Est

Gourma

Promotion de la cohésion sociale

Les populations du Gourma sensibilisées à la cohésion sociale

Fada N’Gourma, (AIB)-Le Cluster cohésion sociale a organisé du 12 au 14 mai 2022 la première édition des Journées provinciales  communautaires du Gourma  (JPC) à Fada N’Gourma pour promouvoir le vivre-ensemble.

Le Cluster cohésion sociale du Gourma a tenu pendant soixante-douze heures des Journées provinciales  communautaires sous la présidence de Adama Jean-Yves Béré, Haut-commissaire du Gourma afin de susciter un bon vivre-ensemble entre communautés. Selon lui, à l’instar des autres localités du pays, la région de l’Est  est éprouvée par des actes de grands banditismes, les attaques armées, des attaques terroristes à répétition  depuis plusieurs années.

De son avis, cette situation a créé une méfiance qui a déchiré le tissu social des  multiples communautés du pays, qui jadis, vivaient en symbiose. Il a poursuivi que l’une des résultantes de la  déchirure du tissu social est l’enregistrement d’un grand nombre de personnes déplacées internes dont la plupart vivent dans la précarité. Ces journées étaient meublées de différentes activités. Le Cluster cohésion sociale  du Gourma  a organisé une série d’activités durant les trois jours. Il s’agit d’une émission radiophonique sur le thème : « Quelles stratégies pour le renforcement de la cohésion sociale et du vivre-ensemble dans la province du Gourma », Il s’en est suivi une visite du circuit touristique «  Vieille ville de Fada N’Gourma ». Il a été aussi question d’une conférence publique  animée par Dr  Boureima Zongo, Enseignant chercheur de l’Université  Joseph Ki-Zerbo  de Ouagadougou sur la thématique : « Préservation du vivre-ensemble dans la province du Gourma : état des lieux, défis, enjeux et perspectives », d’une course cyclique féminine et d’un défilé.

Selon le président de la cérémonie Adama Jean-Yves Béré, ces journées visent à promouvoir la cohésion et  le vivre-ensemble à travers le brassage des communautés de la province du Gourma qui vivent les affres de l’insécurité. Il a également indiqué que toutes les activités ont pour objectif de renforcer la cohésion sociale entre les différentes couches socioculturelles  et promouvoir les valeurs de cohabitation pacifique, de tolérance religieuse, de culture de la paix. M. Béré a souligné que ces journées offrent un cadre d’expression culturelle et de sensibilisation des communautés sur les enjeux de la cohésion sociale et du vivre-ensemble harmonieux dans la perspective d’un brassage entre les populations autochtones et les personnes déplacées internes. Oumarou Guiro, représentant de la communauté yadga au Gulmu a déclaré : « Pour avoir la paix tant cherchée par le Burkina Faso, il faut la cohésion sociale. Nous devons également reconstituer ce que nos grands-parents faisaient habituellement et aussi emprunter leurs pas ».

Kanliéyama Aboubakar  COMBARY

AIB/Gourma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here