Ganzourgou

1ère édition du Festival des Arts et de la culture du Ganzourgou

La troupe warba de Mogtédo remporte le premier prix

Zorgho, (AIB) – L’association pour le réveil culturel du Ganzourgou (ARC-G) a organisé un festival à Zorgho du 28 au 30 décembre 2018. Dénommé Festival des arts et de la culture du Ganzourgou (FESTAC-G), cette activité a été marquée par une compétition en danses traditionnelles, une rue marchande et la valorisation de la parenté à plaisanterie entre Zorgho et Koupéla.

Le Festival des arts et de la culture du Ganzourgou se veut être une manifestation bâtie autour de la culture et de l’artisanat de la province. Organisé par l’association pour le réveil culturel du Ganzourgou, son objectif est de promouvoir et valoriser les potentialités culturelles et artistiques du terroir. Cette première édition a été placée sous le patronage de sa Majesté le Mogho Naba Baongo et co-parrainée par les sieurs Éric Bougouma, Abdoul Karim Sango et Guébrina Naré, respectivement ministre des infrastructures,  ministre en charge de la culture et administrateur général de l’entreprise SONAF-BTP.

Elle avait pour thème : « Culture et auto-emploi : valoriser et promouvoir notre patrimoine culturel ». Et pour valoriser les liens de parenté à plaisanterie (Rakiré) entre le Ganzourgou et le Kouritenga, cette dernière province a été invitée spécialement.  Outre la rue marchande qui a permis l’exposition-vente des objets artisanaux et des mets locaux, la prestation d’artistes modernes et la compétition en danses traditionnelles pool jeune ont meublé les trois jours du festival. Pour la compétition, huit troupes venues de six communes du Ganzourgou (Boudry, Méguet, Mogtédo, Salogo, Zorgho et Zoungou) ont pris part. Elles ont présenté qui des pas de « winlga », qui des pas de « Kigba », de « warba » ou de « marindé » pour tenter de décrocher le trophée.  Au finish, c’est la troupe warba de Mogtédo qui a ravi la vedette.

Elle a été suivie de la troupe « winlga » de Songdin (Zorgho) puis, de la troupe « kigba » de Zorgho. La clôture du festival a connu la présence remarquable d’autorités administratives, politiques, coutumières,  religieuses et une importante délégation du Kouritenga avec leur parrain, Mr Guébrina Naré, administrateur général de SONAF. Ce fut l’occasion pour Isaac Ouédraogo, président de l’association pour le réveil culturel du Ganzourgou de les remercier tous et de salué particulièrement son excellence Naba Sanem de Zorgho pour ses conseils avisés dans la préparation de cette activité. Il a aussi salué les organisateurs d’autres festivals dans la province et indiqué que le FESTAC-G vise à assurer la relève dans le domaine de la danse traditionnelle. Car, pour lui, « il est important de montrer aux enfants ce que nous sommes pour qu’ils puissent se défendre demain ».

Il a salué son excellence le Naba Yemdé de Koupéla qui a répondu favorablement à sa requête pour valoriser le « rakiré » entre les deux peuples et a donné rendez-vous l’année prochaine à Koupéla pour la deuxième édition. Le député Alexandre Tapsoba, représentant les parrains a félicité les organisateurs et souhaiter le renforcement de leur union pour de belles organisations. Il a félicité les lauréats et encouragé tous les participants à la compétition. En terme de récompense, les trois premières troupes ont reçu chacune un trophée et du numéraire allant de 50 000 à 100 000FCFA. Une dizaine de personnalités appelées « trésors vivants » dans le domaine de la culture et des arts ont également reçu des attestations de reconnaissance.

Moïse SAMANDOULGOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here