OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Réconciliation nationale et cohésion sociale

Des ateliers régionaux pour peaufiner les stratégies nationales

Le ministère chargé de la Cohésion sociale et de la Réconciliation nationale a procédé au lancement officiel des ateliers régionaux de restitution et d’appropriation des stratégies nationales de réconciliation, de cohésion sociale, de prévention de la radicalisation et de lutte contre l’extrémisme violent et du pacte du vivre-ensemble, le jeudi septembre 2022, à Bobo-Dioulasso.

Afin d’aboutir à une véritable réconciliation nationale le ministère en charge de la Réconciliation nationale a organisé des consultations communales sur la problématique de la réconciliation et de la cohésion sociale. C’est dans cette dynamique, qu’il a initié des ateliers régionaux de restitution et d’appropriation des stratégies nationales de réconciliation, de cohésion sociale, de prévention de la radicalisation et de lutte contre l’extrémisme violent et du pacte du vivre-ensemble. Le lancement desdits ateliers a lieu le jeudi 15 septembre 2022, par l’étape de Bobo-Dioulasso qui se tient sur deux jours. La cérémonie de lancement a été présidée par le Secrétaire générale (SG) de la province du Houet, Idrissa Gansonré, qui a représenté le Gouverneur des Hauts-Bassins. D’entrée, le représentant du président de la cérémonie s’est réjoui de la mobilisation des participants à ce rendez-vous de partage d’expériences.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

«  C’est la manifestation d’un engagement certain et d’une volonté collective et individuelle  de relever ensemble les importants défis de cohésion sociale et de réconciliation nationale dans notre pays », a-t-il affirmé. La crise multidimensionnelle à laquelle fait face le Burkina Faso depuis quelques années a favorisé l’intolérance, la haine, la division et la défiance de l’autorité de l’Etat, selon Idrissa Gansonré.  Et d’ajouter que la culture de l’intérêt individuel au détriment de la solidarité suscite des antagonismes intra et inter-communautaires, qui affectent le vivre-ensemble. Il a en outre rassuré que le gouvernement a décidé de faire de la cohésion sociale et de la réconciliation nationale une des actions prioritaires de la transition.

4 référentiels nationaux

Ainsi, a-t-il fait savoir, le ministère en charge de la Réconciliation nationale, est  chargé d’élaborer et de mettre en œuvre 4 référentiels nationaux. Ces référentiels, a cité M. Gansonré, sont la stratégie nationale de la cohésion sociale, la stratégie nationale de la prévention de la radicalisation et de lutte contre l’extrémisme violent, la stratégie nationale de la réconciliation et le pacte du vivre-ensemble. Autre fois centrée sur les questions de crimes de sang, les crimes économiques et de contentieux administratif, la problématique de la réconciliation, a fait remarquer le SG du Houet, s’est étendue aux différends communautaires, aux questions sécuritaires, et aux problèmes de citoyenneté. Une évolution du champ et de la nature de la réconciliation qui a pour objectif, de consolider les acquis et combler les insuffisances des précédentes démarches. Ces consultations communales et régionales, à en croire Idrissa Gansonré, se sont voulues participatives, avec l’implication des différentes composantes de la société burkinabè. Le présent atelier a pour objectif l’approbation   des stratégies nationales de réconciliation, de cohésion sociale, de prévention de la radicalisation  et de lutte contre l’extrémisme violent et du pacte du vivre-ensemble par les populations.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Plus spécifiquement, a fait savoir le SG, les deux jours de travaux consisteront à restituer les résultats des données recueillies auprès des populations  lors des consultations communales, les états de l’enquête de perception et les différentes stratégies nationales du pacte de vivre-ensemble, et obtenir des participants un engagement à soutenir la démarche de la réconciliation. Mamoudou Barry  est le Directeur de Cabinet du ministre en charge de la Réconciliation nationale. Selon lui,  la rencontre du jour s’inscrit dans une logique de redevabilité, envers les communautés, en leur présentant ce qui a pu être bâtit à partir des propositions faites par les communautés. « A partir des données déjà récoltées, nous avons bâti des stratégies de réconciliation nationale de cohésion sociale et de lutte contre l’extrémisme violent », a-t-il expliqué. A suivre M. Barry, 6 besoins ont été identifiés à travers les données récoltées lors des ateliers communaux. Il s’agit entre autres, du besoin lié aux conflits communautaires, de celui lié aux victimes d’actes administratifs abusifs et  de celui lié à la sécurité. La finalité du processus, a poursuivi le Directeur de Cabinet du ministre, est d’établir un rapport général à l’issue des ateliers régionaux, qui puisse déboucher soit à un forum national ou à des assises nationales. Les participants sont composés de victimes de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, de personnes déplacées internes, des personnes en situation de handicap, d’acteurs d’organisations de la société civile, et d’acteurs des partis politiques.

Alpha Sékou BARRY

Yeri Fidélia SIB

(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here