Site icon AIB REGIONS

Protection de l’enfance au Centre-Nord :Des journalistes en première ligne

Centre-Nord

Sanmatenga

Protection de l’enfance au Centre-Nord :Des journalistes en première ligne

Kaya, (AIB) – L’Association d’appui et d’éveil pugsada (ADEP), en collaboration avec le Réseau des journalistes et communicateurs pour la protection de l’enfance du Centre-Nord (RJCPE/CN), a organisé le mercredi 7 juillet dans le village de Namissigui, commune de Kaya, une animation grand public contre le Mariage d’enfants (ME) et les Violences basées sur le genre (VBG).

 

Après les populations de Boulsa, province du Namentenga, c’est autour de celles du village de Namissigui, commune de Kaya (Sanmatenga), d’être sensibilisées sur le Mariage d’enfants (ME) et les Violences basées sur le genre (VBG). Cette caravane de sensibilisation s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du projet «Choisir avec qui et quand se marier» (CHAM), piloté par l’Association d’appui et d’éveil pugsada (ADEP) et sous le bras financier de l’ONG Plan International. Au cours de cette tournée, les membres du Réseau des journalistes et communicateurs pour la protection de l’enfance du Centre-Nord (RJCPE/CN) ont plaidé auprès des autorités administratives et coutumières pour leur implication dans cette lutte. Selon le superviseur Daniel Ouédraogo, cette caravane de sensibilisation vise à susciter l’adhésion de toutes les couches socioprofessionnelles pour l’épanouissement de la jeune fille, en particulier et de la femme, en général. «Nous devrons faire en sorte que les relations entre parents et filles soient encouragées par la mise en place d’une bonne communication, afin que l’enfant soit compris dans ses choix pour être mieux accompagner», a-t-il déclaré. Les échanges avec les populations ont eu lieu au niveau des Espaces sûrs communautaires (ESC) de l’ADEP, à travers un jeu concours grand public. Animés par deux membres du Réseau africain jeunesse, santé et développement (RAJS), la sensibilisation a porté sur les causes et les conséquences du ME ainsi que les solutions pour l’éradiquer. A écouter les populations, plusieurs raisons expliquent le ME. Il s’agit notamment des us et coutumes et le lien d’amitié entre familles. En ce qui concerne les conséquences du ME, les participants au jeu ont listé, entre autres, les problèmes d’accouchement de la jeune fille, le suicide (mariage forcé), etc. Pour venir à bout du phénomène, les participants ont préconisé l’intensification des actions de sensibilisation des populations, l’octroi des bourses pour les jeunes filles scolarisées, la mise en place des internats pour les filles. Parmi les participants au jeu concours, 3 lauréats ont été récompensés avec des t-shirt. Dans son intervention, le représentant du chef du canton de Kirgoutenga, le Baloum Naaba, a remercié les journalistes et l’ADEP dans leur combat pour le bien-être de la jeune fille. C’est pourquoi, il a souhaité que le projet CHAM se pérennise dans son canton. Les caravaniers ont ensuite mis le cap dans les communes de Kongoussi et Sabcé pour la même cause.

 

Augustin Irwaya OUEDRAOGO

(AIB/Sanmatenga)

Issouf OUEDRAOGO

Quitter la version mobile