Projet d’appui à la promotion des filières agricole

Des réflexions pour donner un coup d’accélérateur au projet

 

Le  Projet d’appui à la promotion des filières agricoles (PAPFA) a organisé la deuxième ordinaire de son comité d’orientation le jeudi 21 novembre 2019 à Bobo-Dioulasso. L’objectif de la rencontre était d’examiner les documents et rapports de travail avec leur soumission pour adoption au comité de revue du programme budgétaire 077 « Economie agricole ».

 

 

Elaboré par le gouvernement et le Fonds international de développement agricole (FIDA), le Projet d’Appui à la Promotion des Filières Agricoles (PAPFA) vise à améliorer durablement la sécurité alimentaire et les revenus des exploitations agricoles intervenant dans la production et la valorisation de produits dans les filières riz, maraîchage, sésame et niébé. Dans le but d’examiner les documents et rapports de travail, le PAPFA a organisé la deuxième session ordinaire de son comité d’orientation le jeudi 21 novembre 2019 à Bobo-Dioulasso. Malgré le retard dans la première année de mise en œuvre du PAPFA, le  coordonnateur national du projet, Sié  Salif Stephan Kambou a jugé le bilan « satisfaisant ».   Au plan décaissement, le projet est à environ 70% et à 80% du taux d’exécution, a-t-il soutenu. Concrètement, selon M. Kambou, le projet a appuyé sur le terrain des organisations paysannes de base à hauteur de 1,5 milliard de francs CFA pour l’acquisition des intrants (engrais, semences améliorées, conseils agricoles). Le PAPFA a déjà enrôlé des organisations paysannes de base, des micros entreprises rurales qui bénéficieront de l’appui du projet sous forme de financement de leur plan d’affaire à hauteur d’environ 600 millions de F CFA. Globalement, le projet a engrangé beaucoup d’acquis sur le terrain mais tout de même beaucoup reste à faire.

En termes de perspective, l’année 2020 s’inscrit dans une dynamique d’envol, foi de M. Kambou.  Car de 3 milliards de Francs investis en 2019, le projet sera à 13 milliards de FCFA en 2020. La bonne nouvelle, a-t-il poursuivi, est que le PAPFA va bénéficier de l’appui sous forme de financement additionnel d’un autre projet appelé PAPFA 4R qui va non seulement enrôler le Sud-Ouest, mais aussi d’augmenter le nombre de filières d’intervention. « Le PAPFA concerne les filières sésame, niébé, maraichage, riz. Avec l’appui de PAPFA 4R, nous avons intégré les produits forestiers non ligneux et nous allons vers la production aquacole notamment la pisciculture », a soutenu le coordonnateur national du projet. A partir de l’année prochaine, le projet compte construire  les bas-fonds, les magasins de stockages. « Nous prévoyons 2000 ha de bas-fonds aménagés dans la zone du projet et  environ 150 ha de périmètre maraichers avec système autonome en eau notamment les forages », a annoncé Sié Salif Stephan Kambou. Au cours de cette session, les acteurs chargés de la mise  en œuvre du projet, ont pu apprécier la pertinence et l’efficacité des activités identifiées pour 2020. Et au sortir de cette rencontre, aux dires de M. Kambou, la coordination du projet doit avoir le quitus pour aller vers le comité de revue de programme budgétaire 077 « Economie agricole ». Cela, en vue d’approuver le document en question pour adoption auprès du Fonds international pour le développement agricole (FIDA).

 

Boudayinga J-M THIENON

boudayinga1940@gmail.com

Nafissatou B. LAGUEMPEDO

 (Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here