Burkina-OSC-Concertation

Des organisations de la société civile (OSC) se concertent

Ouahigouya, le mercredi 30 nov.2022(AIB)-Une trentaine d’organisation de la société civile (associations de développement, faîtières d’associations, mouvement et organisation de jeunes et de femmes, organisations professionnelles) se sont retrouvées, le mercredi 30 Novembre 2022 à Ouahigouya, pour passer en revue la situation sécuritaire.

Une trentaine d’organisation de la société civile (associations de développement, faîtières d’associations, mouvement et organisation de jeunes et de femmes, organisations professionnelles) se sont retrouvées, le mercredi 30 Novembre 2022 à Ouahigouya, pour passer en revue la situation sécuritaire et les actions de résilience menées dans la province du Loroum.

Selon la présidente de l’Association pour la Promotion des femmes alphabétisées (APFAL), Hadja Amsetou Nacanabo, « C’est une initiative louable qui est à saluer. Cela fait presqu’un an qu’à cause de la situation sécuritaire, les associations ne se sont pas rencontrées. Cette rencontre nous a alors permis de nous rapprocher davantage pour défendre la cause des populations locales ».

L’occasion a permis aux organisations de la société civile du Loroum, d’échanger sur la situation sécuritaire qui prévaut dans la province.

Les conditions de séjour des personnes déplacés internes et les relations qui prévalent entre elles, et les populations restées sur place à Titao et celles déplacées à Ouahigouya.

Pour Illassa Ouédraogo, Coordonnateur provincial des OSC du Loroum, il n’y a pas de problèmes particuliers entre les populations de Titao et celles déplacées à Ouahigouya. Il reconnaît toutefois qu’il existe quelques médisances qui peuvent entamer le vivre ensemble.

 » Les deux composantes sont complémentaires car sans les représentants de Titao à Ouahigouya, beaucoup d’initiatives de ravitaillement n’auraient pas lieu. » a indiqué M. Ouédraogo.

Pour lui, le comité travaille à sensibiliser les acteurs afin de renforcer les liens entre cette même communauté séparée par les contraintes sécuritaires.

Au cours des échanges, les participants ont affirmé avoir pris la mesure de la situation qui prévaut et se sont engagés à plus de synergie d’actions susceptible de renforcer la résilience des populations locales.

Cette activité a été facilitée par l’Ecole de la paix de Titao, une initiative portée par l’Atelier Théâtre du Loroum, le Laboratoire Citoyennetés et l’Ong GRET dans le cadre de la composante 3 du projet 3 Frontières.

Agence d’information du Burkina

ASO/dnk

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here