ministère des Ressources animales et halieutiques :

 

– un décret portant règlementation de la médecine vétérinaire traditionnelle au Burkina Faso.

 

L’adoption de ce décret permet d’encadrer l’exercice de la profession du tradipraticien de santé animale, la fabrication et la commercialisation des remèdes comme médicaments à usage vétérinaire, en application de la loi n°48-2017/AN du 16 novembre 2017 portant Code de santé animale et de santé publique vétérinaire.

 

– un décret portant attributions, organisation et fonctionnement de la mise en place de la Plateforme nationale de coordination One Health.

 

L’approche One Health (une seule santé) a été développée et formalisée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) et l’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). C’est une approche intégrée, multisectorielle et holistique qui met en cohérence les interactions entre les animaux, les humains et les écosystèmes, dans le cadre de la prévention et de la gestion des menaces de santé publique.

 

L’adoption de ce décret permet le fonctionnement du dispositif de la Plateforme nationale de coordination One Health en vue d’accomplir efficacement ses missions.

 

  1. COMMUNICATIONS ORALES

 

II.1. Le ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la cohésion sociale a fait au Conseil une communication relative au lancement le 15 septembre 2019, des activités entrant dans le cadre de la commémoration de la fête nationale du 11 décembre 2020 à Banfora dans la Région des Cascades.

 

Le Conseil félicite les filles et fils de la région pour la mobilisation lors ce lancement et les invite à une appropriation de cet évènement national pour sa réussite.

 

II.2. Les ministres en charge des Affaires étrangères et de l’Economie, ont fait au Conseil le bilan du Sommet de concertation des Chefs d’Etat de la force G5 Sahel et le sommet extraordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO tenus respectivement le 13 et le 14 septembre 2019 à Ouagadougou.

 

Le Conseil se félicite de la réussite de ces deux sommets tenus à Ouagadougou et remercie tous les acteurs qui y ont contribué.

 

II.3. Le ministre de l’Economie, des finances et du développement a présenté au Conseil le bilan à mi-parcours de la Feuille de route de la présidence burkinabè du G5 Sahel.

 

A la date du 31 juillet 2019, le taux global de réalisation du Plan d’actions de la Feuille de route est de 52%. Ce niveau correspond à la moyenne pondérée des taux de réalisations des quatre priorités et des actions transversales. Ces priorités concernent :

 

– le renforcement des actions d’opérationnalisation de la Force conjointe ;

 

– la mise en œuvre des projets prioritaires de développement ;

 

– le renforcement des capacités du Secrétariat permanent du G5 Sahel ;

 

– le renforcement de la résilience des femmes et des jeunes, la cohésion sociale et les droits humains.

 

II.4. Le ministre du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat a fait au Conseil le bilan des mesures relatives à la consommation des produits locaux par les structures publiques.

 

Seize (16) départements ministériels ont transmis le point de leur consommation en produits locaux au titre de l’année 2018 et du premier semestre 2019.

 

La valeur globale de l’année 2018 et du 1er semestre 2019 est estimée à deux cent six milliards sept cent soixante-deux millions quatre cent quatre-vingt-douze mille douze (206 762 492 012) F CFA.

 

En 2017, la consommation globale était de onze milliards sept cent quarante-six millions six cent soixante-sept mille six cent quatre-vingt-dix (11 746 667 690) F CFA.

 

III. NOMINATIONS

 

III.1. NOMINATIONS DANS LES FONCTIONS INDIVIDUELLES

 

  1. AU TITRE DE LA PRESIDENCE DU FASO

 

Pour le compte du Conseil supérieur de la communication (CSC)

 

– Monsieur Wendingoudi Louis Modeste OUEDRAOGO, Mle 110 789 V, Juriste, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Chargé de missions.

 

  1. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ADMINISTRATION TERRITORIALE, DE LA DECENTRALISATION ET DE LA COHESION SOCIALE}

 

– Monsieur Inoussa DIANDA, Mle 260 182 F, Administrateur civil, est nommé Secrétaire général de la Province du Zondoma, Région du Nord.

 

Les personnes dont les noms suivent sont nommées Préfets de département :

 

Région de la Boucle du Mouhoun

 

– Monsieur Ouinkouni Richard OUEDRAOGO, Mle 324 921 Y, Secrétaire administratif, Département de Kougny, Province du Nayala.

 

Région du Centre-Est

 

– Monsieur N. Timothée ZOMBRE, Mle 260 011 X, Administrateur civil, Département de Garango, Province du Boulgou ;

 

– Monsieur Roland KI, Mle 238 330 T, Secrétaire administratif, Département de Béguedo, Province du Boulgou ;

 

– Monsieur Wendpouiré Dieudonné SAWADOGO, Mle 207 760 U, Secrétaire administratif, Département de Komtoega, Province du Boulgou ;

 

– Madame Sandrine Joséphine Diane DJIMOUDI, Mle 79 415 C, Département de Niaogho, Province du Boulgou.

 

Région du Centre-Nord

 

– Monsieur Abdoul Kader KONGZABRE, Mle 220 621 K, Administrateur civil, Département de Kaya, Province du Sanmatenga ;

 

– Monsieur Hamadou OUEDRAOGO, Mle 23 690 T, Secrétaire administratif, Département de Mané, Province du Sanmatenga ;

 

– Madame Aïcha Olga COMPAORE, Mle 97 401, Secrétaire administratif, Département de Korsimoro, Province du Sanmatenga ;

 

– Monsieur Ollé KAM, Mle 324 164 V, Secrétaire administratif, Département de Namissiguima, Province du Sanmatenga ;

 

– Monsieur Tambi ZOUMA, Mle 247 386 Y, Secrétaire administratif, Département de Pibaoré, Province du Sanmatenga ;

 

– Monsieur Harouna KABORE, Mle 303 432 V, Secrétaire administratif, Département de Naguebingou, Province du Sanmatenga ;

 

– Monsieur Sibiri NEYA, Mle 112 019 V, Agent public, Département de Sabcé, Province du Bam.

 

Région du Centre-Ouest

 

– Siaka OUATTARA, Mle 279 331 F, Administrateur civil, Département de Sapouy, Province du Ziro ;

 

– Monsieur Elie OUEDRAOGO, Mle 212 098 T, Secrétaire administratif, Département de Bakata, Province du Ziro ;

 

– Monsieur Ouamadaogo OUIYA, Mle 212 107 W, Secrétaire administratif, Département de Cassou, Province du Ziro ;

 

– Monsieur Bassirou OUEDRAOGO, Mle 229 939 K, Secrétaire administratif, Département de Gao, Province du Ziro.

 

Région du Sahel

 

– Monsieur Fernand YAMEOGO, Mle 247 386 Y, Administrateur civil, Département de Djibo, Province du Soum.

 

Région des Hauts-Bassins

 

– Monsieur Sibiri Bruno TAMALGO, Mle 212 032 S, Secrétaire administratif, Département de Kayan, Province du Kénédougou ;

 

– Monsieur Bia TOPAN, Mle 75 963 G, Secrétaire administratif, Département de Péni, Province du Houet.

 

Région du Sud-Ouest

 

– Monsieur Paul Simplice NABI, Mle 76 186 S, Secrétaire administratif, Département de Dissin, Province du Ioba.

 

Région du Nord

 

– Monsieur Zakaria OUEDRAOGO, Mle 247 333 K, Administrateur civil, Département de Gourcy, Province du Zondoma.

 

  1. AU TITRE DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION

 

– Monsieur Tobignaré Jacques GOUBA, Mle 200 455 P, Conseiller des affaires étrangères, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Consul adjoint à Kumassi (Ghana) ;

 

– Monsieur Wendpanga Jean Didier RAMDE, Mle 236 366 N, Conseiller des affaires étrangères, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé deuxième Conseiller près Mission permanente du Burkina Faso à New York ;

 

– Monsieur Michel NONKOUNI, Mle 200 462 P, Conseiller des affaires étrangères, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé deuxième Conseiller près l’Ambassade du Burkina Faso à Abidjan (République de la Côte d’Ivoire) ;

 

– Monsieur Labalo FOROGO, Colonel-Major, est nommé Attaché de Défense à l’Ambassade du Burkina Faso à Abidjan en République de Côte-d’Ivoire ;

 

– Monsieur Zitiba SAWADOGO, Colonel-Major, est nommé Attaché de Défense à l’Ambassade du Burkina Faso à Bamako en République du Mali.

 

  1. AU TITRE DU MINISTERE DE LA JUSTICE

 

– Monsieur Adama MARE, Mle 97 449 P, Greffier en chef, 1er grade, 5ème échelon, est nommé Chargé de missions ;

 

– Madame Sidpayété Nadine Michelle BAMBARA/SAVADOGO, Mle 130 250 Y, Magistrat, grade terminal, 4ème échelon, est nommée Chargée de missions ;

 

– Monsieur Adama NIKIEMA, Mle 59 823 X, Greffier en chef, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Chargé d’études ;

 

– Monsieur Boureima TIROUDA, Mle 111 102 V, Inspecteur du trésor, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Directeur financier et comptable du Fonds d’assistance judiciaire ;

 

– Monsieur Rasmané SAM, Mle 225 107 K, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur des marchés publics.

 

  1. AU TITRE DU MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE, DE L’ALPHABETISATION ET DE LA PROMOTION DES LANGUES NATIONALES

 

– Monsieur Abdoulaye ILBOUDO, Mle 49 892 W, Inspecteur de l’enseignement secondaire, catégorie PB, 1ère classe, 15ème échelon, est nommé Directeur régional des enseignements post-primaire et secondaire du Centre ;

 

– Madame Ahoua KABORE/ILLY, Mle 36 629 B, Inspecteur de l’enseignement secondaire, catégorie PB, 1ère classe, 14ème échelon, est nommée Directrice régionale des enseignements post-primaire et secondaire du Centre-Sud ;

 

– Monsieur Abdou KIRAKOYA, Mle 049 921 X, Inspecteur de l’enseignement secondaire, catégorie PB, 1ère classe, 13ème échelon, est nommé Directeur régional des enseignements post-primaire et secondaire du Plateau-Central ;

 

– Madame Julienne BENON/YAMEOGO, Mle 14 681 Z, Inspecteur de l’enseignement du premier degré, 1ère classe, 12ème échelon, est nommée Directrice régionale de l’éducation préscolaire, primaire et non formelle du Centre-Ouest ;

 

– Monsieur Yacouba SANOGO, Mle 27 254 B, Inspecteur de l’enseignement du premier degré, 1ère classe, 8ème échelon, est nommé Directeur régional de l’éducation préscolaire, primaire et non formelle des Hauts-Bassins ;

 

– Monsieur André SAYAOGO, Mle 25 879 K, Inspecteur de l’enseignement du premier degré, 1ère classe, 11ème échelon, est nommé Directeur régional de l’éducation préscolaire, primaire et non formelle du Nord ;

 

– Monsieur Zéramoussi HANDE, Mle 54 689 X, Inspecteur de l’enseignement du premier degré, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’éducation préscolaire, primaire et non formelle du Houet ;

 

– Monsieur Ragahi BAZIE, Mle 76 601 V, Inspecteur de l’enseignement du premier degré, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’éducation préscolaire, primaire et non formelle du Nahouri ;

 

– Monsieur Drissa SISSE, Mle 20 267 M, Inspecteur de l’enseignement du premier degré, 1ère classe, 12ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’éducation préscolaire, primaire et non formelle du Tuy ;

 

– Monsieur Arsène Zangbéwenné BIRBA, Mle 38 561 T, Inspecteur de l’enseignement du premier degré, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’éducation préscolaire, primaire et non formelle du Yagha ;

 

– Monsieur Maxime YARO, Mle 33 235 G, Inspecteur de l’enseignement du premier degré, 1ère classe, 8ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’éducation préscolaire, primaire et non formelle du Yatenga.

 

  1. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET DU DEVELOPPEMENT

 

– Monsieur Laurent Blaise KABORE, Mle 49 368 D, Inspecteur divisionnaire des douanes, 3ème grade, 1er échelon, est nommé Secrétaire permanent du Comité de politique fiscale ;

 

– Madame Alimata dite Nadège KABORE/PARE, Mle 91 370 W, Conseiller en aménagement du territoire et développement local, 1ère classe, 7ème échelon, est nommée Conseiller technique auprès de Madame le ministre délégué chargé de l’Aménagement du territoire ;

 

– Monsieur Windéyam Vincent de Paul YAMEOGO, Mle 58 689 T, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Directeur du contrôle des engagements du budget de l’Etat ;

 

– Monsieur Moussa KADIO, Mle 51 193 W, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Directeur du contrôle des actes administratifs ;

 

– Madame Hawa OUEDRAOGO/SIRIMA, Mle 96 904 H, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 8ème échelon, est nommée Directrice de la programmation et du suivi de l’exécution de la commande publique.

 

  1. AU TITRE DU MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DU TRAVAIL ET DE LA PROTECTION SOCIALE

 

– Monsieur Soumaïla BARRO, Mle 59 693 F, Conseiller en gestion des ressources humaines, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Directeur général de la fonction publique ;

 

– Monsieur Moctar Séïdou GANAMA, Mle 117 000 K, Conseiller en gestion des ressources humaines, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur des affaires juridiques et de la législation ;

 

– Monsieur Niguipanga Séverin TIENDREBEOGO, Mle 214 979 A, Attaché en études et analyses, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Directeur du contrôle approfondi ;

 

– Monsieur Yamatien Ibrahim HEMA, Mle 274 159 P, Conseiller en gestion des ressources humaines, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur de l’organisation des concours ;

 

– Monsieur Roger Rakiswendé OUEDRAOGO, Mle 212 435 E, Conseiller en gestion des ressources humaines, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Directeur régional de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale du Centre-Sud.

 

  1. AU TITRE DU MINISTERE DE LA COMMUNICATION ET DES RELATIONS AVEC LE PARLEMENT

 

– Monsieur Koumia Alassane KARAMA, Mle 88 788 T, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Directeur général des médias ;

 

– Monsieur Jean Louis Ludovic OUEDRAOGO, Mle 76 313 Z, Conseiller en sciences et techniques de l’information et de la communication, 1ère classe, 10ème échelon, est nommé Directeur régional de la Communication et des relations avec le parlement du Centre-Est ;

 

– Monsieur Sébastien MONNE, Mle 117 397 Y, Conseiller en sciences et techniques de l’information et de la communication, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur régional de la Communication et des relations avec le parlement de l’Est ;

 

– Monsieur Aboubacar TRAORE, Mle 273 008 G, Conseiller en sciences et techniques de l’information et de la communication, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Directeur régional de la Communication et des relations avec le parlement du Sud-Ouest.

 

  1. AU TITRE DU MINISTERE DE LA FEMME, DE LA SOLIDARITE NATIONALE, DE LA FAMILLE ET DE L’ACTION HUMANITAIRE

 

– Monsieur Bakary SOSSO, Mle 51 702 M, Administrateur des affaires sociales, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur provincial de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire des Balé ;

– Monsieur Ousséni KABORE, Mle 82 015 L, Administrateur des affaires sociales, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur provincial de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire du Bam ;

 

– Monsieur Salfo KARANGA, Mle 85 541 V, Inspecteur d’éducation spécialisée, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur provincial de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire de la Bougouriba ;

 

– Madame Delphine BICABA/KANDO, Mle 258 163 M, Conseiller d’éducation féminine, 1ère classe, 3ème échelon, est nommée Directrice provinciale de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire du Boulkiemdé ;

 

– Monsieur Rahitaba Désiré Romain COMPAORE, Mle 53 480 G, Administrateur des affaires sociales, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Directeur provincial de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire du Kadiogo ;

 

– Monsieur Jean-Paul OUEDRAOGO, Mle 109 118 S, Administrateur des affaires sociales, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur provincial de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire de la Komondjari ;

 

– Monsieur Wendingoudi Justin TIENDREBEOGO, Mle 281 468 K, Administrateur des affaires sociales, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Directeur provincial de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire du Nahouri ;

 

– Monsieur Zakaria OUEDRAOGO, Mle 85 535 R, Administrateur des affaires sociales, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur provincial de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire du Namentenga ;

 

– Monsieur Harouna SAWADOGO, Mle 92 432 Z, Inspecteur d’éducation de jeunes enfants, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur provincial de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire de l’Oudalan ;

 

– Monsieur Ollé KAM, Mle 51 713 L, Inspecteur d’éducation de jeunes enfants, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Directeur provincial de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire du Poni ;

 

– Monsieur Lamoussa VALIAN, Mle 205 366 X, Inspecteur d’éducation spécialisée, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Directeur provincial de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire du Sanmatenga ;

 

– Monsieur Abdou GUEBRE, Mle 55 814 E, Inspecteur d’éducation spécialisée, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur provincial de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire du Sanguié ;

 

– Monsieur Karim DIALLO, Mle 53 525 A, Inspecteur d’éducation de jeunes enfants, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Directeur provincial de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire du Séno ;

 

– Monsieur Lassina SOUGUE, Mle 205 427 K, Administrateur des affaires sociales, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Directeur provincial de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire du Sourou ;

 

– Monsieur Karim ZOUMA, Mle 247 144 H, Administrateur des affaires sociales, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Directeur provincial de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire du Soum ;

 

– Monsieur Arzouma Norbert KIELEM, Mle 281 467 W, Administrateur des affaires sociales, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Directeur provincial de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire de la Tapoa ;

 

– Monsieur Issouf BAKOUAN, Mle 258 172 P, Conseiller d’éducation féminine, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Directeur provincial de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire du Yagha ;

 

– Madame Wend-Yam Caroline SORGHO/OUEDRAOGO, Mle 237 931 D, Conseiller d’éducation féminine, 1ère classe, 3ème échelon, est nommée Directrice provinciale de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire du Yatenga ;

 

– Monsieur Ousseiny NACANABO, Mle 55 779 U, Inspecteur d’éducation de jeunes enfants, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur provincial de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire du Zondoma.

 

  1. AU TITRE DU MINISTERE DES DROITS HUMAINS ET DE LA PROMOTION CIVIQUE

 

– Monsieur Pingdwendé Thierry Roland ZIDA, Mle 112 457 U, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 1er échelon, est nommé Directeur des affaires administratives et financières de la Commission nationale des droits humains (CNDH).

 

III.2. NOMINATIONS DANS LES CONSEILS D’ADMINISTRATION

 

Le Conseil a procédé à la nomination d’Administrateurs et d’un président aux Conseils d’administration de l’Ecole nationale des travaux publics (ENTP) au titre du ministère des Infrastructures et de la Société nationale burkinabè d’hydrocarbures (SONABHY) au titre du ministère du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat.

 

La liste de ces nominations sera publiée dans le Journal Officiel du Burkina Faso.

 

III.2.NOMINATIONS DANS LES CONSEILS D’ADMINISTRATION

 

  1. MINISTERE DES INFRASTRUCTURES

 

Le Conseil a adopté deux (02) décrets.

 

Le premier décret porte nomination de Monsieur Ollo Franck Hervé KANSIE, Mle 85 495 H, Ingénieur en génie civil, Administrateur représentant l’Etat, au titre du ministère des Infrastructures au Conseil d’Administration de l’Ecole nationale des travaux publics (ENTP) pour un premier mandat de trois (03) ans.

 

Le second décret nomme Monsieur Naba DABIRE, Mle 25 782 C, Administrateur des services financiers, Président du Conseil d’Administration de l’Ecole nationale des travaux publics (ENTP) pour un premier mandat de trois (03) ans.

 

  1. MINISTERE DU COMMERCE, DE L’INDUSTRIE ET DE L’ARTISANAT

 

Le Conseil a adopté un décret portant nomination de Monsieur William Alassane KABORE, Mle 49 364 X, Inspecteur divisionnaire des douanes, Administrateur représentant l’Etat, au titre du ministère de l’Economie, des finances et du développement au Conseil d’Administration de la Société nationale burkinabè d’hydrocarbures (SONABHY) pour un premier mandat de trois (03) ans, en remplacement de Monsieur Adama SAWADOGO, en fin de mandat.

 

Le Ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement, Porte-parole du gouvernement,

 

Rémis Fulgance DANDJINOU

 

Officier de l’ordre national

LE MONDE EN BREF DU JEUDI 19 SEPTEMBRE

LE MONDE EN BREF DU JEUDI 19 SEPTEMBRE

 

RYAD – Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo, en visite mercredi en Arabie saoudite, a qualifié l’attaque contre des infrastructures pétrolières du royaume d' »acte de guerre », l’attribuant de nouveau à l’Iran, peu après la présentation d’une enquête saoudienne selon laquelle Téhéran a « incontestablement parrainé » l’attaque.

 

JERUSALEM  – Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu était mercredi dans l’incapacité de former un gouvernement, après être arrivé au coude à coude avec son rival Benny Gantz à l’issue des législatives, ce qui ouvre la voie à des tractations difficiles en vue d’une coalition.

 

STRASBOURG (France) – Les responsables de l’UE ont appelé Londres mercredi à ne « pas faire semblant de négocier » pour éviter un divorce brutal du Royaume-Uni avec l’UE, prévenant les eurosceptiques britanniques qu’ils devraient rendre des comptes à leurs concitoyens.

 

LOS ANGELES – Le président américain Donald Trump a officiellement déclaré la guerre mercredi à la Californie sur les émissions de gaz à effet de serre par les véhicules, en annonçant qu’il enlevait le droit à cet Etat de fixer ses propres normes en la matière.

 

MONTREAL – Justin Trudeau a présenté mercredi ses « profondes excuses » pour s’être maquillé le visage en noir lors d’une soirée déguisée en 2001, quelques heures après la publication d’une photo embarrassante qui pourrait brouiller l’image du Premier ministre sortant, à un mois des législatives.

 

WASHINGTON – Un chantre de « la paix par la force » pour succéder au faucon va-t-en-guerre John Bolton: Donald Trump a choisi mercredi son envoyé spécial pour la libération des otages, Robert O’Brien, pour le poste stratégique de conseiller à la sécurité nationale, en pleine crise avec l’Iran.

 

MADRID – Incapable de former un gouvernement pendant cinq mois, le Premier ministre sortant Pedro Sanchez est reparti en campagne mercredi en demandant aux Espagnols une majorité nette lors du prochain scrutin de novembre mais l’exaspération monte dans le pays face à l’instabilité chronique.

 

ROME – Après des mois de brouille franco-italienne, le président français Emmanuel Macron et le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte se sont dits d’accord mercredi pour un « mécanisme automatique » de répartition des migrants, auxquels les pays de l’UE devraient participer sous peine de « pénalités financières ».

 

CARACAS – Le gouvernement vénézuélien de Nicolas Maduro a appelé mercredi les Etats-Unis à rétablir des contacts diplomatiques avec Caracas, après l’ouverture de pourparlers avec une frange minoritaire de l’opposition.

 

SAN FRANCISCO  – La Californie a ratifié mercredi une loi qui doit contraindre les géants de la réservation de voitures à requalifier les chauffeurs de VTC en salariés, mais Uber et Lyft, les deux leaders du secteur, ne s’avouent pas vaincus.

 

MONROVIA – Un incendie peut-être provoqué par un défaut électrique a causé la mort d’au moins 26 jeunes élèves, dont « plusieurs Guinéens », d’une école coranique dans les faubourgs de la capitale libérienne, Monrovia, la pire catastrophe du genre survenue depuis des années dans ce petit pays pauvre d’Afrique de l’Ouest.

 

ALGER – L’armée algérienne a durci le ton mercredi, trois jours après l’annonce d’une élection présidentielle malgré le rejet de la rue, en indiquant qu’elle empêcherait désormais les manifestants des autres régions de se joindre aux cortèges de la capitale Alger.

 

JALALABAD (Afghanistan) – Quatre civils ont été tués et 12 autres blessés mercredi dans une attaque kamikaze contre un bâtiment officiel de Jalalabad, dans l’est de l’Afghanistan, suivie de combats avec des attaquants qui s’y étaient retranchés et dont trois ont été tués.

 

ISLAMABAD – Le Premier ministre du Pakistan Imran Khan a appelé mercredi ses concitoyens à ne pas partir se battre ou « faire le jihad » au Cachemire contrôlé par l’Inde, car cela nuirait aux habitants de ce territoire, source de grandes tensions entre les deux puissances nucléaires.

 

NEW DELHI – Grand producteur de tabac, l’Inde a annoncé mercredi l’interdiction des cigarettes électroniques dans le pays de 1,3 milliard d’habitants, se joignant à une tendance de durcissement réglementaire mondial contre le vapotage.

 

KUALA LUMPUR  – La pollution de l’air due aux incendies de forêt en Indonésie a entraîné mercredi la fermeture de milliers d’écoles à travers ce pays ainsi qu’en Malaisie.

 

WASHINGTON – La Banque centrale américaine a annoncé mercredi une modeste baisse des taux d’intérêt, la deuxième en deux mois, soucieuse de protéger la première économie mondiale des incertitudes pesant sur le commerce et l’économie mondiale.

 

QUEBEC (Canada) – Après 16 années à Las Vegas, la star québécoise Céline Dion revient dans sa province natale pour présenter mercredi à Québec le premier concert de sa nouvelle tournée internationale, « Courage », la première depuis dix ans.

 

LILLE (France) – Une panthère noire qui « se baladait » sur le toit d’un immeuble près de Lille (nord de la France) a été délogée mercredi soir par les pompiers, ont indiqué les secours sur les réseaux sociaux.

 

RENNES (France) – Le maire d’une petite ville de l’ouest de la France a officiellement décrété l’obligation pour ses administrés « d’être en joie » pendant une semaine en octobre, interdisant musiques tristes et livres qui se finissent mal, à l’occasion d’un festival local.

 

(AFP)

Centre-sud : 28 220 candidatures à l’assaut des emplois publics

Burkina-Administration-Concours

 

Centre-sud : 28 220 candidatures à l’assaut des emplois publics

 

Manga, 18 sept. 2019 (AIB)-Plusieurs candidats parmi les 28 220 candidatures de la région du Centre-sud ont débuté mercredi, les épreuves des concours d’entrée à la Fonction publique qui offre cette année 5 892 emplois pour 1, 2 millions de candidatures.

 

La session 2019 des concours directs de la Fonction publique a débuté dans le Centre-sud à l’instar des autres régions du Burkina Faso. Les premiers des 28 220 candidatures inscrites pour le compte de la région se sont jetés dans la compétition ce mercredi. Les compositions sont prévues s’étaler jusqu’au 30 septembre.

 

Avant le début de l’administration des épreuves, les candidats ont reçu la visite des autorités régionales avec à leur tête la gouverneure Josiane Kabré. La délégation dit être venue les encourager et soutenir les acteurs impliqués dans l’organisation des concours.

 

La première responsable régionale, dans son adresse, a particulièrement insisté sur la bonne tenue des candidats, les invitant à travailler avec sérénité et détermination et sans velléités de tricherie.

 

«Que la chance soit avec vous que les meilleurs résultats proviennent de notre région», leur a-t-elle également lancé.

 

A l’échelle du Burkina Faso, 1 247 501 candidatures sont en lice pour les 5 892 postes à pourvoir dans les 87 concours directs session de 2019, tout diplôme confondu, lancés par le ministère en charge de la Fonction publique.

Agence d’information du Burkina

mz/ata

L’enquête est insuffisamment pratiquée dans les deux grands quotidiens burkinabè, selon le journaliste Moussa Congo

Burkina-Ecoles-Médias

 

L’enquête est insuffisamment pratiquée dans les deux grands quotidiens burkinabè, selon le journaliste Moussa Congo

 

Ouagadougou, le 18 sept. 2019(AIB)-L’enquête journalistique est insuffisamment pratiquée dans les quotidiens ‘’Sidwaya’’ (public) et ‘’L’observateur Paalga’’ (privé), a montré mardi, le journaliste Moussa Congo, lors de sa soutenance pour l’obtention du titre de Conseiller en sciences et techniques de l’information de la communication, option journalisme.

 

«Nos recherches ont établi que dans les colonnes de Sidwaya (public), seulement 10 enquêtes ont été produites en 2017, soit 0,22% des 3966 articles publiés. Sur un total de 1050 articles publiés dans L’observateur Paalga (privé) sur la même période, aucun n’a été consacré à l’enquête», a déclaré le journaliste Moussa Congo.

 

  1. Congo s’exprimait mardi lors de la présentation de son mémoire de fin de cycle à l’Institut des sciences et des techniques de l’information et de la communication (ISTIC, public).

 

Le choix du thème intitulé ‘’l’enquête dans les quotidiens Sidwaya et L’observateur Paalga en 2017’’, est guidé par la nécessité, selon lui, de «poser le débat sur la capacité des journalistes des quotidiens à réaliser des enquêtes journalistiques».

 

Dans ce sens, il ressort que 30,3% des journalistes enquêtés dans ces deux quotidiens ont moins cinq ans de métier, ce qui constitue sans doute, pour lui un «obstacle sérieux» à la réalisation d’enquêtes.

 

Pour que ce genre journalistique soit davantage pratiqué, M. Congo suggère entre autres, la création des desks spécialisés dans les grandes enquêtes, la formation régulière des journalistes à l’investigation journalistique, le journalisme collaboratif et l’affranchissement de l’autocensure.

 

Le jury composé de Noël Da (président), de Rabankhi Abou-Bâkr Zida (suffragant) et du directeur de mémoire Victor Sanou, après avoir examiné minutieusement le travail de l’impétrant, l’a jugé recevable en le sanctionnant de la note de 16/20 (mention très bien).

 

Après deux années scolaires passées à l’ISTIC, M. Congo est ainsi désormais conseiller en sciences et techniques de l’information de la communication, option journalisme.

 

En rappel, Moussa Congo du quotidien Sidwaya, a été lauréat par quatre fois, du prix Galian, récompensant annuellement les meilleurs journalistes au Burkina Faso.

 

Il a produit plusieurs enquêtes dont une sur le sujet tabou de l’homosexualité à Bobo-Dioulasso (Ouest, 2016) et l’autre sur la prostitution des femmes mariées et des salariées à Fada N’Gourma (Est, 2017).

 

La dernière enquête citée, lui a valu de nombreuses et violentes menaces, particulièrement sur les réseaux sociaux.

Agence d’Information du Burkina

cs/ata

Photo: Remi ZOERINGRE/Sidwaya

Burkina: Les télévisions privées débourseront 75 millions de FCFA par an pour la redevance TNT

Burkina Faso-Médias-TNT-Redevances

Burkina: Les télévisions privées débourseront 75 millions de FCFA par an pour la redevance TNT

Ouagadougou, 18 sept. 2019 (AIB) – Les télévisions privées du Burkina Faso vont payer 75 millions de francs CFA de redevance  pour diffuser leurs programmes sur le territoire national, à travers la Télévision numérique de terre (TNT), a-t-on appris jeudi, auprès de la primature.

Selon un communiqué de la direction de la communication et de l’information du premier ministère, le comité de pilotage de la TNT s’est réuni mardi à Ouagadougou, sous la présidence du Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré.

«A l’issue de la rencontre, il a été décidé que les Éditeurs de presse privée doivent s’acquitter à partir du 1er janvier 2020, de la somme de 75 millions de FCFA, si elles veulent que leurs contenus soient diffusés sur  toute l’étendue du territoire national burkinabè», renseigne le document.

Le même texte rappelle que depuis deux ans, des discussions se mènent au sein du comité de pilotage de la TNT, par rapport au coût de la redevance que doivent payer les télévisions privées, pour figurer dans le bouquet TNT du Burkina Faso.

Le consensus  trouvé sur les redevances, stipule que la couverture nationale est répartie en trois zones, à savoir les zones A (Ouagadougou), B (Bobo-Dioulasso) et C pour les 11 autres chefs-lieux de région.

Il en ressort que les autres redevances seront fixées ultérieurement par un comité restreint, sous la supervision du chef du gouvernement et que les télévisions confessionnelles vont connaitre une baisse de 25% des redevances à payer.

Le Burkina Faso a basculé dans la TNT depuis décembre 2017, mais continue d’utiliser le signal analogique jusqu’au 31 octobre 2019, date prévue pour l’extinction définitive.

Selon les  chiffres de la Société burkinabè de télédiffusion (SBT), le pays a aujourd’hui une couverture du territoire national qui frôle 98%.

Agence d’information du Burkina

Sécurité et politique à la Une des quotidiens burkinabè

Burkina Faso-Presse-Revue

Sécurité et politique à la Une des quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 18 sept. 2019 (AIB) – Les quotidiens burkinabè de ce mercredi traitent de l’actualité nationale marquée par des questions liées à la sécurité et à la politique.

«Lutte contre le terrorisme : L’envoyé spécial de la France pour le Sahel à Kosyam», arbore le quotidien national Sidwaya qui informe que le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a reçu, hier mardi au palais présidentiel de Kosyam, l’envoyé spécial de la France pour le Sahel, Christophe Bigo.

Pour sa part, Aujourd’hui au Faso (privé) parle de la coopération militaire, informant que le général Towsend du Commandement des États-Unis pour l’Afrique (AFRICOM) était, la veille,  chez le président Roch Kaboré.

Pendant ce temps, L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés burkinabè, donne la parole à l’évêque de Kaya, Mgr Théophile Naré qui évoque la situation sécuritaire dans la région du Centre-nord.

Selon le religieux, «l’Etat devrait se manifester davantage dans cette région (Centre-nord)».

Le même journal relate que des partis affiliés au Chef de file de l’opposition politique (CFOP) ont animé, hier mardi à Ouagadougou, son traditionnel point de presse hebdomadaire, au cours duquel, ils ont abordé, entre autres sujets, la dégradation continue de la situation sécuritaire, la crise de la santé et la répression (lundi dernier) de la marche de l’Unité d’action populaire (UAP).

Concernant le dernier point, à savoir la répression de la marche de l’UAP, L’Observateur Paalga fait observer que «pour le CFOP, il n’y avait pas de quoi fouetter…».

A ce sujet, le journal Le quotidien reprend, à sa Une, les propos du représentant du CFOP qui déclare : «le peuple a l’impression que le régime actuel a trahi l’esprit de l’insurrection».

Quant à Sidwaya, il mentionne qu’à propos de la marche du 16 septembre, «+les marcheurs se sont exprimés de manière pacifique+, selon le CFOP»

De son côté, Le Pays (privé) précise que les échanges avec la presse ont été conduits par les représentants du CFOP que sont le président du Rassemblement des écologistes du Burkina Faso (RDEBF), Adama Séré et le président du Front patriotique pour le renouveau (FPR), Aristide Ouédraogo.

Agence d’information du Burkina

LE MONDE EN BREF DU MERCREDI 18 SEPTEMBRE

LE MONDE EN BREF DU MERCREDI 18 SEPTEMBRE

 

JERUSALEM – Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et son rival Benny Gantz attendaient mercredi les résultats officiels d’élections législatives qui s’annoncent serrées et pointent déjà vers de difficiles pourparlers pour accoucher d’un nouveau gouvernement.

 

WASHINGTON – Donald Trump dépêche mardi son ministre des Affaires étrangères Mike Pompeo à Jeddah pour discuter de la réponse aux attaques contre des installations pétrolières saoudiennes, alors que les Etats-Unis sont convaincus qu’elles ont été lancées depuis l’Iran avec des missiles de croisière.

 

KABOUL – Au moins 48 personnes ont été tuées mardi en Afghanistan lors de deux attentats-suicide, l’un contre un meeting électoral du président Ashraf Ghani et l’autre à Kaboul, tous deux revendiqués par les talibans qui considèrent le scrutin présidentiel prévu le 28 septembre comme illégitime.

 

JEDDAH (Arabie saoudite) – Le ministre saoudien de l’Energie s’est voulu rassurant mardi sur la capacité de son pays à se remettre rapidement de l’attaque qui a réduit de moitié sa production pétrolière, tout en évitant de pointer un doigt accusateur vers l’Iran.

 

MADRID – L’Espagne va retourner aux urnes le 10 novembre pour la quatrième fois en quatre ans, le chef du gouvernement socialiste Pedro Sanchez n’étant pas parvenu à obtenir les soutiens nécessaires à sa reconduction au pouvoir.

 

LONDRES – La Cour suprême britannique a tenu mardi sa première audience sur la légalité de la décision du Premier ministre Boris Johnson de suspendre le Parlement, dénoncée par ses opposants comme une manœuvre pour réduire les députés au silence afin d’imposer un Brexit sans accord.

 

MONTREAL (Canada) – Le Premier ministre Justin Trudeau a voulu rassurer mardi les alliés du Canada après l’arrestation d’un espion présumé qui disposait de documents potentiellement « dévastateurs » pour la sécurité de ce pays et de ses partenaires, selon les dernières révélations de cette affaire digne d’un roman policier.

 

WASHINGTON – Les jeunes meneurs du mouvement pro-démocratie hongkongais ont exhorté mardi les parlementaires américains à faire pression sur Pékin, affirmant que tout recul sur le statut spécial accordé au territoire encouragerait la Chine à imposer ses « valeurs communistes » ailleurs dans le monde.

 

KINSHASA – L’ex-ministre de la Santé de la République démocratique du Congo, Oly Ilunga, a été inculpé mardi pour « détournement » présumé de fonds alloués à la lutte anti-Ebola, sur fond de deuxième épidémie la plus grave de l’histoire et de rivalités avec le président Félix Tshisekedi.

 

TUNIS – Deux outsiders, le juriste sans parti Kais Saied et le magnat controversé des médias Nabil Karoui, actuellement en prison, seront en lice du second tour d’une présidentielle qui a balayé la classe politique traditionnelle tunisienne.

 

PARIS – Le réchauffement climatique s’annonce plus prononcé que prévu, le scénario du pire prévoyant +7°C en 2100, ont averti mardi des scientifiques français en présentant des nouveaux modèles climatiques très alarmants, qui serviront de base pour le GIEC.

 

PARIS – « En prétendant être humaniste, on est parfois trop laxiste »: le président français Emmanuel Macron a lancé l’offensive sur l’immigration, un sujet qu’il ne veut pas laisser à la droite et à l’extrême droite, suggérant un déséquilibre en Europe au détriment de la France et un aveuglement d’une partie de la classe politique sur la question.

 

ALGER – Le pouvoir algérien a décidé de passer en force en fixant la date d’une élection présidentielle au 12 décembre, un pari risqué voué à entrer en collision avec le refus du mouvement de contestation, qui ne faiblit pas au fil des mois.

 

ROME – L’ancien chef du gouvernement italien Matteo Renzi, l’un des hommes forts de la gauche dans la péninsule, a annoncé mardi son départ du Parti démocrate (PD) pour créer son propre mouvement, afin de mieux combattre les idées du leader de l’extrême droite Matteo Salvini.

 

SYDNEY (Australie) – Le cardinal George Pell, naguère l’un des prélats les plus puissants du Vatican, a déposé mardi devant la plus haute juridiction australienne un ultime recours contre sa condamnation pour pédophilie qui a précipité sa disgrâce.

 

SAN FRANCISCO (Etats-Unis) – Facebook a recruté la police de part et d’autre de l’Atlantique pour éduquer ses outils d’intelligence artificielle afin de stopper les retransmissions vidéos d’attaques extrémistes en direct sur sa plateforme, à l’instar de la tuerie de Christchurch, diffusée pendant de longues minutes sur le réseau social.

 

WASHINGTON – Pour la première fois depuis la crise financière, la Banque de Réserve fédérale (Fed) de New York a injecté des liquidités sur les marchés financiers pour maintenir son taux au jour le jour, principal outil monétaire, à son bas niveau.

 

MOSCOU – « Je suis Pavel Oustinov »: des artistes, vedettes de télévision et cinéastes russes ont lancé une campagne de soutien en faveur d’un jeune acteur, selon eux injustement condamné à trois ans et demi de prison pour « violences » à l’encontre de la police.

 

WASHINGTON – Les Etats-Unis ont une nouvelle fois prouvé qu’ils étaient le pays phare de la politique-spectacle et celui où toutes les carrières pouvaient rebondir: Sean Spicer, l’ex-porte-parole officiel de la Maison Blanche, est apparu lundi soir en danseur de salsa dans un show télévisé.

(AFP)

Burkina/Hadj 2019 : Deux agences de voyage suspendues

Burkina-Religion-Islam-Pèlerinage-Bilan

 

Burkina/Hadj 2019 : Deux agences de voyage suspendues

 

Ouagadougou, 17 sep. 2019 (AIB)- Le ministre en charge de l’Administration territoriale Siméon Sawadogo a affirmé mardi que deux agences de voyage ont été suspendues de l’organisation du pèlerinage à la Mecque, pour faute de malversations.

 

«Deux agences sur 76 agences de voyage ont été suspendues pour l’édition 2019 pour faute de malversations», a indiqué le Ministre d’Etat Siméon Sawadogo.

 

Selon M. Sawadogo, ces deux agences ont disparu avec l’argent des pèlerins avant leur départ à la Mecque.

 

  1. Sawadogo s’exprimait lundi au cours d’une conférence de presse sur le bilan du Hadj 2019.

 

Notons que le départ des pèlerins burkinabè s’est déroulé du 14 au 27 juillet dernier.

 

«7246 pèlerins ont été transportés en vols charters vers l’Arabie saoudite dont 5125 à partir de Ouagadougou et 2121 à partir de Bobo-Dioulasso», a précisé le ministre.

 

De son avis, le traditionnel pèlerinage des musulmans a connu des innovations qui sont entre autres « la couverture sanitaire du Hadj ; la déconcentration des visites médicales et de la vaccination à Bobo-Dioulasso et à Ouahigouya ».

 

Selon lui, malgré les acquis enregistrés tout au long du pèlerinage, «six personnes sont décédées, dont certaines de mort naturelle et d’autres, à cause d’un état de santé fragile».

 

A en croire Siméon Sawadogo, le comité national de suivi a travaillé en collaboration avec les agences de voyage, l’ambassade et consulat du Burkina Faso en Arabie Saoudite et celle de l’Arabie Saoudite au Burkina Faso.

 

Selon le président du comité de suivi, Moumoun Ilboudo, les bagages des pèlerins restés à la Mecque, sont de retour à Ouagadougou.

 

«Tous les bagages sont rentrés et se trouvent à l’aéroport international de Ouagadougou, car le problème se posait seulement à Ouagadougou», a confirmé M. Ilboudo.

 

«Des solutions aux différentes difficultés ont été trouvées, avec la contribution de toutes les structures, institutions et acteurs impliqués dans le suivi, la coordination et l’organisation du Hadj 2019», a conclu le Ministre d’Etat, Siméon Sawadogo.

 

Agence d’Information du Burkina

 

Adi/ata

NB: photo d’archive: burkina24

Fonds vert pour le climat : le gouvernement burkinabè renforce les capacités de 27 cadres

Burkina-Environnement-Climat-formation

 

Fonds vert pour le climat : le gouvernement burkinabè renforce les capacités de 27 cadres

 

Ouagadougou, 17 sept 2019,(AIB)-Le Fonds vert pour le climat au Burkina Faso(FVC/BF) a initié mardi, un atelier de formation au profit de vingt-sept cadres nationaux, afin de mettre en place, un pool d’experts de développement de projet pour une mobilisation accrue des financements devant faire face aux changements climatiques.

 

«Les changements climatiques nécessitent donc des investissements énormes pour une mise en œuvre efficiente des différentes actions planifiées », a affirmé le ministre en charge de l’Environnement, de l’Economie verte et du changement climatique, Nestor Batio Bassière.

 

Il a rappellé que le FVC/BF est l’objet de toutes les convoitises ces dernières années en tant que plus grand fonds climat mais la mobilisation des financements requiert des compétences et c’est ce qui justifie la tenue de la présente session de formation.

 

  1. Bassière s’exprimait mardi à Ouagadougou, à l’ouverture d’une session de renforcement de quatre jours, au profit des cadres burkinabè sur le développement de projet pour l’accès aux fonds climats.

 

Nestor Batio Bassière a précisé que malgré l’existence de plusieurs fonds climats dont le FVC/BF, les différents Etats peinent à y accéder, car selon lui, l’une des principales contraintes, reste la capacité limitée des pays à développer des projets répondants aux critères et conditionnalités desdits fonds.

 

Le ministre en charge de l’Environnement, a expliqué qu’en mars dernier, le FVC /BF et le gouvernement a organisé une rencontre nationale avec une soixantaine d’acteurs publique des collectivités territoriales, du secteur privé et des organisations sur la question de la mobilisation du financement du fonds vert.

 

Cette plateforme d’échanges avait pour objectif de renforcer la synergie d’actions entre les parties prenantes pour une mobilisation plus accrue des financements du Fonds vert et à relever le renforcement des capacités techniques des acteurs comme l’un des défis majeurs », a-t-il soutenu.

 

De son avis, les changements climatiques constituent de nos jours une réalité avec des conséquences «désastreuses» sur la vie de nos communautés d’où l’engagement du Burkina Faso au protocole de Kyoto en 2005 et à la Convention des Nations Unies en 1993 dans la lutte contre les changements climatiques.

 

A en croire, l’autorité nationale désignée FVC/BF,Issaka Ouédraogo, le Burkina Faso, à l’instar d’autres pays rencontrent des difficultés en matière d’élaboration de projets climats liés entre autres, à la méconnaissance des procédures et mécanismes.

 

« L’objectif principal de la présente formation est de renforcer les capacités des cadres nationaux des ministères et structures clés du pays à la maîtrise des procédures et techniques de formulation de projets pouvant répondre aux critères des fonds climats », a- t-il confié.

 

Issaka Ouédraogo, a enfin souligné que cette formation permettra au Burkina de disposer d’une compétence nationale pour la conception de projets et programmes «bancables»

 

Agence d’Information du Burkina

 

NO/ata

Burkina : Obtenir des informations sur certain actes judiciaires à partir de 50 FCFA

Burkina-Administration-Justice-Innovation

 

Burkina : Obtenir des informations sur certain actes judiciaires à partir de 50 FCFA

 

Ouagadougou, 17 sept.2019 (AIB)-Le ministère burkinabè de la Justice a lancé mardi, sa plateforme de messagerie qui permettra aux justiciables, de se procurer des renseignements sur certains les actes judicaires, à partir de 50FCFA.

 

«50 FCFA pour avoir des renseignements (sur les actes judiciaires), alors que si vous devez vous déplacer pour avoir des renseignements, vous dépenser en terme de carburant avec le risque aussi d’avoir affaire à des arnaqueurs», a déclaré mardi le ministre de la Justice René Bagoro, lors de la présentation de la plateforme d’information via sms de son département.

 

Le système qui donne des informations sur les pièces exigées, le lieu de dépôt, le coût et le délai de délivrance de ces actes, va «faciliter la tâche aux citoyens», a ajouté le ministre.

 

Sur les 36 actes, pour l’instant ce sont le casier judiciaire, le certificat de nationalité, le registre de commerce et de crédit mobilier, l’ordonnance de prise en charge, la rectification administrative et de la cession volontaire de salaire, qui sont concernés.

 

Selon le Directeur général de l’entreprise conceptrice de la plateforme, Abdoul Karim Minoungou, la plateforme est pour le moment ouverte aux seuls abonnés du réseau Telmob.

 

«Il suffit d’envoyer au 3439, ‘’Nationalité’’ pour certificat de nationalité, ‘’Casier’’ pour casier judiciaire, ‘’Cession’’ pour cession volontaire de salaire’’. », a expliqué M. Minoungou.

 

Abdoul Karim Minoungou a précisé que la mise en place de la plateforme a coûté 9 millions de FCFA.

Agence d’information du Burkina

Hd/ata

DERNIERS PUBLICATIONS