Mariage d’enfants dans la Kossi

Les parents sensibilisés contre le phénomène

 

 

L’Association d’appui Pugsada en partenariat avec l’ONG Save the Children (SCI) a organisé, les 7 et 8 juin 2019 dans les communes rurales de Doumbala et de Bourasso, dans la province de la Kosssi, les journées d’information et de sensibilisation sur les méfaits du mariage précoce. Ces activités s’inscrivent dans le cadre de la recherche de solutions durables à l’épanouissement des enfants dans la région de la Boucle du Mouhoun.

 

Faire connaitre les conséquences néfastes du mariage d’enfants dans nos sociétés en vue de susciter le changement de comportement des parents pour l’abandon total de cette mauvaise pratique. C’est l’objectif principal recherché par la tenue des journées d’information et de sensibilisation, les 7 et 8 juin 2019, dans les communes rurales de Doumbala et de Bourasso dans la Kossi. Organisées par l’Association d’appui Pugsada en partenariat étroit avec l’ONG Save the Children (SCI), ces activités sont la mise en œuvre d’une initiative dénommée  projet de renforcement des capacités des organisations de la société civile pour l’élimination du mariage d’enfant, a expliqué la coordonatrice des activités, Lamoussa Noélie Sinaré. C’est aux moyens du théâtre forum et des causeries éducatives que les acteurs entendent arriver à bout de ce fléau source de malheur pour les enfants dans le monde, a-t-elle dit. A Doumbala comme à Bourasso, la prestation en théâtre forum de la troupe espace culturelle yéleen de Nouna a enregistré une forte mobilisation des populations cibles. Les échanges et débats engagés après la prestation de la troupe ont été caractérisés par de riches et bienfaisants conseils à l’endroit du public. Pour les populations, cette manière de faire (mariage précoce) préjudiciable à l’avenir des enfants doit cesser à jamais en vue d’un plein épanouissement des enfants des deux sexes. Pour le chef de canton de Bourasso, Sa majesté Jean Baptiste Traoré, Cette initiative est à encourager. En sa qualité de membre du regroupement des chefs traditionnels engagés dans la lutte contre le mariage précoce des enfants dans leur village respectif, sa majesté Traoré n’a pas tari de mots pour inviter les parents à éviter cette pratique et au besoin, dénoncer tous cas suspects aux autorités en place. Son souhait est de voir tous les enfants de la commune de Bourasso à l’école chez leurs parents jusqu’à l’âge de 18 ans avant d’être promis en mariage. Remerciant les populations pour leur forte mobilisation pour ces deux journées d’information et de sensibilisation, la coordonnatrice des activités Mme Sinaré à donné rendez-vous pour d’autres activités en programmation dans les villages d’intervention du projet et ce pendant toutes les quatre années de durée du projet.

 

Daouda Konaté

AIB/Nouna

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here