Burina-Culture-Journée

Nahouri : Une journée culturelle pour renforcer les liens de fraternité

Pô, (AIB)-L’Association Toma Lataaba « Notre histoire et culture communes » a organisé du 2 au 4 décembre 2022 dans la commune de Zecco, (province du Nahouri), la 2e édition du festival culturel « Toma Lataaba », pour renforcer les liens de fraternité des communes de Tanghin-Dassouri et Zecco et Gambaga (Ghana).

Placée sous le thème «  brassage culturel et contexte sécuritaire : rôle des chefs coutumiers et des populations », cette deuxième édition organisée par l’Association Toma Lataaba « Notre histoire et culture communes » se veut un cadre d’échange culturels et historique.

Elle a regroupe plus d’une trentaine de chefs traditionnels mossi des communes de Tanghin- Dassouri (Kadiogo), Zecco (Nahouri) et Gambaga (république du Ghana).

Pour le Président de l’Association « Toma Lataaba », Gérard Yanogo, cette deuxième édition au-delà de son aspect festif, est un cadre d’échange historique, d’exposition d’objets d’arts afin de permettre à la jeune génération de connaitre l’histoire des mossi et Nankana venus tous de Gambaga (république du Ghana).

« Elle permettra également de renforcer l’intégration des peuples, la fraternité et de la cohésion sociale entre les mossi et Nankana. En un mot un retour à la source », a-t-il indiqué.

Le préfet du département de Zecco, Etienne Sangla, qui a présidé la cérémonie au nom du Haut-commissaire, a salué l’initiative.

Il a invité les différentes couches sociales à mutualiser leurs efforts autour des forces de défenses et de sécurité dans la lutte contre le terrorisme.

Même son de cloche pour le chef de Nalerigou, chef de mission de la délégation de Gambaga, d’inviter tous les chefs coutumiers présents à la cérémonie à travailler pour un retour de la paix et de la cohésion sociale au Burkina Faso.

 

Pour lui, la souffrance de leurs frères du Burkina Faso est ressentie au quotidien chez eux.

Au cours de ces soixante-douze heures de festival, les troupes de danses traditionnelles et artistes modernes mossi et Nankana de la zone du Ghana, se sont rivalisées dans un esprit de fraternité.

Pour Athanase Boudo, invité d’honneur, ce qu’il a vu est une bonne image de la qualité et de la vivacité de notre culture et il est venu encourager les initiateurs pour une telle activité.

« Une activité qui permettra aux deux communautés (mossi et Nankana) de se fraterniser et connaitre leur histoire », a ajouté M. Boudo.

Il a salué les responsables de l’Association et a souhaité que la troisième édition connaisse plus de mobilisation.

La délégation des chefs coutumiers venue de Gambaga était conduite par le Chef de Nalerigou, celui de Tanghin-Dassouri, par le Lalé Naaba de Koudougou.

La cérémonie a connu également la présence des chefs Kassena conduite par le chef de Dakola, représentant le Po-Pê et d’illustres personnalités des communes de Tanghin –Dassouri et de Zecco venues soutenir l’initiative.

La première édition de ce festival a été lancée en 2018 dans la commune de Tanghin-Dassouri.

Agence d’information du Burkina

HKO/hb/ata

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here