Mécanisation de l’agriculture

 

Quatre SCOOPS-UMA reçoivent des tracteurs à Bobo

 

Le ministre de l’agriculture, des aménagements agricoles et de la mécanisation, Salifou Ouédraogo, a procédé à la remise de quatre tracteurs à quatre sociétés coopératives simplifiées d’utilisateurs de matériels agricoles (SCOOPS-UMA) des régions des Hauts-Bassins, de la Boucle du Mouhoun et du Sud-Ouest le vendredi 2 avril 2021 à Bobo-Dioulasso.

 

Après les sociétés coopératives simplifiées d’utilisateurs de matériels agricoles (SCOOPS-UMA) des régions du Centre, du Centres-Est, du Centre-Sud, du Centre-Ouest et du Plateau Central, c’est au tour des sociétés coopératives simplifiées des régions des Haut-Bassins, de la Boucle du Mouhoun et de Sud-Ouest, de recevoir des tracteurs équipés des mains du ministre de l’agriculture, des aménagements agricoles et de la mécanisation, Salifou Ouédraogo ce vendredi 02 avril 2021 à Bobo. Il est très difficile, selon le ministre de l’agriculture, d’imaginer de nos jours un secteur agricole développé sans équipement. « Malgré que le rendement des cultures dépende de multiples facteurs, la mécanisation de l’agriculture constitue l’élément le plus important », indique Salifou Ouédraogo en citant le guide de formulation d’une stratégie de mécanisation agricole de 2008 de l’organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). La mécanisation est, selon lui une condition fondamentale du développement agricole et de l’amélioration des conditions de vie des producteurs. C’est pourquoi son ministère s’est engagé à doter les organisations paysannes à travers les sociétés de coopératives simplifiées d’utilisateurs de matériels agricoles (SCOOPS-UMA) en tracteurs équipés. Au pays des hommes intègres, plus de 80% des travaux champêtres et de transformation des produits agricoles par les exploitations familiales et rurales sont réalisées à la main, si l’on se fie aux résultats de plusieurs études sur le monde agricole au Burkina et dans la sous-région. Pour mettre fin à cette pratique traditionnelle de l’agriculture, et réaliser la vision « faim zéro » à l’horizon 2025, le gouvernement, sous le leadership du chef de l’Etat Roch Marc Christian Kaboré, aux dires de ministre de l’agriculture, multiplie les initiatives et les actions en faveur de la mécanisation l’agriculture du Burkina.

 

La mécanisation un levier pour la modernisation de l’agriculture

 

Cet engagement s’est matérialisé par l’acte « fort », selon le ministre du changement de dénomination du ministère de l’agriculture et des aménagements hydroagricole à laquelle s’est greffée la mécanisation agricole depuis janvier 2021. Le changement de dénomination, aux dires de Salifou Ouédraogo, traduit la volonté des autorités du Burkina à faire de la mécanisation un levier pour la modernisation de l’agriculture. Heureux de rentrer en possession de ces machines qui vont révolutionner et faciliter leur travail de  producteurs, les bénéficiaires par la voix de leur représentant, Mamoudou Ouédraogo, se sont engagés à travailler à agrandir leurs superficies de production. « Dans un passé récent on cultivait à la daba pour ensuite passer à la traction animale, désormais ce sera la mécanisation avec l’acquisition de ces tracteurs. Nous promettons et assurons les donateurs  qu’avec moins d’efforts que d’habitude, nous allons pouvoir agrandir nos superficies de production », promet Mamoudou Ouédraogo. Après le payement d’un acompte de 2 500 000 FCFA pour les tracteurs de 60 chevaux et de 2 000 000 FCFA pour les tracteurs de 50 chevaux les quatre SCOOPS-UMA des quatre régions bénéficiaires, disposent de quatre ans pour rembourser  le coût de ces tracteurs subventionnés, selon le ministre en charge de l’agriculture. En rappel, dans ses efforts de motorisation et de mécanisation de l’agriculture, le gouvernement a subventionné selon le chef du département de l’agriculture plus de 1000 tracteurs, 1000 motoculteurs, 56 000 unités de matériels agricoles composés de charrues, de charrettes, de semoirs au profit des producteurs entre 2016 et 2020. Le gouvernement a travaillé à la mise en place de 20 unités de transformation des produits agricoles, la réalisation en cours de l’usine de montage de tracteurs et de motoculteurs, etc.

Kamélé FAYAMA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here