Secteur minier

50 nouveaux conducteurs d’engins lourds sur le marché de l’emploi

Fada N’Gourma, (AIB) – Une cuvée de cinquante jeunes de la région de l’Est, formée à la conduite d’engins lourds et aux techniques de santé et de sécurité au travail, à l’initiative du ministre des Mines et des Carrières, Oumarou Idani, a effectué, à Fada N’Gourma, sa sortie officielle.

Depuis quelques années, le Burkina Faso est devenu un pays minier majeur et, de ce fait, d’importantes opportunités d’emploi s’offrent aux jeunes. Face à la problématique, les autorités se sont engagées à former cette frange de la population en vue d’une plus grande représentativité des compétences locales dans les sociétés minières. Ainsi, à l’initiative du ministre des Mines et des Carrières, Oumarou Idani, cinquante jeunes de la région de l’Est ont été formés à la conduite d’engins lourds et aux techniques de santé et de sécurité au travail dans les mines.

Ils ont reçu leurs parchemins, le samedi 4 janvier 2020, à Fada N’Gourma, en présence d’autorités régionales, provinciales et communales et des familles. Titulaires du Certificat d’Etude primaire (CEP), au moins, ils ont allié théorie et pratique six mois durant. Ils ont appréhendé les notions de déontologie et ont acquis des connaissances sur la santé et la sécurité au travail. Du reste, ils se sont familiarisés avec les techniques de conduite d’engins lourds. Les frais de formation de trente récipiendaires ont été entièrement supportés par le ministre Idani, les vingt autres étant des inscrits sur titre. Soucieux de l’insertion professionnelle de ses filleuls, celui-ci a annoncé, d’ores et déjà, que la promotion toute entière « sera mise en position de stage dans les semaines à venir». Une promesse qui a rassuré le représentant des bénéficiaires, Noaga Onadja, jadis préoccupé par l’épineuse question de l’obtention d’un stage dans une entreprise donnée. Au nom de ses camarades, il a exprimé sa gratitude au ministre Idani, au responsable du centre de formation ainsi qu’aux formateurs. « Nous sortons de ce centre armés de connaissances précieuses, notamment dans le domaine de la conduite d’engins lourds. Nous remercions le ministre pour cette initiative louable », a-t-il dit.

50 impétrants aptes à conquérir le marché de l’emploi

Ramatou Idani, étudiante en 2e année de Droit à l’Université Ouaga II, est toute heureuse de figurer parmi les récipiendaires du jour. «Je suis sur le point de réaliser mon rêve de travailler dans le secteur des mines », a-t-elle confié. Dans tous les cas, le responsable du Centre de formation professionnelle d’engins miniers et santé-sécurité au travail (CFPEM-SST), Ibrahim Ouédraogo a assuré que ses étudiants « pourront se vendre à compétences égales sur le marché de l’emploi ». Il a lancé un appel aux partenaires à aider les 50 jeunes à intégrer le monde du travail. Le message du ministre des mines à ses filleuls est une invite à la rigueur et à la persévérance. « Comme le témoigne votre rapport de formation, vous avez été formidables. Restez solidaires les uns des autres. Soutenez-vous mutuellement dans votre quête du travail », a-t-il prodigué. Par ailleurs, il a lancé un appel aux maires, aux associations, aux Organisations non gouvernementales (ONG), ainsi qu’à tous les acteurs engagés pour la cause des jeunes à se manifester afin d’étendre cette formation à d’autres jeunes de la région de l’Est. Mieux, le ministre Idani a indiqué que son département est en quête de financements pour entreprendre des initiatives similaires dans d’autres régions, l’idée étant de remplacer, progressivement, les expatriés par des employés nationaux. Il a conclu en exhortant les acteurs des différentes régions à adhérer à ce projet, mais aussi à s’y impliquer activement pour sa réussite.

Joanny SOW

Presly KIEMTORE
(collaborateur)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here