Gouvernance du secteur agricole

Les acteurs non étatiques se concertent à Dédougou

La ville de Dédougou a abrité, les mardi 10 et mercredi 11 mai 2022, un atelier de concertation des acteurs non étatiques intervenant dans le secteur agricole dans la région de la Boucle du Mouhoun.

 

La panoplie d’acteurs non étatiques du secteur agricole de la Boucle du Mouhoun intervient avec des approches différentes. Pour parler le même langage, ils se sont réunis, les 10 et 11 mai 2022 à Dédougou. Selon le directeur régional en charge de l’agriculture, John Herman Hien, malgré le nombre des acteurs, force est de constater une diversité dans les approches d’interventions auprès des populations en fonction des partenaires. Cela entraine, a-t-il déploré, souvent une concentration des actions dans certaines localités au détriment d’autres.

D’où cet atelier organisé par la direction régionale en charge de l’agriculture en partenariat avec l’organisation néerlandaise de développement (SNV), à travers le programme agro-alimentaire pour la résilience intégrée et le développement économique du Sahel (Pro-ARIDES). Cet atelier, aux dires des organisateurs entend ainsi créer un cadre de réflexion et de discussion à même de contribuer activement à l’amélioration de la synergie d’actions de ces différents acteurs.

Pendant 48 heures, les participants ont spécifiquement d’identifié l’ensemble des acteurs non étatiques intervenant dans le domaine agricole dans la région, élaboré une cartographie de ces acteurs et recueilli les programmations d’activités de l’année 2022 pour chaque acteur. Pour le coordonnateur national de Pro-ARIDES, Didier Koulidiati, l’activité a aussi permis de partager les approches de mise en œuvre des activités, de contribuer à améliorer la synergie des acteurs et de leurs interventions au bénéfice des populations et de mieux prendre en compte les actions des acteurs non étatiques dans le dispositif du suivi-évaluation du ministère en charge de l’agriculture.

La secrétaire générale de la région, Salimata Dabal, représentant le gouverneur, a rappelé que suite aux aléas pluviométriques de la campagne agricole 2021-2022, la région a enregistrées de lourdes pertes de productions. Il ressort des conclusions des travaux du dispositif national de sécurité alimentaire, une « urgence d’agir face à une crise alimentaire et nutritionnelle majeure et multifactorielle dans la région », a-t-elle indiqué. Mme Dabal a, de ce fait invité, les partenaires de cet atelier, à soutenir les initiatives en matière de renforcement de capacités des dispositifs d’information sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle. « C’est dire que de nombreuses populations auront certainement besoin d’accompagnement les mois à venir afin de minimiser les effets de cette crise alimentaire », a-t-elle indiqué.

Stanislas BADO

AIB/ Mouhoun

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here