Autoroute Ouagadougou-Abidjan

 

Le tronçon Bobo-Dioulasso-frontière Côte-d’Ivoire fait un pas de plus

 

Le projet de construction de l’autoroute Yamoussoukro-Ouagadougou vient de franchir un cap.  L’Agence des travaux d’infrastructures du Burkina (AGETIB) a organisé, le mardi 9 juillet 2019 à Bobo-Dioulasso, un atelier de restitution des études préliminaires du projet de construction de l’autoroute Yamoussoukro-Ouagadougou. Les travaux ont porté sur le tronçon Bobo-Dioulasso – frontière Côte-d’Ivoire (CU7B), long d’environ 200 kilomètres. La cérémonie d’ouverture de ces travaux a été présidée par Joséphine Kouara, Gouverneur des Cascades.

 

Cet atelier de restitution des rapports d’avant-projet sommaire de l’autoroute Yamoussoukro-Ouagadougou, tronçon Bobo-Dioulasso/frontière Côte d’Ivoire (CU7b) longue d’environ 200 kilomètres, constitue la seconde phase des études et intervient après la validation de l’étude préliminaire tenue le 09 juillet 2019 à Bobo-Dioulasso. Elle est la deuxième d’une série d’ateliers qui interviennent au fur et à mesure de l’avancement de la mission des consultants avec la contribution des acteurs de la zone d’influence du projet. Les études sont prévues pour se dérouler en trois (03) phases s’étalant sur une période de vingt-quatre (24) mois.

Il s’est agit d’une première phase qui a concerné les études préliminaires. L’étape 2 porte sur les études techniques, environnementale et sociale, économique et d’Avant-projet Sommaire, et enfin la phase III qui sera consacrée à l’étude d’Avant-projet Détaillé (APD) de sécurité routière, de mise en concession et d’élaboration du dossier d’appel d’offres (DAO) pour les travaux correspondants. Selon Firmin Bagoro CT du Ministre des infrastructures, la tenue du présent atelier, est une satisfaction renouvelée pour le ministère en charge des infrastructures, d’organiser ce panel qui regroupe d’éminents experts et techniciens concernés directement ou indirectement par lesdites études.

« Je voudrais renouveler le témoignage de notre infinie gratitude à la Commission de l’UEMOA, aux Gouvernements du Burkina Faso et de la république de Côte d’Ivoire » ; a-t-il déclaré. Et d’adresser une mention spéciale à « la république sœur de Côte d’Ivoire, qui n’a managé aucun effort pour marquer sa présence effective au présent atelier à travers des personnalités remarquées». Quant à Josephine Kouara, Gouverneur des Cascades, elle a réaffirmer à l’équipe du projet, que les autorités des Hauts Bassins et des Cascades régions bénéficiaires, continueront d’accompagner le consultant dans ses investigations.

« AIC PROGETTI/ACE» assure les études

Pour le messager de la Lagune Ebrié, Lassina Diomandé Point focal du projet côté ivoirien, il a indiqué que les travaux proprement parlant du tronçon Yamoussokro-Tiébéssou-Bouaké, ont déjà débutés. S’agissant du tronçon Bouaké- frontière Burkina Faso, les travaux sont au stade de l’Avant-projet Sommaire.

Par ailleurs, le CT Firmin Bagoro a tenu à féliciter le consultant qui a été sélectionné et l’a invité à assurer la suite de l’exécution des études « dans les règles de l’art, et dans les délais prescrits ». Placée sous la maîtrise d’ouvrage délégué de l’Agence des Travaux d’Infrastructures du Burkina (Agetib), la mise en œuvre de ces études a été confiée au groupement de bureaux d’études AIC PROGETTI/ACE avec pour mission de proposer un aménagement autoroutier entre Bobo-Dioulasso et la frontière ivoirienne en harmonie avec les tronçons autoroutiers Ouagadougou-Bobo-Dioulasso et Yamoussoukro- Bouaké- Frontière du Burkina Faso.

L’atelier de Banfora dans la capitale de la Cité du Paysan Noir, va permettre aux consultants, de restituer aux participants, les différentes options d’aménagements développées, de vérifier la prise en compte des observations et amendements formulés lors de l’étude préliminaire ainsi que le recueil des observations de toutes les parties intéressées. En outre, elle va être une opportunité pour les participants, de se prononcer sur la recevabilité des livrables de cette seconde phase. « L’important  projet d’intégration sous régional qu’est la construction de l’autoroute Yamoussoukro-Ouagadougou s’inscrit dans la facilitation du transport sur les principaux corridors communautaires et est un vœu très cher aux chefs d’Etats Burkinabè et Ivoirien » ; dira le CT du Ministre des Infrastructures.

Les objectifs et effets attendus de ce projet autoroutier sont multiples tant au plan national que sous-régional. Sur fonds propres, le Gouvernement du Burkina Faso a assuré le financement des études de faisabilité d’environ 333 Km du tronçon autoroutier entre Ouagadougou – Bobo-Dioulasso et est en négociation avec des partenaires pour le démarrage des travaux de la première section entre Ouagadougou-Koudougou. A ce jour, le dernier tronçon sur le territoire (Bobo-Dioulasso/Frontière Côte d’Ivoire), connait depuis le 14 janvier 2019, la mise en œuvre des études techniques, économique, d’impact environnemental et social, de mise en concession long d’environ 200 kilomètres. Ces études, d’un montant d’un milliard deux cent quatre-vingt-onze millions cinq cent mille (1 291 500 000) F CFA, sont entièrement financées par la commission de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA).

Mamadou YERE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here