Ministère de la santé

 

Bientôt un scanner au CHR de Dédougou

 

Le ministre de la Santé, Pr Charlemagne Ouédraogo, a séjourné le vendredi 23 juillet 2021 dans la Boucle du Mouhoun. A l’occasion, il visité le Centre hospitalier régional (CHR) de Dédougou, le chantier du centre hospitalier régional universitaire (CHU), et s’est entretenu avec les agents de son département ainsi que les Hommes de médias de la région.

 

Le ministre de la Santé, Pr Charlemagne Ouédraogo, a initié une série de rencontres avec ses agents sur le terrain. Le vendredi 23 juillet 2021, M. Ouédraogo était dans la région de la Boucle du Mouhoun pour s’enquérir de l’état de santé des infrastructures sanitaires, et des préoccupations du personnel soignant. Au Centre hospitalier régional (CHR) de Dédougou, du service des urgences médicales, à la radiologie en passant la maternité, la pédiatrie, la médecine générale et la chirurgie entre autres, le ministre de la santé a fait le tour de ces unités pour traduire ses encouragements au personnel de santé qui, malgré les moyens limités, offre des soins de « qualité » à la population. « Nous saluons votre courage, votre abnégation et l’esprit de sacrifice que chacun manifeste au quotidien pour la santé de la population de la Boucle du Mouhoun », a-t-il lancé. Des difficultés constatées, le ministre note le manque de scanner et la non disponibilité de certains produits. Mais, a-t-il rassuré, avec l’accompagnement des partenaires, son département a engagé l’acquisition de six scanners et le CHR de Dédougou en bénéficiera. Et d’ajouter que plusieurs préoccupations des formations sanitaires sont prises en compte dans le plan d’urgence pour les hôpitaux en période COVID-19. « Ce plan est achevé. Il sera présenté bientôt en Conseil des ministres et des stratégies de mobilisations des ressources seront entreprises pour financer le manque d’équipements de nos hôpitaux. Le plan d’urgence est la solution pour la résilience de nos structures sanitaires dans un délai court », a-t-il précisé. Le ministre s’est réjoui de voir que la gratuité des soins pour les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes est en œuvre. « Nous allons discuter avec la chaine d’approvisionnement, notamment la CAMEG, pour comprendre pourquoi, certains produits sont en manque dans la région. Ce sont des difficultés surmontables et des solutions seront trouvées très rapidement », a promis Charlemagne Ouédraogo.

 

Un retard dans la construction du nouveau CHRU

 

Ensuite, la délégation s’est rendue sur le chantier de nouveau Centre hospitalier régional universitaire (CHRU) pour constater l’évolution des travaux. « Il y a eu beaucoup de retards en raison de la COVID-19 et de la régulation budgétaire», a indiqué le ministre. Mais, s’est-il consolé, le pool mère-enfant est entièrement terminé ainsi que d’autres bâtiments comme la pharmacie. « Nous nous sommes entretenus avec les entreprises et le bureau d’études afin de définir une feuille de route qui nous permettra de savoir à quel moment nous allons occuper les lieux. Nous avons ensemble analysé les difficultés en vue de solutions pour que cet hôpital puisse être achevé », a-t-il laissé entendre. Pour le directeur technique du bureau d’études, Jean Sawadogo, la difficulté majeure de ce chantier réside dans le défaut de financement. « Tout dépendra du maître d’ouvrage qui est le ministère de la santé. Si les fonds sont disponibles, des entreprises seront recrutées pour des réalisations dans les délais », s’est-il convaincu. Et d’ajouter que les entreprises sur le terrain ont donné des délais au ministre pour livrer les bâtiments. « Deux entreprises se sont engagées à achever leurs travaux dans un mois. Une autre a donné rendez-vous en fin d’année. C’est pour dire que les lots actuels peuvent être achevés en janvier 2022 », a-t-il souligné.

La délégation ministérielle dans le cadre de son séjour, a échangé avec les Hommes de médias sur la campagne de vaccination contre la COVID-19. Le directeur général de la santé publique, Emmanuel Seini, a rappelé que le pays depuis l’apparition de la maladie, a enregistré plus de 13 mille cas. Et pour immuniser la population, le ministère de la santé a lancé le 2 juin dernier, la vaccination avec l’AstraZeneca. Des doses de vaccins de Jonhson and Johnson ont été réceptionnées ce 21 juillet et d’autres doses de Sinopharm sont attendues les jours à venir. Pour le DG, tous ces produits sont sûrs et ont été rigoureusement testés. Cependant, a-t-il regretté, il y a un faible engouement de population pour le vaccin. 33 mille vaccinés à la date du 17 juillet 2021. Selon le ministre, des fausses informations sont diffusées sur les réseaux sociaux. C’est pourquoi, son département souhaite l’accompagnement des Hommes de médias, qui sont en contact direct avec la population, pour réussir cette campagne. « Nous avons voulu vous apporter l’information relative au vaccin afin que vous puissiez à votre tour, donner l’information juste aux populations pour obtenir un engagement communautaire en faveur de la vaccination », a souhaité le ministre Ouédraogo. Un face à face avec les agents de santé dans la soirée, a permis au ministre de recenser les préoccupations des travailleurs. Celles-ci se résument entre autres, au manque de plateau technique dans les hôpitaux, à l’absence de carrières des contractuels des CHR, à des insuffisances dans la mise en œuvre de la fonction publique hospitalière.

Adama SEDGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here