Burkina Faso-Presse-Revue

Nécrologie, politique et coronavirus, à la Une des quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 7 avril 2020  (AIB) – Les quotidiens burkinabè parvenus à l’AIB ce mardi matin, évoquent des sujets liés à la politique et à la pandémie de Coronavirus (Covid-19) sans oublier de commenter largement le décès, la veille, de l’homme de presse et de culture, Moustapha Thiombiano.

Sidwaya, le quotidien national, renseigne que la presse burkinabè est en deuil, précisant que «le fondateur du groupe de médias Horizon FM-TVZ Africa, Moustapha Thiombiano a rendu l’âme dans la soirée de ce lundi 6 avril 2020, à l’âge de 71 ans, de suite de maladie».

A ce propos, Aujourd’hui au Faso (privé) fait observer que c’est un monument de la presse notamment audiovisuelle qui vient de ranger définitivement le micro.

Selon le confrère, Moustapha Thiombiano était présenté comme l’un des pionniers de la radio en Afrique noire, si bien que le qualificatif de première radio libre d’Afrique collait bien à la sienne Horizon FM.

«A travers cette radio, il a permis à de grandes figures du journalisme burkinabè de mettre le pied à l’étrier et faire leurs armes dans ce métier», rapporte Aujourd’hui au Faso.

Parlant de ce décès, L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso, affiche: «Moustapha Thiombiano: la boite à idée s’est refermée définitivement»

Dans sa rubrique ‘’Mardi politique’’, le quotidien privé Le Pays donne la parole au Pr Mamoudou Hama Dicko, président de la Nouvelle alliance du Faso (NAFA, opposition) qui déclare, au sujet du scrutin couplé du 22 novembre 2020, que «la date des élections est intouchable».

Pour sa part, Le Quotidien (privé) met en exergue les propos du président de l’Alternative patriotique panafricaine/Burkindi, Dr Adama Coulibaly.

Celui-ci affirme que «l’une des solutions au problème du Burkina, c’est d’envoyer à la retraite cette classe politique obsolète et largement corrompue».

Pendant ce temps, L’Observateur Paalga cite le ministre de la Justice, Garde des sceaux, René Bagoro qui revient sur la libération de 1207 prisonniers, soutenant: «Ne confondons pas remise de peine et grâce présidentielle».

Le journal rappelle que le conseil des ministres du 2 avril 2020 a décidé d’une remise totale de peine privative de liberté au profit de 1207 condamnés en raison de la crise sanitaire née de la pandémie du Covid-19.

Evoquant la lutte contre le coronavirus, Le Pays Publie «le cri de cœur du Cardinal Philippe Ouédraogo».

Quant à Sidwaya, il arbore: «Covid-19: plus d’un milliard F CFA pour soutenir la culture», informant que le point de l’évolution de la pandémie fait ressortir «18 nouvelles guérisons».

Agence d’information du Burkina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here