Coronavirus à Bobo-Dioulasso

 Des plats à emporter tous azimuts dans les restaurants 

 

En raison de la maladie du nouveau coronavirus, les autorités ont décidé de règlementer la consommation dans les restaurants. Désormais, leurs tenanciers doivent servir uniquement les plats et/ou boisson à emporter. A Bobo-Dioulasso, des restaurateurs se plient à cette décision. Constat aux restaurants Dankan et Don Grégori. 

 

Il est midi 30 minutes, ce jeudi 2 avril 2020 au restaurant Dankan de Bobo-Dioulasso. Un calme plat y règne. Habituellement à cette heure, ce restaurant grouille du monde. « En temps normal, à cette heure-ci, le restaurant est rempli », laisse entendre le propriétaire de la chaine des restaurants, Dankan-Mandé-Toguna, Franck Bambara. Coronavirus oblige, les clients de plus en plus rares. Cependant, M. Bambara a adapté le fonctionnement de ses restaurants face à la nouvelle donne.

A l’entrée du restaurant Dankan, des affiches de sensibilisations sont visibles et le lavage des mains sont obligatoires. Les tables et les chaises sont installées en respectant la mesure de distanciation d’au moins un mètre. Mais Franck Bambara nous confie que les clients ne s’assoient plus. Ils préfèrent dans la grande majorité emporter leurs repas. Le propriétaire des restaurants Dankan-Mandé préfèrent perdre ses recettes que d’exposer la vie des clients. Et d’ajouter que la survie de ses restaurants dépend du respect des mesures.

Face à cette situation, affirme Franck Bambara, le nombre de plats a été considérablement réduit. En plus, une partie du personnel sera bientôt mis en chômage technique en attentant la fin de cette pandémie. C’est pourquoi, il invite les populations à respecter les consignes édictées.  Car, soutient-il, la fin du nouveau coronavirus dépend des burkinabè. A l’instar du restaurant Dankan, Franck Bambara fait savoir que des mesures sont prises dans tous ses restaurants. Il est environ 13 heures au restaurant Don Gregorio. Autre restaurant, même constat.

Le coronavirus a laissé ses emprunts. Tout est au ralenti. Le menu du jour composé d’une dizaine de plats est réduit à deux menus : le riz-sauce et le riz gras à emporter. « Personne ne doit s’asseoir dans notre restaurant », confie le gérant Arnaud Somé, soulignant avoir perdu beaucoup de clients. A l’instar de la chaine des restaurants Dankan-Mandé-Toguna et du restaurant Don Grégori, les activités d’autres restaurants que notre équipe a visités sont au ralenti.

 

                                           Boudayinga J-M THIENON

boudayinga1940@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here