Marche à Bobo pour la levée du couvre feu

 

Les manifestants dispersés à coup de gaz lacrymogène

 

Une centaine de jeunes ont été dispersés à coup de gaz lacrymogène par les éléments de la Compagnie républicaine de sécurité samedi  30 mai 2020 au centre ville de Bobo-Dioulasso, lors d’une marche pour la levée du couvre feu. Cette manifestation fait suite à un appel quelques jours aupravent des associations des DJ, des gérants et managers de Maquis et Night Clubs, des artistes et autres acteurs culturels à une marche de protestation pour exiger du gouvernement, la levée du couvre feu. Ce samedi, 30 mai 2020 donc, peu après 8heures, des jeunes à motos et à pieds ont répondu à cet appel et se sont regroupés à la place Tiéfo Amoro. De la place Tiéfo Amoro, ceux-ci voulaient arpenter  les artères de la ville de Bobo-Dioulasso pour exprimer leur ras le bol face au maintien du couvre feu qui, à leur yeux impactait négativement leurs activités. Mais les forces de sécurité ont fait usage de gaz lacrymogène pour les interrompre. Puisque leur convoi sera dispersé entre le siège de la SONABEL et la station Total de Sikasso cira. Une course poursuite s’est alors  engagée entre eux et les éléments de sécurité venus en force. Dans la mêlée, un motocycliste a eu un accrochage  par un pickup de la CRS. Légèrement blessé, il a été conduit au CHUSS Sourou Sanou. De sources dignes de foi, la manifestation n’a pas requis l’’autorisation de la mairie. Et l’un des meneurs du groupe, un artiste, a-t-on appris a été interpellé par les Forces de l’ordre. Après donc l’échec de la marche de samedi, les manifestants ont promis de revenir le lendemain dimanche 31 mai 2020, pour se faire entendre.  Cependant, la présence dissuasive des Forces de sécurité a dû les amener à revoir leur intention.

Frédéric OUEDRAOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here