Sahel

Séno

Jubilé d’or de l’UFC-Dori

Des prières à la mosquée et à l’église pour rendre grâce au Tout Puissant

 

Les festivités des 72 heures de la commémoration du jubilé d’or de l’Union fraternelle des croyants de Dori (UFC-Dori) ont débuté par des prières à la grande mosquée et à l’église cathédrale Sainte Anne de Dori respectivement le vendredi 18 octobre et le dimanche 20 octobre 2019 pour remercier le Tout Puissant.

C’est en 1969 que le prêtre rédemptoriste français Lucien Bidaud a créé  l’Union fraternelle des croyants de Dori (UFC-Dori) en riposte à la famine qui tuait à cette époque dans le Sahel hommes, femmes, enfants et bétail. Pris de compassion, l’homme de Dieu s’est battu et a obtenu des vivres d’amis occidentaux qu’il a distribué aux plus démunis. Pour faciliter la distribution, il s’est entouré de douze volontaires issues des communautés catholique et musulmane. Pour marquer ce cinquantenaire, différentes activités ont été organisé à Dori du vendredi 18 au dimanche 20 octobre 2019 sous le thème : « L’UFC-Dori, 50 ans d’efforts pour la paix et le développement au Burkina Faso ».

Les festivités ont débuté par une opération de salubrité dans la matinée du vendredi 18 octobre 2019 à la grande mosquée de Dori. Dans l’après-midi, juste après la grande prière du vendredi, les fidèles des deux communautés se sont encore retrouvés à la grande mosquée de Dori où des invocations et bénédictions ont été formulées afin que l’organisation interconfessionnelle puisse toujours exister pour réaliser des actions de développement. Selon le grand imam de Dori El hadj Mamoudou Cissé par ailleurs conseiller moral de l’UFC- Dori, si depuis cinquante ans, l’union a pu œuvrer au développement et à l’amélioration des conditions de vie des sahéliens c’est qu’il existe réellement un dialogue interreligieux. « Ce dialogue interreligieux a favorisé l’acceptation de l’autre avec ses différences et la volonté de travailler ensemble pour atteindre les mêmes objectifs. Dieu intervient dans une communauté où règne la paix, la confiance, l’union entre ses membres », avise le conseiller moral de l’UFC- Dori. Dans la même lancée, il a exhorté les membres de l’union à maintenir le cap car selon lui, ils sont attendus sur plusieurs chantiers de développement dont la restauration de la paix et de la stabilité au Sahel.

« Dialoguer et mieux se connaitre »

Pour sa part, l’évêque de Dori Mgr Laurent Dabiré par ailleurs répondant juridique de l’UFC-Dori, il a rappelé que cette organisation interconfessionnelle vise à rassembler les croyants musulmans et chrétiens et ouvert aux traditionnels et aux protestants qui croient en unique Dieu. Cela fait cinquante ans, a-t-il relaté, que l’UFC-Dori a marqué d’une belle emprunte le Sahel en termes de dialogue, de sensibilisation et de formation pour la paix ainsi qu’en matière d’appui pour le développement socio-économique. Pour lui, c’est l’occasion de faire mémoire pour tout le chemin parcouru par l’UFC-Dori. «D’abord, nous rendons grâce à Dieu pour cette belle inspiration qu’il a mise dans le cœur des Hommes qu’ils rassemblent dans une structure des croyants de diverses religions afin qu’ils puissent dialoguer et mieux se connaitre en vue de travailler ensemble pour la résolution des problèmes communs de développement et la lutte contre la pauvreté », s’est-il félicité des œuvres de l’union. Après la grande mosquée, les fidèles des deux communautés se sont à nouveau réunis le dimanche 20 octobre 2019 à l’église cathédrale Sainte Anne de Dori où une messe d’action de grâce jubilaire pour les cinquante ans de l’UFC-Dori a été dite. Dans son homélie, l’évêque de Dori Mgr Laurent Dabiré a rendu un hommage au Père Lucien Bidaud qui a quitté sa France natale à 32 ans pour venir en mission d’abord à Fado N’Gourma puis à Dori. «Il a fallu sortir de son pays, de lui-même  pour partir et rejoindre une autre terre, d’autres réalités devenues sa réalité, la mission de Dieu. On notera comme marque de cette mission le don de soi, la compassion, la proximité, le respect, l’esprit de rassemblement et de paix», rappelle-t-il les qualités du prêtre rédemptoriste. Il a en outre remercié et félicité les croyants musulmans et catholiques pour la solidarité, le respect, l’amitié, la fraternité et la collaboration qui ont prévalu entre eux depuis cinquante dans le cadre de l’UFC-Dori. Il leur a encouragés à faire de nouveaux progrès à travers de nouvelles offres sur les thématiques de la fraternité, de la solidarité, du dialogue et du développement afin que l’union soit véritablement une école où l’on apprend à vivre ensemble quel que soit ses convictions.

Souaibou NOMBRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here