Accueil Blog

L’ancien président ghanéen John Mahama nommé Haut représentant de l’Union africaine en Somalie

L’ancien président ghanéen John Mahama nommé Haut représentant de l’Union africaine en Somalie

 

L’Union africaine (UA) a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant pour la Somalie, plongée dans une profonde crise politique depuis l’annonce le 12 avril de la prolongation pour deux ans du mandat du président.

 

« En tant que Haut Représentant pour le volet politique de la Somalie, le président Mahama travaillera avec les parties somaliennes pour parvenir à un compromis mutuellement acceptable vers une résolution globale pour la tenue d’élections dans les plus brefs délais », affirme un communiqué de l’UA.

 

Dans ce texte, le président de la commission l’UA, Moussa Faki, « appelle les parties prenantes somaliennes à négocier de bonne foi (…) dans la recherche d’un règlement inclusif de la crise électorale ».

 

« Cela doit ouvrir la voie à un gouvernement démocratiquement élu doté de la légitimité et du mandat nécessaires pour résoudre les problèmes politiques et constitutionnels en suspens qui constituent une menace pour la stabilité du pays et de la région », ajoute-t-il.

 

John Mahama, président du Ghana entre 2012 et 2017 aujourd’hui âgé de 62 ans, arrivera en Somalie « dans les prochains jours ».

 

La Somalie traverse depuis plusieurs semaines une profonde crise politique, déclenchée par l’annonce le 12 avril de la prolongation pour deux ans du mandat du président Mohamed Abdullahi Mohamed, dit Farmajo, arrivé à échéance le 8 février sans que des élections aient pu être organisées.

 

Cette décision a été condamnée par l’opposition somalienne et la communauté internationale.

 

Les tensions ont culminé le 25 avril avec des affrontements armés entre forces gouvernementales et combattants pro-opposition, quand ces derniers ont dressé des barrages en plusieurs points de la capitale Mogadiscio. Trois personnes ont été tuées dans ces échanges de tirs.

 

Dans un geste d’apaisement, le président Farmajo a chargé le Premier ministre Mohamed Hussein Roble d’organiser des élections dans les meilleurs délais.

 

Ce dernier a convié les dirigeants des Etats semi-autonomes du pays à une réunion le 20 mai pour « finaliser » l’organisation des prochaines élections présidentielle et législatives.

 

Les centaines de combattants pro-opposition qui contrôlaient depuis le 25 avril certains axes et quartiers de Mogadiscio se sont retirés vendredi, après un accord conclu entre l’opposition et le gouvernement.

 

(afp)

 

LE MONDE EN BREF DU SAMEDI 8 MAI 2021

LE MONDE EN BREF DU SAMEDI 8 MAI 2021

 

NEW DELHI – L’Inde reste plus que jamais confrontée à la plus forte flambée mondiale de coronavirus. Des patients continuent de mourir aux portes d’hôpitaux submergés, malgré l’aide internationale. Et, selon les spécialistes, le pire est encore à venir, avec un pic épidémique attendu d’ici à plusieurs semaines.

 

Au Japon, le gouvernement a prolongé vendredi jusqu’à fin mai l’état d’urgence dans plusieurs régions dont Tokyo qui doit accueillir les JO cet été.

 

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a par ailleurs donné son homologation d’urgence au vaccin contre le Covid Sinopharm. C’est le premier vaccin chinois à avoir reçu le feu vert de l’OMS.

 

JERUSALEM – Plus de 175 Palestiniens et six policiers israéliens ont été blessés vendredi, la plupart sur l’Esplanade des Mosquées, dans les plus importants heurts des dernières années à Jérusalem-Est occupé, théâtre d’un regain de tension qui inquiète jusqu’à Washington.

 

TEHERAN – Le guide suprême de la République islamique d’Iran Ali Khamenei a affirmé vendredi qu’Israël n’était « pas un pays, mais une base terroriste » à combattre, à l’occasion de la « Journée de Jérusalem », dans un contexte de vives tensions entre les deux pays ennemis.

 

VIENNE – Les diplomates des grandes puissances ont repris vendredi à Vienne leurs travaux sur le nucléaire iranien avec la volonté de boucler d’ici fin mai les négociations pour sauver l’accord, après trois ans d’escalade entre les Etats-Unis et la République islamique.

 

RIO DE JANEIRO – La police de Rio de Janeiro a été sommée de s’expliquer vendredi sur sa sanglante opération dans une favela qui a fait 28 morts la veille, selon un nouveau bilan, et sur laquelle l’ONU a demandé l’ouverture d’une enquête indépendante.

 

WASHINGTON – Joe Biden a de nouveau plaidé vendredi en faveur de ses gigantesques plans d’investissements pour relancer l’emploi aux Etats-Unis, l’euphorie attendue n’ayant pas eu lieu en avril, malgré la reprise de l’économie.

 

Seulement 266.000 emplois ont été créés en avril, très loin du million attendu. Le taux de chômage est même remonté pour la première fois en près d’un an, à 6,1% (+0,1 point), a annoncé le département du Travail.

 

PORTO (Portugal) – Les dirigeants de l’UE, réunis vendredi au Portugal, se sont entendus pour bâtir une Europe plus sociale après les dégâts économiques de la pandémie, mais la route s’annonce longue avant des réalisations concrètes tant les Vingt-Sept sont divisés.

 

BEYROUTH – Huit combattants en majorité iraniens ont été tués mercredi en Syrie dans des raids aériens imputés à Israël, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) vendredi.

 

HARTLEPOOL (Royaume Uni) – Le Premier ministre britannique Boris Johnson a jugé vendredi « très encourageante » la conquête par son parti conservateur d’un bastion travailliste et favorable au Brexit dans le nord-est de l’Angleterre, au cours d’élections locales qui s’annoncent moins favorables pour le pouvoir en Écosse.

 

MALE (Maldives) – L’ex-président des Maldives et actuel chef du Parlement, Mohamed Nasheed, était vendredi dans un état « critique » après avoir été visé la veille à Malé par un attentat à la bombe dont les autorités ont promis de traduire les auteurs en justice.

 

BOGOTA – Le président colombien Ivan Duque a exigé vendredi la levée des barrages routiers qui se sont multipliés lors des manifestations de ces dix derniers jours contre sa politique, violemment réprimées dans plusieurs villes du pays.

 

BARCELONE (Espagne) – La SNCF a inauguré vendredi son premier train sur le marché espagnol, en lançant le TGV à bas coût Ouigo entre Madrid et Barcelone, face à l’opérateur historique Renfe.

 

PEKIN – Un risque « extrêmement faible » pour la Terre: la Chine a appelé vendredi à ne pas s’inquiéter de la chute depuis l’espace d’une de ses fusées, assurant qu’elle devrait se désintégrer en grande partie dans l’atmosphère.

 

WASHINGTON – Les Etats-Unis vont se joindre à un mouvement international contre l’extrémisme en ligne, plus de deux ans après le refus de Donald Trump de s’y associer, a annoncé la Maison Blanche vendredi.

 

LONDRES – Ils n’ont jamais été aussi chers: le cuivre, baromètre de l’économie mondiale, ainsi que le minerai de fer ont atteint vendredi des sommets historiques, tirés par la forte demande notamment en Chine où l’activité repart après la pandémie.

 

PARIS – Le soutien américain à une levée des brevets sur les vaccins contre le Covid-19 a suscité de l’intérêt à travers le monde, mais l’opposition de l’Allemagne pourrait faire dérailler la proposition, tandis que l’industrie pharmaceutique freine également des quatre fers.

 

WASHINGTON – La Nasa a rendu public pour la première fois vendredi un enregistrement du son des pales de l’hélicoptère Ingenuity, qui a réussi son 5e vol, dans l’air raréfié de Mars, pris par le rover Perseverance.

 

LONDRES – Le Royaume-Uni s’est dit vendredi prêt à accueillir la finale de la Ligue des Champions, prévue à Istanbul entre les clubs anglais de Chelsea et de Manchester City, après avoir imposé de fortes restrictions sur les voyages vers la Turquie en raison de la situation sanitaire.

 

KATMANDOU – L’alpiniste népalais Kami Rita Sherpa a atteint vendredi pour la 25e fois le sommet de l’Everest, battant son propre record du nombre d’ascensions du plus haut sommet du monde, qui culmine à 8.848 m d’altitude.

(afp)

Afrique : Le manque de vaccins accroît le risque de résurgence de la COVID-19 (OMS)

Afrique : Le manque de vaccins accroît le risque de résurgence de la COVID-19 (OMS)

 Brazzaville, 6 mai 2021-Du fait du report de la livraison des doses de vaccin contre la COVID-19 fabriquées par le Serum Institute of India à l’attention de l’Afrique, ainsi que de la lenteur du déploiement des vaccins et de l’apparition de nouveaux variants, le risque d’une nouvelle vague d’infections reste élevé en Afrique, prévient l’OMS.

Les retards d’approvisionnement et les pénuries de vaccins contraignent les pays africains à accuser davantage de retard par rapport au reste du monde en ce qui concerne la vaccination contre la COVID-19. Désormais, le continent africain ne représente plus que 1 % des doses de vaccin administrées dans le monde, contre 2 % il y a quelques semaines.

Certains pays africains ont été exemplaires en matière de déploiement des vaccins contre la COVID-19. Malgré cela, près la moitié (19 millions) des 37 millions de doses de vaccin contre la COVID-19 reçues en Afrique ont été administrées jusqu’à présent, selon les rapports provenant de ces pays.

Les premières livraisons à 41 pays africains par le canal du COVAX ont été échelonnées depuis début mars, mais neuf pays ont administré moins d’un quart des doses qu’ils ont reçues et 15 pays ont administré moins de la moitié de leurs doses. Huit pays ont désormais utilisé toutes leurs doses de vaccin reçues par le canal du COVAX.

«Si nous en appelons à l’équité en matière de vaccins, l’Afrique doit aussi se retrousser les manches et tirer le meilleur parti de ce que nous avons. Nous devons utiliser toutes les doses dont nous disposons pour vacciner des gens», a déclaré Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l’Afrique.

«C’est une course contre la montre et contre le virus. Compte tenu de l’offre limitée de vaccins, nous recommandons aux pays de donner la priorité à l’administration de la première dose à un maximum de personnes à haut risque, dans les plus brefs délais.»

D’après la modélisation, l’administration d’une seule dose de vaccin à un plus grand nombre de personnes dans les groupes de population les plus prioritaires réduira considérablement les taux de mortalité, par rapport à la vaccination de la moitié de ces personnes avec deux doses de vaccin.

La couverture vaccinale est plus faible en Afrique que dans toutes les autres régions du monde. Alors qu’à l’échelle mondiale, 150 doses de vaccin contre la COVID-19 ont été administrées par millier de personnes, en Afrique subsaharienne, nous en sommes à peine à 8 doses de vaccin pour 1000 personnes. La faible couverture vaccinale expose les pays africains à un risque accru de recrudescence massive des cas.

La levée des brevets sur les vaccins «pourrait changer la donne»

 L’Afrique du Sud et l’Inde sont à la pointe des efforts visant à amener l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à lever temporairement la protection que les brevets confèrent aux médicaments et aux vaccins contre la COVID-19. Les États-Unis sont aussi favorables à une levée des droits de propriété intellectuelle sur les vaccins contre la COVID-19.

«Cette suspension des brevets pourrait changer la donne pour l’Afrique, débloquer des millions de doses supplémentaires et sauver d’innombrables vies. Nous saluons le leadership dont ces pays ont fait preuve et exhortons les autres à les soutenir à l’OMC, y compris pour des produits thérapeutiques qui sauvent des vies. Nous espérons que les négociations aboutiront rapidement afin que nous puissions accélérer la fabrication et le déploiement de vaccins sûrs et efficaces. En effet, aucun pays n’est en sécurité tant que tous les autres pays ne sont pas en sécurité», a déclaré Dr Moeti.

Le Mécanisme COVAX et l’OMS étudient toutes les options qui permettraient d’atténuer l’impact de la pénurie mondiale de vaccins, notamment en soutenant la réallocation des doses excédentaires, en renforçant la fabrication et en encourageant les fournisseurs ayant une capacité supplémentaire à soutenir le COVAX et à lui donner la priorité.

L’OMS apporte son assistance aux États Membres africains dans les efforts qu’ils fournissent pour introduire les vaccins contre la COVID-19, par la préparation, la coordination, la formation des professionnels de santé, la mise à disposition d’orientations stratégiques et techniques et par l’aide à la communication pour stimuler l’adoption des vaccins.

Nouveaux variants et risque de résurgence

De nouveaux variants exposent le continent au risque d’une troisième vague de COVID-19. Le variant B.1.617, détecté pour la première fois en Inde, a été signalé dans au moins un pays africain. Par ailleurs, la souche B1.351, découverte pour la première fois en Afrique du Sud, se propage dans 23 pays africains et la souche B1.1.7, découverte pour la première fois au Royaume-Uni, est présent dans 20 pays.

Avec la circulation de ces nouveaux variants, couplée aux faibles niveaux de vaccination, ainsi qu’à la lassitude de la population vis-à-vis des mesures barrières et à l’assouplissement des restrictions, les conditions semblent réunies pour une résurgence de la pandémie.

«La tragédie en Inde ne doit pas se produire ici en Afrique, et nous devons tous rester en état d’alerte maximale. Les gouvernements doivent veiller à préserver la solidité des systèmes de surveillance et de détection, réévaluer et renforcer leurs capacités de traitement et intensifier l’approvisionnement en médicaments essentiels, dont l’oxygène médical, pour le traitement des patients touchés par une forme grave de la maladie», a souligné Dr Moeti.

État de préparation de l’Afrique

Les capacités se sont améliorées au cours de l’année écoulée, mais le nombre de lits d’hôpitaux capables de fournir de l’oxygène reste limité dans la majorité des pays, tout comme les approvisionnements en oxygène. Alors que la plupart des pays à revenu élevé du monde ont au moins deux lits de soins intensifs pour 100 000 personnes, seuls neuf pays de la Région africaine disposent d’une telle capacité de lits de soins intensifs.

L’OMS apporte un soutien aux pays pour qu’ils accroissent leur approvisionnement en oxygène. L’Organisation fournit à cet effet une assistance technique aux pays à haut risque pour la construction d’unités de production d’oxygène, et elle a déjà livré plus de 3500 concentrateurs d’oxygène à des pays. L’OMS collabore avec des associations professionnelles de médecins et d’infirmiers sur le continent pour améliorer la formation en soins critiques dans les États Membres.

En Afrique, près de 4,6 millions de cas de COVID-19 ont été recensés et 123 000 personnes ont perdu la vie à cause de cette maladie. Au cours des deux dernières semaines, on a assisté à une légère diminution du nombre de cas alors que la situation était restée stable pendant six semaines. Cela dit, le nombre de cas est en hausse dans neuf pays, notamment en Angola, à Cabo Verde, au Cameroun et en Érythrée.

Dr Moeti s’est exprimée aujourd’hui (06 mai 2021) à l’occasion d’une conférence de presse virtuelle animée par APO Group. Elle a été rejointe par Thabani Maphosa, directeur général des programmes pays de Gavi l’Alliance du vaccin. Étaient également présents pour répondre aux questions des journalistes, Dr Richard Mihigo, coordonnateur du programme Vaccination et mise au point des vaccins au Bureau régional de l’OMS pour l’Afrique, et Dr Ngoy Nsenga, gestionnaire des incidents COVID-19 au Bureau régional de l’OMS pour l’Afrique.

Source : Communiqué de presse OMS-Afrique

 

 

 

 

Reggae: Alpha Blondy pleure  la doyenne de ses fans

Burkina-Reggae-Décès-Hommage

Reggae: Alpha Blondy pleure  la doyenne de ses fans

 Ouagadougou, 7 mai 2021 (AIB)-La méga star du reggae, l’Ivoirien Alpha Blondy a rendu  vendredi, un «hommage particulier à la doyenne» de ses fans, la Burkinabè Germaine Kanmouni (91 ans), décédé le 3 mai dernier à Réo (Centre ouest).

«Nous tenons ma famille, mes musiciens et moi-même à rendre cet hommage particulier à la doyenne de nos fans en adressant nos condoléances les plus attristées à toute sa famille», a indiqué ce vendredi matin, Alpha Blondy sur sa page Facebook (Alpha Blondy Officiel).

La megastar indique que «la douloureuse nouvelle» de la disparition de «sa maman du Burkina» lui est parvenue aujourd’hui.

Selon un communiqué paru ce vendredi dans le quotidien public burkinabè Sidwaya, « Germaine Kanmouni dit Alpha Blondy est décédée le 3 mai dernier à l’âge de 91 ans ».

La méga star internationale du reggae Alpha Blondy, a demandé à tous ses fans «à travers le monde de prier afin que le Dieu d’Amour qui l’a dirigée» vers lui «soit ce même Dieu qui la prenne dans ses bras et lui réserve une place de choix dans son paradis et qu’il veille sur le repos de sa si belle âme».

Le 30 septembre et le 2 octobre 2016, Alpha Blondy a donné deux concerts dans les deux principales villes du pays, Ouagadougou et Bobo-Dioulasso.

Le concert du stade municipal de Ouagadougou a enregistré la présence d’une fan de 87 ans venue spécialement de Reo (à plus de 100 km de Ouagadougou).

A la fin du concert et au moment de quitter la scène, Alpha Blondy est informé par son équipe de la présence d’une «fan inconditionnelle» dans le public qui rêve de le croiser.

La méga star originaire de la Côte d’Ivoire a rejoint la vieille dame pour faire des photos ensemble et elle est même repassée à l’hôtel Silmandé où était basé l’artiste, avec ses enfants et petits-enfants pour lui offrir un cadeau avant son départ pour Abidjan».

«Je ne savais pas comment être reconnaissant de cette preuve d’amour pur et j’ai été profondément ému et sensiblement touché d’entendre son histoire, combien elle est fan de la première heure et savoir que, malgré son âge, elle ait pris le temps, force et courage pour venir se mêler à la foule dans un stade et attendre jusque si tard simplement pour me voir», a témoigné Alpha Blondy sur sa page Facebook.

Pour Alpha Blondy, «dans la vie, comme sur la palette de l’artiste, il n’y a qu’une seule couleur qui donne un sens à la vie et à l’art… la couleur de l’Amour».

«Merci maman Germaine Kanmouni, Merci pour cet amour qui colore nos vies. Cela n’a pas de prix. Repose en paix maman Germaine Kanmouni. Dieu est amour», a-t-il ainsi conclu son hommage.

Le quotidien Sidwaya annonce que la levée du corps de la regrettée maman Germaine Kanmouni est prévue ce vendredi, à la morgue de l’hôpital de l’amitié de Koudougou suivi de son transfert au domicile familial à Reo.

L’absoute à la paroisse Saint Alphonse de Reo suivi de l’inhumation sont prévus samedi au domicile.

Agence d’information du Burkina

 WIS/ata/ak

 Photo : Alpha Blondy Officiel

 

Consolidation de la paix au Burkina: Les femmes leaders du Centre-est sensibilisées

Consolidation de la paix au Burkina: Les femmes leaders du Centre-est sensibilisées

Ouargaye, (AIB)-La coordination régionale des femmes du Centre-est a organisé du lundi 3 au mardi 4 mai 2021 à Ouargaye, une session d’information et de sensibilisation sur la contribution des femmes à la recherche et à la consolidation de la paix.

Cette session a vu la participation des responsables des coordinations des trois provinces que compte la région du Centre-est (Boulgou, Koulpélogo et Kouritenga) et les membres des coordinations communales du Koulpelogo.

Durant ces deux jours, des thèmes comme la levée des barrières et des préjugés entre les Forces de défense et de sécurité et la population civile, l’inclusion financières des femmes par le numérique et la vie des coordinations ont été abordés par les différents communicateurs.

Une initiative salutaire selon la coordonnatrice provinciale des femmes du Koulpelogo Cécile Zombré née Soulé.

Pour elle, cette session vient à point nommé dans un contexte sécuritaire difficile que vivent les populations.

La secrétaire générale de la coordination régionale des femmes du Centre-est Abibata Kéré s’est également félicitée de l’organisation de cette session, tout en rendant hommage à l’Agence Belge pour le Développement (ENABEL) pour son appui financier.

Agence d’information du Burkina

Boureima PAFADNAM

AIB-KOULPELOGO

 

 

Koulpelogo : des braqueurs blessent un jeune à la cuisse

Burkina-Société-FaitsDivers-Braquage

Koulpelogo : des braqueurs blessent un jeune à la cuisse

Ouargaye, 07 mai 2021 (AIB)-Des bandits de grands chemins ont tiré tôt vendredi, sur la cuisse d’un jeune à Dourtenga, après l’avoir dépossédé de tous ses biens, a appris l’AIB.

Un jeune de Ouargaye a été blessé à la cuisse suite à un braquage à main armée, le vendredi 7 avril 2021 vers 5 h du matin, sur l’axe Ouargaye-Tenkodogo, plus précisément à Dourtenga.

Selon des informations recueillies par l’AIB, le jeune à bord d’un véhicule ramené de Lomé au Togo, était en partance pour Ouagadougou.

Il s’est arrêté en cours de chemin pour prendre un individu en auto-stop, quand brusquement trois autres sont sortis de la nature et l’ont attaqué.

Les agresseurs l’ont fait sortir du véhicule et l’ont dépossédé de tous ses biens.

Mais avant de prendre la fuite, les bandits ont tiré sur sa cuisse. Aux dernières nouvelles, le blessé a été évacué au CHR de Tenkodogo puis à Ouagadougou.

Agence d’information du Burkina

Boureima PAFADNAM

Le gouvernement valide une étude qui dresse les obstacles au développement du Burkina

Burkina-Développement-Obstacles-Analyses-Etudes

 

Le gouvernement valide une étude qui dresse les obstacles au développement du Burkina

Ouagadougou, 7 mai 2021 (AIB) – Le gouvernement burkinabè a validé vendredi, au cours d’un atelier à Ouagadougou, une étude qui analyse les causes et les impacts des conflits sur le développement du Burkina Faso.

La cérémonie d’ouverture de l’atelier de validation du projet de rapport de l’étude sur «l’analyse des causes des conflits et de leurs impacts sur la mise en œuvre du PNDES» a été présidée par la secrétaire générale de la Primature Yvonne Rouamba/Guigma.

Le Plan national de développement économique et social (PNDES) a été le référentiel de développement national au cours du premier mandat du président Roch Marc Christian Kaboré (2016-2020).

Mme Yvonne Rouamba/Guigma a indiqué que le rapport de l’étude dresse un portrait détaillé des causes de la fragilité du pays, face à la violence des groupes armés terroristes auxquels le Burkina Faso est confronté, pendant qu’il lutte contre les crises liées aux revendications sociales et la pandémie de la Covid-19.

L’étude fournit en outre, une évaluation de l’incidence de ces crises, notamment la crise sécuritaire, sur les résultats du développement du pays, a-t-elle affirmé.

Ce rapport s’inscrit dans le cadre de la formulation du nouveau référentiel de développement du Burkina Faso, censé orienter l’intervention publique au cours du quinquennat 2021-2025.

Ses résultats doivent guider la prise en compte de la dimension sécurité, paix et résilience, dans la formulation dudit référentiel.

Le processus de validation du nouveau RND est en cours et il est prévu dans les prochaines semaines, l’organisation des assises nationales sur ledit référentiel.

Yvonne Rouamba/Guigma a rappelé que certaines recommandations pertinentes de l’étude ont déjà été prises en compte dans le projet de document du RND 2021-2025.

«La réalisation de cette étude entre également dans le cadre de la deuxième phase de l’initiative ‘‘Evaluation pour la prévention et la consolidation de la paix’’», a-t-elle ajouté.

Pour la représentante des Partenaires techniques et financiers (PTF), Angeline Nguedjeu, la rencontre de ce vendredi marque la fin d’un processus qui a duré environ six mois et qui a été très productif.

La secrétaire générale de la Primature Yvonne Rouamba/Guigma

Elle a indiqué que les équipes techniques ont visité non seulement les six régions du Programme d’urgence pour le sahel (PUS), mais également trois autres régions frontalières, à la demande du gouvernement.

Ces visites ont permis aux équipes techniques d’avoir des éléments qui pourraient permettre de savoir pourquoi face aux mêmes défis, les régions réagissent autrement, les caractéristiques communautaires sont différentes, a-t-elle précisé.

«Tout ceci pour enrichir le document dont les conclusions devront trouver leurs réponses dans le nouveau référentiel national de développement», a précisé la représentante des PTF.

Seydou Ouédraogo, un membre de l’équipe qui a mené l’étude, a souligné que la crise sécuritaire a impacté négativement la mise en œuvre du PNDES, en ce sens qu’il y a eu une réorientation des ressources vers le volet sécuritaire.

Agence d’information du Burkina

WIS/ata/ak

Burkina/Réconciliation nationale : Le ministre Zéphirin Diabré rencontre l’ancien président Blaise Compaoré

Burkina-Réconciliation-Rencontre

 

Burkina/Réconciliation nationale : Le ministre Zéphirin Diabré rencontre l’ancien président Blaise Compaoré

Ouagadougou, 7 mai 2021 (AIB)-Dans le cadre de la Réconciliation nationale en vue au Burkina Faso, le ministre chargé de la question, Zéphirin Diabré a rencontré jeudi, à Abidjan, en Côte d’Ivoire, l’ancien président Blaise  Compaoré.

 «Le ministre d’Etat (Zéphirin Diabré, chargé de la Réconciliation nationale) a effectivement eu un entretien aujourd’hui avec l’ex-président Compaoré à Abidjan», a déclaré sous couvert de l’anonymat à l’AFP à Ouagadougou, un cadre du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), le parti fondé par Blaise Compaoré.

Selon cette source, «les échanges ont porté sur la question de la réconciliation nationale, et bien entendu des conditions du retour de Blaise Compaoré», qui est «une promesse» faite par le président Roch Marc Christian Kaboré pendant «sa campagne électorale» de novembre 2020.

Selon RFI, cette rencontre, une première entre un ministre du gouvernement de Roch Marc Christian Kaboré et son prédécesseur, Blaise Compaoré, a eu lieu en présence du président ivoirien Alassane Ouattara.

Depuis qu’il a été renversé par une insurrection populaire en 2014, l’ex-président du Burkina vit en Côte d’Ivoire, pays voisin dont il a obtenu la nationalité, alors qu’un mandat d’arrêt a été émis contre lui par la justice burkinabé en mars 2016.

Il doit être jugé dans son pays pour son rôle dans l’assassinat du président Thomas Sankara, icône panafricaine, lors du coup d’Etat de 1987 qui l’a porté au pouvoir. Ayant obtenu la nationalité ivoirienne, Blaise Compaoré ne peut pas être extradé de Côte d’Ivoire.

Selon des juristes, il pourrait décider de lui-même de comparaître volontairement et librement une fois que son retour aura été approuvé par les autorités du Burkina.

«C’est vrai qu’il y a le volet judiciaire qui est pendant, mais cela n’empêche pas de travailler à un retour digne de Compaoré», a estimé le cadre du CDP, ajoutant que cela pourrait constituer «un bel élan dans la marche vers la réconciliation nationale».

Le dossier de l’assassinat de Thomas Sankara a été renvoyé le 13 avril dernier devant le tribunal militaire de Ouagadougou par la juridiction d’instruction, après la confirmation des charges de «complicité d’assassinats» et «d’attentat à la sûreté de l’Etat» contre 14 personnes, dont Blaise Compaoré.

Zéphirin Diabré se trouve en visite à Abidjan depuis mardi. Mercredi, il avait remis un message du président Kaboré au chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara, selon un communiqué de la présidence ivoirienne.

Agence d’information du Burkina

WIS/ak

Source : Le Figaro et RFI

Photo : Les Editions le Pays

Foncier et médiation en couverture de la presse burkinabè

Burkina ;Presse-Revue

Foncier et médiation en couverture de la presse burkinabè

Ouagadougou, 7 mai 2021 (AIB) –  Les quotidiens burkinabè de ce vendredi, traitent à leur Une,  de la remise de trois rapports au  chef de l’Etat, Roch Marc  Christian Kaboré par le Médiateur du Faso, Saran Séré/Sérémé, sans oublier le litige foncier à Pazanni dans l’arrondissement n°9 de Ouagadougou.

«Mosquée détruite à Pazanni : Le terrain litigieux  attribué à la FAIB », arbore à sa Une, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso, L’Observateur Paalga.

Le journal  à travers sa rubrique «Grille de lecture» rapporte que le 7 septembre 2020 à Pazanni, un quartier de l’arrondissement n°9 de Ouagadougou a eu lieu  la démolition d’une mosquée sur ordre d’un huissier.

De son avis,  l’Etat avait procédé au retrait de la parcelle  pour  préserver  la  paix et la cohésion sociale  dans le pays.

Pour le quotidien privé, le terrain a été attribué à la Fédération des associations islamiques du Burkina (FAIB) afin de permettre la réalisation de  toute infrastructure ou toute activité en faveur de la communauté  islamique.

De  son côté, le journal public Sidwaya  affiche à sa manchette : «Litige foncier à Pazanni : Le gouvernement attribue  le terrain à la FAIB», publiant un communiqué du gouvernement.

Le communiqué signé du ministre en charge de l’Administration territoriale, Clément Sawadogo, le gouvernement appelle à la retenue et à la responsabilité individuelle de chaque Burkinabè pour  un mieux -vivre ensemble au Burkina.

Toujours au sujet du foncier, L’express du Faso,  quotidien privé édité à Bobo-Dioulasso, à travers sa rubrique ‘’Autant le dire…’’, interpelle :   «Spéculations foncières, monsieur le ministre ne reculez pas !».

Selon le journal,  l’unanimité qui semblait être de mise sur la question foncière au Burkina Faso commence à se «lézarder».

A l’en  croire, la  question du foncier  constitue une bombe à retardement qu’il faut désamorcer et il  appartient à l’Etat de prendre ses responsabilités.

Sous un autre registre, le quotidien privé Le pays  présente à sa Une : «Présidence du Faso :  Saran Séré/Sérémé au rapport ».

D’après le confrère, le Médiateur  du Faso a remis hier jeudi 6 mai 2021  à Kosyam au président Roch  Kaboré, trois rapports d’activités de son institution au titre des années  2018, 2019  et 2020.

Selon  lui, il s’agit entre autres  des dossiers de l’éducation,  des crises  au sein de la mairie de Saponé, de l’arrondissement n° 7 de Bobo Dioulasso, des crises foncières, etc.

Quant au journal Sidwaya, il note à sa machette « Médiateur du Faso : 815 plaintes reçues en 2018».

Le journal de «tous les Burkinabè» signale  que L’institution de Mme Sérémé a examiné en 2018,  815 dossiers de réclamations provenant de 6772 plaignants dont 5107 hommes  et 927 femmes.

Sidwaya renseignre qu’en 2019, le Médiateur du Faso s’est appesanti sur les crises de Samandéni entre communauté dans la province du Houet, des Peuls et Bwaba dans le village Passakongo.

Le journal  précise également  que l’institution a  œuvré en 2020  pour la  promotion et valorisation du Faso dan fani  ainsi que  le  renforcement des projets et programmes, en faveur des populations déplacés internes.

Agence d’information du Burkina

NO-OA/ata/ak

Burkina : La société civile recommande des référentiels de développement par région

Burkina-Société-Développement-Référentiel

Burkina : La société civile recommande des référentiels de développement par région

Ouagadougou, 6 mai 2021 (AIB ) – Un regroupement d’Organisation de la société civile (OSC) a recommandé jeudi, à Ouagadougou, la prise en compte des besoins spécifiques de chaque région dans les prochains référentiels nationaux de développement du Burkina Faso.

«Désormais, il va falloir que nos référentiels nationaux (de développement), nos politiques sectorielles et nos plans locaux de développement tiennent compte des besoins spécifiques de chaque région», a recommandé le président du Conseil national des organisations de la société civile (CNOSC) du Burkina Faso, Jonas Hien.

Jonas Hien s’exprimait jeudi à Ouagadougou, à la cérémonie officielle d’ouverture de la troisième conférence nationale sur la redevabilité sociale organisée par son organisation.

Il a indiqué que cette conférence se tient après une tournée de son OSC dans les régions pour avoir l’avis des organisations des sociétés civiles qui s’y trouvent et qui suivent aussi les politiques locales en matière de développement.

Au cours de ces tournées, le CNOSC a recensé un certain nombre de préoccupations des populations qui seront synthétisées au cours de la conférence, a expliqué Jonas Hien.

Et la conférence permettra de dégager des chantiers prioritaires à inscrire dans les prochains référentiels nationaux de développement, a-t-il affirmé.

La cérémonie d’ouverture était placée sous la présidence du Premier ministre, représenté à la cérémonie d’ouverture par le ministre en charge de la Jeunesse, Salifo Tiemtoré.

Pour Salifo Tiemtoré, cette conférence est la traduction de l’engagement des OSC, d’accompagner le gouvernement dans ses actions de développement pour relever les défis du bien-être auquel les populations sont en droit d’attendre.

Agence d’information du Burkina

MSS/wis/ak

 Nouveau référentiel de développement : Le gouvernement burkinabè salue le concours de la société civile

Burkina-Gouvernement-Programme

 Nouveau référentiel de développement : Le gouvernement burkinabè salue le concours de la société civile

Ouagadougou , 6 mai 2021( AIB)-Le gouvernement burkinabè a salué jeudi, le concours de la société civile dans l’élaboration du nouveau référentiel de développement.

Le Conseil national des organisations de la société civile (CNOSC) du Burkina Faso, a ouvert jeudi, sa troisième conférence nationale sur la redevabilité sociale, sous le thème : «contribution de la société civile à l’élaboration du nouveau référentiel national en matière de développement au Burkina Faso».

Le ministre en charge de la Jeunesse, Salifo Tiemtoré a, au nom du Premier ministre Christophe Dabiré, salué le choix de ce thème.

«Cette conférence est la traduction de votre part d’engagement pour accompagner le gouvernement tout au long des actions de développement pour relever les défis du bien-être auquel nos populations sont en droit d’attendre», a déclaré M. Tiemtoré.

En rappel, le gouvernement burkinabè est en train d’élaborer un nouveau référentiel de développement, après la fin du Plan national de développement économique et social (PNDES, 2015-2020).

Agence d’information du Burkina

OA-ata/ak

 

 

Lutte contre l’insécurité : Un Centre de formation sensibilise des femmes et jeunes

Lutte contre l’insécurité : Un Centre de formation sensibilise des femmes et des jeunes

Ouagadougou, (AIB)- Le Centre international Kofi Annan de Formation au Maintien de la Paix (KAIPTC), a organisé du 26 au 30 avril 2021 à Ouagadougou, des ateliers de formation et de sensibilisation sur l’apport des femmes et des jeunes dans la prévention et la lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent.

Le Centre international Kofi Annan de Formation au Maintien de la Paix (KAPTC), a été « mis en service depuis 2004, et offre des formations en maintien de la paix et en opérations de soutien à la paix ».

C’est ainsi qu’il a organisé une formation sur le thème ‘’les femmes, les jeunes et l’extrémisme violent’’, du 26 au 30 avril 2021 à Ouagadougou.

Cette formation a pour but de sensibiliser les femmes et les jeunes sur l’importance de leur rôle dans la prévention et la lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent.

En effet depuis quelques années, le Burkina Faso connait une situation d’insécurité de plus en plus difficile liée à l’extrémisme violent et à la radicalisation de certains groupes.

Constituant la majeure partie de la population, les femmes et les jeunes sont une proie dans le processus de recrutement des groupes terroristes.

Cette formation a réuni une trentaine de participants constitués de femmes et de jeunes des treize régions du Burkina Faso.

Ces participants ont ainsi bénéficié de plusieurs cours prenant en compte les différents contours de la radicalisation et de l’extrémisme violent.

Ils sont ressortis mieux armés de cette formation et compte œuvrer pour la paix et la sécurité au Burkina Faso.

Agence d’information du Burkina

lp/ata

 

Burkina : Le médiateur du Faso plaide pour un budget plus important

Burkina-Présidence-Audience-Médiateur

Burkina : Le médiateur du Faso plaide pour un budget plus important

Ouagadougou, 6 mai 2021 (AIB) – Le Médiateur du Faso, Saran Sérémé/Séré a remis jeudi au président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, les rapports 2018, 2019 et 2020 de son Institution dans lesquelles elle plaide pour un budget plus important.

Les rapports des trois années remis au président du Faso Roch Marc Christian Kaboré sont accompagnés de recommandations faites aux différentes administrations.

L’une des recommandations concerne le renforcement matériel et financier du Médiateur du Faso, a indiqué la première responsable, Saran Sérémé/Séré.

«Nous avons un budget très étroit qui ne nous permet pas d’œuvrer à une appropriation effective (des préoccupations) des populations», a-t-elle affirmé.

Saran Sérémé/Séré a aussi affirmé que le budget actuel du Médiateur du Faso ne permet pas de renforcer ses «différentes représentations régionales et provinciales qui travaillent à avoir un climat social apaisé et surtout à diminuer les dysfonctionnements de l’administration».

Les rapports exposent également les missions du Médiateur du Faso qui consistent à «interpeller les administrations publiques, les collectivités territoriales et tout organisme même privé investi d’une mission de service publique comme les banques, les téléphonies, les sociétés de transport».

Cependant, le Médiateur du Faso ne s’intéresse pas aux questions privées de personne à personne, a précisé Saran Sérémé/Séré.

Le Médiateur du Faso a aussi affirmé que les rapports recommandent des études pour une prise en compte dans l’administration du traitement salarial des personnes qui ont suivies des formations privées.

Les rapports recommandent également que les conditions d’incarcérations dans les maisons de justice soient revues afin qu’elles remplissent les conditions de droit humains.

Bien avant le Médiateur du Faso, c’est l’ambassadeur du royaume d’Arabie Saoudite au Burkina Faso, Dr Waleed Al Hamoudi qui a été reçu en audience par le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré.

Le diplomate saoudien en fin de mission après quatre années passées au Burkina Faso «pour servir sa Majesté, le gardien des deux lieux saints, le Roi Salman ben Abdelaziz Al Saoud» selon ses propos, dit être venu «pour une visite d’au revoir».

Dr Waleed Al Hamoudi a réitéré «les remerciements au président du Faso et au ministre des Affaires étrangères Alpha Barry pour les facilités offertes» pour faire de sa mission «une réussite».

Dr Waleed Al Hamoudi dit partir «le cœur léger» car il a contribué au développement des relations bilatérales entre le Burkina Faso et l’Arabie Saoudite.

Les relations entre les deux Etats «sont excellentes aujourd’hui» marquées par quatre visites du président du Faso en Arabie saoudite, a-t-il conclu.

Agence d’information du Burkina

WIS/ata/ak

Source : présidence du Faso

Photo : Médiateur du Faso

Afrique : La souveraineté alimentaire passe par de solides systèmes de stockage (FAO)

Burkina-Afrique-Sécurité-Alimentaire

Afrique : La souveraineté alimentaire passe par de solides systèmes de stockage (FAO)

Ouagadougou, 06 mai 2021-(AIB)-La FAO a assuré mercredi, que la souveraineté alimentaire passe par de solides systèmes de stockage, d’où sa volonté d’accompagner le projet de la CEDEAO «1 million de silos pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel».

«En effet, c’est uniquement en mettant en place de solides systèmes de stockage de produits alimentaires que l’on atteindra les engagements de Malabo et l’objectif Faim Zéro en Afrique de l’Ouest» a indiqué le  Coordonnateur sous régional pour l’Afrique de l’Ouest et Représentant de la FAO au Sénégal, Gouantoueu Robert Guei

M. Gouantoueu Robert Guei s’exprimait, mercredi lors de la Conférence internationale sur le système ouest-africain de stockage de sécurité alimentaire, selon un communiqué de presse transmis à l’AIB.

L’objectif général de cette Conférence internationale est de construire les bases d’un partenariat multilatéral renouvelé pour renforcer les mécanismes d’alerte, de prévention, d’intervention et d’assistance humanitaire aux populations victimes des crises alimentaires.

Gouantoueu Robert Guei, a précisé que   l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture compte poursuivre et consolider sa collaboration avec la Commission de la CEDEAO et ses partenaires pour renforcer la résilience des populations vulnérables ouest-africaines en vue d’atteindre la souveraineté alimentaire

Il  a invité  «la Communauté internationale et l’ensemble des partenaires techniques et financiers à conjuguer leurs efforts pour accompagner la Commission de la CEDEAO à lancer un programme majeur de mise à l’échelle de silos familiaux et communautaires : l’initiative «1 million de silos pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel».

«La souveraineté alimentaire étant, par ailleurs, une question de dignité humaine, la FAO réaffirme le rôle complémentaire des stocks de sécurité alimentaire dans les politiques globales de développement des chaînes de valeur agro-sylvo-pastorale et halieutique pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle», a assuré Gouantoueu Robert Guei.

Agence d’information du Burkina

my/ata

Photo d’illustration: .abcburkina.net

 

Crise alimentaire majeure : Le CILSS recommande des «réponses appropriées»

Burkina-Afrique-Sahel-CILSS-Crise-Alimentaire

Crise alimentaire majeure : Le CILSS recommande des «réponses appropriées»

Ouagadougou, 5 mai 2021(AIB)- Le Comité inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS) a recommandé mercredi, à ses treize membres, des «réponses appropriées», pour faire face à la crise alimentaire et nutritionnelle qui pourrait toucher 27 millions de personnes.

«Au regard de cette situation, le CILSS et ses partenaires recommandent aux décideurs gouvernementaux et aux partenaires techniques et financiers de se mobiliser pour mettre en œuvre des réponses appropriées face à cette crise alimentaire et nutritionnelle majeure», a soutenu son secrétaire exécutif Docteur Abdoulaye Mohamadou.

M. Mohamadou dont les propos ont été rapportés jeudi par le quotidien Sidwaya, a expliqué que plus de 17 millions de personnes issues des treize pays membres du Comité inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS), font face à une crise alimentaire et nutritionnelle.

Il a précisé que ce chiffre pourrait atteindre 27 millions de personnes dont 2, 9 Burkinabè, en cette période de soudure.

Selon Docteur Abdoulaye Mohamadou, la situation est inquiétante car plus de 1,5 millions d’enfants, âgés de 6 à 59 mois, des pays sahéliens ont été admis à la récupération nutritionnelle contre 160 000 au niveau des pays côtiers.

D’après lui, la crise sécuritaire (attaques terroristes) dans le bassin du lac Tchad et dans le Liptako-Gourma fragilisent les moyens d’existence des populations.

Le chargé de l’animation du cadre harmonisé, Docteur Issoufou Baoua, a ajouté que la COVID19 a entrainé une baisse de certaines productions de culture de rente qui ont occasionné une réduction des revenus et un accès limité à la nourriture dans les localités évoquées.

En rappel, le CILSS qui a été créé en 1973, aux lendemains d’une grande sécheresse, réunis le Burkina Faso, le Bénin, le Cap-Vert, la Côte d’Ivoire, la Gambie, la République de Guinée, la Guinée-Bissau, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal, le Tchad et le Togo.

Agence d’information du Burkina

hb-ata/ak

 

 

Yako: Un enfant de 14 ans se donne la mort par pendaison

Yako: Un enfant de 14 ans se donne la mort par pendaison

Yako, 06 mai 2021 (AIB)-Un enfant de près de 14 ans, s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako, a appris l’AIB.

Selon les informations qui ont été fournies à l’AIB, la victime s’était rendue à la fontaine pour puiser de l’eau à l’aide d’une charrette à traction asine.

L’enfant aurait par la suite utilisé la corde de son âne pour se pendre à environ 20 mètres de ladite fontaine.

Pour l’heure, les motivations de ce suicide ne se sont pas encore élucidées.

Agence d’information du Burkina

Zezouma Élie SANOU

AIB-Passoré.

Le CCEB offre 600 lampes solaires à 4 communes de Zorgho pour booster les résultats scolaires

 

BFA-EDUCATION-CCEB

Le CCEB offre 600 lampes solaires à 4 communes de Zorgho pour booster les résultats scolaires

Zorgho, (AIB) –  Le Cadre de concertation des ONG/association actives en éducation de base (CCEB) a fait don le mardi 27 avril 2021 à Mogtédo dans la province du Ganzourgou (région du Plateau central), d’un lot de 600 lampes solaires aux écoles des communes de Meguet, Zoungou, Boudry et Mogtédo. C’est dans le cadre du projet « Les enfants sont l’or du Burkina » que le CCEB qui lutte pour une éducation inclusive au Faso, a fait ce geste pour plus de résultats scolaires dans la localité.

Les écoles des 4 communes du Ganzourgou ci-dessus citées étaient en joie ce mardi 27 avril dernier. Et pour cause, le CCEB leur a apporté la lumière. Le projet « Les enfants sont l’or du Burkina » est en cours de démarrage dans la province du Ganzourgou.

Sa finalité est de promouvoir l’accès à une éducation de qualité sensible au genre, tout en développant des initiatives pour stopper la fréquentation des sites d’or artisanal par les enfants scolarisés ou non, de la province en général et spécifiquement des 4 communes cités. Les plus hautes autorités étaient là pour témoigner de leur gratitude au projet.

« C’est devant les autorités communales et administratives de ces 4 communes de Zorgho que ces lampes solaires et projecteurs ont été remis aux écoles cibles (surtout aux élèves du CM2) du projet pour permettre aux enfants d’apprendre leurs leçons à la maison. Parce que beaucoup de localités couvertes par le projet n’ont pas l’électricité », témoigne le chargé du projet Oumarou Ilboudo.

Il reconnait que « la lumière contribue à l’amélioration des résultats scolaires parce que les enfants apprendront. Nous avons estimé que c’était bien de leur trouver cette lumière pour que la lumière se fasse ».

Des clubs de filles et des gouvernements formés pour booster le rendement scolaire

Dans les différentes écoles couvertes par le projet des clubs de filles et des gouvernements scolaires  ont été pour permettre aux enfants et aux filles de participer à l’animation de la vie scolaire.

« Les enfants apprennent tout de suite à porter des responsabilités, à jouer leur rôle comme dans un vrai gouvernement et de savoir ce que c’est-ce que la gouvernance, quelles sont les responsabilités », éclaire le chargé de projet.

Selon les ont appris avec l’aide des enseignants comment se comporter lorsqu’on est responsable, comment on doit conduire la communauté vers les objectifs fixés par le gouvernement et les clubs scolaires.

« Ces clubs et gouvernement ont des plans d’action qu’ils ont élaborés et ce sont ces plans d’action qui ont été appuyé par le projet. Chaque club de filles a eu 100 000FCFA pour mettre en œuvre son plan. Chaque gouvernement scolaire a également a reçu 100 000FCFA pour la mise en œuvre des activités de son plan d’action. 25 écoles ont été couvertes et dans chaque école il y a deux structures (club et gouvernement). Cela fait un total de 5 millions de soutien du projet », a expliqué Oumarou Ilboudo.

Il ajoute que ces enfants « tiennent des réunions périodiques appelées conseils des ministres pour discuter des problèmes de chaque classe. Ces gouvernements interpellent les enseignants absentéistes ».

Ce projet est financé par Oxfam qui n’a pas manqué le rendez-vous de Mogtédo pour la remise des lampes solaires.

Pourquoi créer spécifiquement des clubs de filles dans ces écoles ? « Nous attachons du prix à la question du genre », a répondu le chargé du projet. 5140 enfants ont été touchés.

Débuté en 2018 dans le Yagha, le projet avait commencé à laisser percevoir les dividendes en 2019 jusqu’à ce que la situation sécuritaire se détériore avec des fermetures d’écoles.

Sur les 25 écoles il ne restait que 8 écoles. Le projet s’est donc déporté dans le Ganzourgou en 2020 pour prendre fin en décembre 2021. Avec les résultats déjà engrangés, le chargé du projet s’est dit satisfait.
Adama SALAMBERE

 

 

LE MONDE EN BREF DU JEUDI 6 MAI 2021

LE MONDE EN BREF DU JEUDI 6 MAI 2021

 

WASHINGTON – Les Etats-Unis ont annoncé mercredi qu’ils étaient favorables à la levée des brevets sur les vaccins anti-Covid, une prise de position exceptionnelle à l’heure où les pays pauvres manquent cruellement des précieuses doses, seules armes contre la pandémie qui poursuit ses ravages, notamment en Inde.

 

MEXICO – Les critiques fusent tandis que les grues sont à l’oeuvre pour dégager le site: deux jours après l’accident du métro de Mexico, qui a fait 25 morts, les allégations de mauvaise gestion administrative de ce transport public ébranlent la gauche au pouvoir.

 

BOGOTA – La Colombie est entrée mercredi dans sa deuxième semaine de manifestations contre le gouvernement de droite du président Ivan Duque, lequel a dénoncé un « vandalisme violent » et proposé un dialogue, qui ne devrait toutefois pas débuter avant plusieurs jours.

 

LA HAYE – La Cour pénale internationale (CPI) doit prononcer jeudi la peine infligée à Dominic Ongwen, enfant soldat ougandais devenu un commandant de la brutale rébellion de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA), jugé coupable de crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

 

JOHANNESBURG – L’ANC, parti historique au pouvoir en Afrique du Sud, a suspendu son secrétaire général Ace Magashule, accusé de corruption, un succès pour le président Cyril Ramaphosa, qui jouait gros sur ce dossier, au sein d’un parti fractionné.

 

LONDRES – Les Britanniques votent jeudi pour des élections locales à la valeur de test pour Boris Johnson et l’unité du Royaume-Uni, les indépendantistes espérant une victoire éclatante en Ecosse pour ouvrir la voie à un nouveau référendum d’autodétermination.

 

KIEV – Après des semaines de tensions, le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken est arrivé  mercredi soir en Ukraine pour apporter son soutien face à Moscou, mais aussi pour exiger des efforts dans la lutte anticorruption.

 

PARIS – Entre conflits, crises économiques aggravées par la pandémie et événements climatiques, l’insécurité alimentaire aiguë a atteint en 2020 son plus haut niveau depuis cinq ans, avertit le Réseau mondial contre les crises alimentaires qui s’attend à une année 2021 « difficile ».

 

PARIS – La demande de lithium multipliée par 40 d’ici 2040, celle de cobalt et de nickel par 20… Si le monde veut tenir ses objectifs climatiques, les Etats doivent se pencher urgemment sur leur approvisionnement en minerais nécessaires à la transition énergétique, souvent concentrés dans un petit nombre de pays, appelle mercredi l’Agence internationale de l’énergie.

 

BAMAKO – Olivier Dubois, un journaliste français, a été enlevé début avril au Mali par des jihadistes affiliés à Al-Qaïda, une information qu’il a annoncée lui-même dans une vidéo diffusée mercredi sur les réseaux sociaux, déclenchant l’ouverture d’une enquête antiterroriste en France.

 

BRUXELLES – Bruxelles a proposé mercredi de s’octroyer de nouveaux pouvoirs pour limiter les incursions dans l’UE des entreprises étrangères soutenues par l’État, une réponse européenne à la montée en puissance de la Chine.

 

LONDRES – Réunies pour la première fois en personne depuis plus de deux ans, les grandes puissances du G7 ont adopté mercredi un ton ferme à l’égard de la Russie, de la Chine et l’Iran, sans annoncer l’aide supplémentaire au partage des vaccins demandée par l’OMS.

 

JERUSALEM – La fin de « l’ère Netanyahu » approche-t-elle? Sur les coups de minuit mercredi, le délai accordé à M. Netanyahu pour former un gouvernement à la suite des élections législatives du 23 mars a expiré, conduisant le président israélien Reuven Rivlin à demander au chef de l’opposition Yaïr Lapid de tenter de former le prochain gouvernement.

 

KANO – Une trentaine d’étudiants kidnappés en mars par un commando lourdement armé dans le nord du Nigeria ont été libérés, s’est félicité mercredi le président nigérian, critiqué pour son incapacité à enrayer les attaques de bandes criminelles pratiquant les enlèvements de masse.

 

SAN FRANCISCO – Uber assure que la reprise est bien amorcée grâce aux livraisons et à la sortie progressive de la pandémie dans certains pays, mais l’offre et la demande pour les trajets avec chauffeurs restent faibles, et la plateforme de transport continue de devoir défendre son modèle économique contesté.

 

WASHINGTON – Un prototype de la fusée géante Starship développée par SpaceX, dont les quatre précédents vols d’essais s’étaient soldés par d’impressionnantes explosions, a réussi mercredi son atterrissage, a confirmé le patron de l’entreprise, Elon Musk.

 

PARIS – La pénurie mondiale de puces électroniques a empêché le groupe automobile Stellantis, issu de la récente fusion de Peugeot-Citroën et de Fiat-Chrysler, de produire 190.000 véhicules au premier trimestre, mais n’a pas encore freiné ses ventes, a annoncé le constructeur mercredi.

 

PARIS – Le petit défunt, « Mtoto », reposait là depuis 78.000 ans, soigneusement enterré par les siens: au Kenya, les archéologues viennent de mettre au jour la plus ancienne sépulture d’un homme moderne en Afrique, au terme d’une folle épopée scientifique révélée mercredi.

 

BUCAREST – Le « plus grand » des ours bruns roumains a été abattu par un prince du Liechtenstein lors d’une partie de chasse, ont déploré mercredi deux ONG. « Arthur avait 17 ans et était le plus grand ours observé en Roumanie et sans doute au sein de l’Union européenne », a écrit Gabriel Paun, de l’association roumaine Agent Green, dans un communiqué. La chasse aux ours est interdite en Roumanie mais le prince Emanuelavait bénéficié d’une dérogation. La police a ouvert une enquête.

 

(AFP)

 

Terrorisme, enseignement et  contrefaçon à la Une des quotidiens burkinabè

Burkina-Presse-Revue

Terrorisme, enseignement et  contrefaçon à la Une des quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 6 mai 2021(AIB)- La presse burkinabè de ce jeudi, évoquent dans leurs parution du jour, l’actualité liée à la construction de l’université Thomas Sankara, à la lutte contre la contrefaçon à Bobo Dioulasso, sans oublier le terrorisme.

«Recrudescence des attaques terroristes au Burkina : Plus de 20 000 déplacés internes  enregistrés en deux semaines », arbore à sa Une, le journal privé Le Pays.

Selon le journal, le Conseil des ministres d’hier mercredi  présidé par le chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré révèle que près de 20 milles personnes sont  victimes des attaques terroristes dans les régions  de l’Est,  du Nord et du Sahel.

Dans la même dynamique, le quotidien d’Etat Sidwaya  affiche à sa manchette : «Attaques terroristes au Nord et à l’Est : Plus de 17 000 nouveaux déplacés».

A le lire  (journal), le porte-parole du gouvernement,  Ousseni Tamboura  explique que la région  du Nord enregistre 10 225  déplacées,  celle  de l’Est  4 447 et  celle du Sahel plus de 3000 personnes.

De son côté, le quotidien «bobolais», L’Express du Faso montre à sa Une : «Conseil  des ministres : Près de 18 000 personnes déplacées internes en une semaine».

Sur le plan de l’enseignement supérieur, le journal privé Le Pays titre : «Construction de l’université Thomas Sankara : Les populations affectées passent à la caisse».

Le confrère  signale que l’Université Thomas Sankara (UTS) a procédé hier mercredi à Ouagadougou, dans la matinée à l’indemnisation des populations affectées par le projet de construction de ladite université dont le processus a démarré depuis 2016.

De son avis, plus de 700 personnes, à savoir, les propriétaires terriens, les acquéreurs et des exploitants seront indemnisés dans le cadre du projet de  construction de l’UTS.

Le quotidien privé rappelle qu’environ 5 milliards de FCFA seront investis dans l’indemnisation des populations et que les sommes  vont de 26000 à plus de 180 milles FCFA.

Quant au journal public Sidwaya, il renchérit que  les  personnes touchées par le projet de construction de l’UTS dans la commune de Saaba sont passées à la caisse pour entrer en possession de leurs chèques.

A l’en croire, le  président de l’UTS, Adjima Thombiano a noté qu’il s’agit  dans un premier temps,  de recenser les personnes affectées par le projet  et ensuite  évaluer leurs biens.

Les quotidiens de ce jeudi  font cas de la lutte contre la contrefaçon dans la capitale économique du Burkina.

Pour sa part, l’Express du Faso affiche à sa Une : Police nationale/Bobo -Dioulasso : 4360 boîtes de lait périmés saisis, 04 personnes appréhendées ».

Le journal édité à Bobo-Dioulasso souligne que le commissariat central de Bobo-Dioulasso a présenté hier mercredi, à la presse, une importante saisie de produits de consommation périmés.

Le confrère soutient que sur un total de  8400 boîtes de lait concentré de marque «Soleil » de fabrication tunisienne, 4360  ont été saisies avec un reste 4040 sur le marché.

Le quotidien privé  indique également que 4 personnes ont été appréhendées par la police nationale  de Bobo Dioulasso dans cette affaire de contrefaçon.

Le journal Sidwaya fait remarquer que les dates de péremption des boites de lait  fixées en avril 2021 ont été reconditionnées pour juillet 2021 et mises sur le marché.

Le journal public  note que ces boîtes de lait ont vu leur date de péremption nettoyées et remplacées par des étiquettes avec de nouvelles de dates.

Agence d’information du Burkina

NO/ata/ak 

Burkina : Près de 18 mille personnes déplacées, à l’issue des dernières attaques terroristes (gouvernement)

Burkina-Gouvernement-Conseil-Attaques-Humanitaires-

 

Burkina : Près de 18 mille personnes déplacées, à l’issue des dernières attaques

terroristes (gouvernement)

Ouagadougou, 6 mai 2021 (AIB) – Le gouvernement burkinabè a relevé 17 899 Personnes déplacées internes (PDI) à la suite des attaques terroristes enregistrés la semaine dernière dans les régions de l’Est, du Nord et du Sahel, a indiqué mercredi, le ministre en charge de la communication, Oussénie Tamboura.

Le ministre de la Communication et des Relations avec le parlement, Ousséni Tamboura, par ailleurs, Porte-parole du gouvernement, a précisé que l’on a enregistré 4 447 déplacées à l’Est, 3252 déplacés au Sahel et 10 200 déplacés au Nord.

Il s’exprimait mercredi à Ouagadougou, à l’issue de l’hebdomadaire Conseil des ministres.

Selon Ousseni Tamboura, le gouvernement s’est réjoui de mesures d’urgences prises par le ministre en charge de l’action humanitaire qui a accueilli et logé ces personnes déplacées.

«D’une part, c’est de les mettre dans un site avec des abris et d’autre part, c’est de trouver des familles hôtes», a-t-il indiqué.

Le gouvernement a été satisfait que les premiers appuis alimentaires et matériels soient assurés parce que dans la démarche, il pré-stocke des aliments dans les magasins CONASUR (Conseil national de secours d’urgence et de réhabilitation) dans les provinces et les régions, a rappelé le ministre Tamboura.

Le porte-parole du gouvernement a affirmé également que le gouvernement avait autorisé le transport de 30 000 tonnes d’aliments il y a quelques mois dans les provinces.

«Cela a permis de venir rapidement en secours à ces personnes (déplacées). Cependant, certaines localités n’ont pas pu être ravitaillées en raison de l’insécurité. Il est prévu de les ravitailler par voie aérienne. Il s’agit de la bourgade de Mansila», a-t-il ajouté.

Au cours de la semaine écoulée, des attaques terroristes ont été enregistrées dans ces trois régions (Est, Nord et Sahel) du Burkina Faso, faisant de nombreux morts et de blessés.

Agence d’information du Burkina

WIS/ata/ak

 

Photo : Archives (Lefaso.net)

Dernières publications