Burkina : Le gouvernement s’inquiète de la surenchère verbale contre les journalistes

Ouagadougou, 5 déc.2022 (AIB)- Le gouvernement burkinabè s’est inquiété lundi, de la surenchère verbale et des menaces de mort, recensées régulièrement sur les réseaux sociaux contre des citoyens, des journalistes en particulier, pour leurs points de vue sur des sujets d’actualité.

«Le gouvernement s’inquiète de la surenchère verbale et des dérives de langage observées dans l’espace public allant de l’appel à la violence physique, au saccage des biens jusqu’au meurtre des personnes», a appris d’un communiqué parvenu à l’Agence d’information du Burkina.

Selon ce communiqué, les derniers cas en date se rapportent aux journalistes Lamine Traoré du Groupe Oméga Médias et Newton Ahmed Barry visés par de violents propos relayés sur les réseaux sociaux.

 

«Le gouvernement condamne fermement et sans ambiguïté de tels propos qui font le lit de l’intolérance et de la désunion», a-t-il précisé.

 

Il appelle par ailleurs les auteurs à se ressaisir et l’opinion publique à se démarquer de tels agissements qui compromettent la cohésion sociale et notre vivre-ensemble.

 

«Le gouvernement entend assumer pleinement ses responsabilités et rassure que toutes les dispositions utiles sont prises pour garantir la liberté de presse et d’opinion ainsi que la sécurité des biens et des personnes», a-t-il indiqué.

 

Il invite les populations à toujours privilégier un dialogue constructif et à faire confiance aux institutions de la Transition qui demeurent engagées pour le règlement de tout différend par voie de droit.

 

En rappel, ce communiqué du gouvernement fait suite à une menace de mort pour la deuxième fois au cours de l’année 2022 sur les réseaux sociaux contre le journaliste Newton Ahmed Barry qui a donné sa lecture sur la suspension de la diffusion de la Radio France internationale (RFI).

Agence d’information du Burkina

HO/ata

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here