EST

Gourma

Fada

Province du Gourma

Cadre de Concertation dresse le bilan du plan d’action de 2021.

Fada (AIB)-Le Cadre de Concertation provincial du Gourma a tenu  sa deuxième  session  ordinaire de l’année,  les 15 et 16 décembre 2021, à Fada N’Gourma.

Les acteurs de développement de la province du Gourma ont fait un halte pour examiner les résultats obtenus de leur  plan d’actions et d’investissements de l’année 2021.  Le Cadre de Concertation provincial (CCP) du Gourma qui a tenu sa deuxième session de l’année, les 15 et 16 décembre dernier à Fada N’Gourma, a, en effet, fait  le bilan de leurs activités de l’année en cours d’achèvement.

Selon les responsables du cadre, les résultats engrangés dans l’ensemble par les différents acteurs dans les domaines de l’éducation, l’eau et l’agriculture, entre autres, ont été «satisfaisants» en dépit du contexte sécuritaire délétère. Toutefois, ils ont relevé des difficultés rencontrées qui n’ont pas permis d’achever certains projets inscrits au programme de l’année. Il s’agit  notamment de contraintes liée à l’exploitation du barrage de Zanré dans la commune  de Diabo et la lenteur de l’exploitation d’équipements  acquis par  Valpape au profit des promotrices de la commune de Diapangou. En plus de ces difficultés, ils ont fait également savoir que l’absence de synergie entre les acteurs sur le terrain a constitué un handicap pour la réalisation des projets. Cette session a également servi de tribune au cadre de concertation pour décliner leur plan d’action et d’investissement de 2022.

Celui-ci qui a été souvent l’objet de critique et d’orientation par les corps constitués,  est bâti  en grande partie sur des financements à rechercher. Le directeur provincial de la Transition écologique et de l’Environnement  du Gourma, Harouna Ouédraogo, a suggéré aux acteurs de tenir compte de l’impact environnemental dans la réalisation des projets qui est une exigence du législateur burkinabé. Quant à Wendkouni Georges Segda de la Direction provinciale du Sport et des Loisirs du Gourma, a déploré le fait que le volet sport et loisirs ne soit pas suffisamment pris en compte par les programmations des activités des collectivités territoriales.

Ainsi, il les  a invitées à accorder une place de choix  au sport et  aux loisirs dans leur prochaine planification. «Qui parle de sport, parle de santé. Et lorsqu’une personne est en bonne santé, elle est prête et apte à faire toutes sortes d’activités», a-t-il  fait savoir. Pour sa part la secrétaire général  du Gourma, Bernadette ADENYO/SEREME, a exhorté les différents acteurs à surtout travailler dans une synergie d’action afin de rendre efficace leur intervention au profit des population

Kanliéyama Aboubakar COMBARY

(AIB/Fada)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here