Gestion des ressources financières

Le ministre Stanislas Ouaro encourage ses financiers

Le ministre de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues nationales, Stanislas Ouaro, a rencontré le personnel en charge des finances du ministère dans la soirée du samedi 18 décembre 2021, à Bobo-Dioulasso. C’était en marge d’une formation de ces acteurs sur la gestion des finances publiques.

 

Le Ministre de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues nationales, Stanislas Ouaro, tient à la bonne gestion des finances de son département. C’est dans cet esprit qu’il a effectué un déplacement sur Bobo-Dioulasso, le samedi 18 décembre 2021 pour, dit-il, encourager les acteurs en charge des finances de son ministère, en formation du 16 au 21 décembre 2021. Ladite  formation a réuni tous ceux qui ont en charge la gestion des fonds aux niveaux central et déconcentré du ministère. Ce sont les régisseurs, les chefs de services administratifs et financiers, et les directeurs régionaux et provinciaux.

L’objectif de ce renforcement de capacité, selon Stanislas Ouaro, est de travailler à lever les goulots d’étranglement et faire en sorte que la gestion financière des fonds délégués au ministère soit performante et efficace. Et d’ajouter qu’il faut que tout le monde comprenne les différents pans et procédures de la gestion financière. « Il faut  éviter qu’en fin d’année, le ministère ne se retrouve pas à reverser ou à rembourser des fonds dans des cadres d’audit », a lancé Stanislas Ouaro. A l’issue de la formation, foi du ministre, plusieurs rapports seront faits.

Un sera adressé au ministre en charge de l’économie et des finances afin de lui demander certaines dérogations et accompagnements, le cas échéant. « La gestion de ce ministère qui a 120 000 agents de la Fonctions publique et environ 5 millions d’élèves, nécessite par moment des flexibilités  et des dérogations », a-t-il avoué. Un autre rapport, a poursuivi le ministre Ouaro, sera aussi fait sur la question sécuritaire qui, a-t-il dit, rend parfois difficile la gestion budgétaire. Stanislas Ouaro a également évoqué quelques défis de son département. Il a principalement cité l’éducation en situation d’urgence liée à la situation sécuritaire. Et sur le sujet, a-t-il confié, le ministère est à la date d’aujourd’hui, à 196 établissements scolaires rouverts, près d’une centaine délocalisés, et à peu près 180 000 élèves récupérés sur les 400 000 touchés par la crise depuis le début de la rentrée scolaire.  Il a annoncé  la réalisation, bientôt, de 260 classes préfabriquées déplaçables pour faire face à l’afflux des élèves victimes de l’insécurité.

Alpha Sékou BARRY

Sosthène SOMBIE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here