Projet d’appui à la promotion des filières agricoles

 

C’est l’heure de l’auto-évaluation 

 

Le Projet d’appui à la promotion des filières agricoles (PAPFA) a organisé, le 10 octobre 2019 à Bobo-Dioulasso, un atelier d’auto-évaluation de la première année de mise en œuvre du projet et de programmation de ses activités.

 

Le Projet d’appui à la promotion des filières agricoles (PAPFA) fait une halte, après environ 7 mois de mise en œuvre. Un arrêt pour revisiter les actions menées et orienter celles à venir. C’était le 10 Octobre 2019, à Bobo Dioulasso à l’occasion d’un atelier d’auto-évaluation et de programmation de ses activités. L’objectif de cet atelier est d’échanger sur les acquis et les insuffisances que le Projet a connus au cours de cette année de mise en œuvre, dans trois régions que sont la Boucle du Mouhoun, les Cascades et les Hauts- Bassins. Selon le directeur régional en charge de l’agriculture et des aménagements hydro-agricoles, des Hauts-Bassins (DRAH/HB), Julien Ouédraogo, en moins d’une année, la mise en œuvre des actions du Projet a permis d’engranger des résultats très satisfaisants. « Presque 197 projets ont été financés à hauteur de plus de huit cents (800) millions de franc CFA, plus de 100 sites d’aménagement et environ 67 bas-fonds sont déjà planifiés pour un montant de plus de trois (3) milliards de franc CFA pour la culture maraichère », a fait savoir M. Ouédraogo. Il reconnait qu’il y a eu également des insuffisances à certains niveaux. En plus, cet atelier se tient dans un contexte d’insécurité ayant fait plusieurs déplacés internes au Burkina. Ce qui implique que les régions à forte potentialités agricoles, bénéficiaires du projet doivent envisager de nourrir les régions qui pourraient être confrontées à une insécurité alimentaire. C’est pourquoi, le DRAH/HB a invité les participants à faire des échanges forts afin de donner des orientations fortes qui constitueront de bases solides pour une avancée durable du Projet. Le directeur rassure que le recueil des difficultés et des faiblesses rencontrées auprès des participants, permettra d’apporter des corrections et pour pouvoir entamer la prochaine campagne avec plus d’efficacité.

Christophe DA

(collaborateurs)

Seyba BONKOUNGOU

(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here