Concours du Festival international des radios d’Afrique francophone

Mariétou Macoulou de radio Mali remporte le premier prix

 

La première édition du Festival international des radios d’Afrique francophone a pris fin, dans l’après-midi du mercredi 13 février 2019.  Des journalistes ayant traités des sujets relatifs au terrorisme ont été récompensés.

 

Le Burkina Faso à l’instar des autres pays du monde  a commémoré, le mercredi 13 février 2019, la Journée mondiale des radios. Ce jour-là, les rideaux de la première édition Festival International des radios d’Afrique francophone (FIRAF) tombaient à Bobo-Dioulasso. Selon les organisateurs ce festival qui s’est tenu pendant trois jours, a permis aux journalistes d’échanger entre eux sur les responsabilités du journaliste. Le Commissaire général du festival,  Abdoulaye Ouattara s’est dit « fier » d’avoir initié ce festival car, il a permis aux hommes de médias,  de se rencontrer, d’échanger et de « faire de ce métier noble une réussite dans leur vie ». Avant d’ajouter que la « radio est le média le plus accessible à tous ». Donc, il est très important, de son avis,  d’organiser ce festival qui va permettre de parler essentiellement de radio.

Il a par ailleurs remercié leur partenaire français « Reporters Solidaires » pour la confiance place au festival. Pour la représentante de « Reporters solidaires », Christine Cogniat, ce partenariat a été un honneur pour elle car, cela a permis d’échanger sur le sujet d’actualité présent dans les pays notamment le terrorisme. La clôture de la première édition du FIRAF a été marquée par la remise de prix aux journalistes ayant traités  des sujets relatifs au terrorisme. La journaliste malienne à la radio Mali a reçu le premier prix. Le deuxième et le troisième  prix ont été respectivement  attribués à Mathieu Dalou Dah, journaliste à la RTB Gaoua et à Karim Ouédraogo, journaliste radio à la RTB Dédougou. Cette cérémonie a connu la présence du 4e adjoint au maire de la commune de Bobo-Dioulasso. Alain Sanou a exprimé  sa solidarité envers les initiateurs de ce festival. « Le journaliste est au cœur des activités de la mairie », a-t-il poursuivi.  Pour lui, il est important de les soutenir dans leur activité. Et de déclarer sa satisfaction que Bobo-Dioulasso soit aujourd’hui la capitale de la radio. De ce fait, il a  assuré le promoteur du soutien de la mairie pour la promotion de ce festival.

Maoua Leilatou ZON

Barkissa BONKOUNGOU

(Stagiaires)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here