Centre ouest

Ziro

Cadre de concertation provinciale

Inquiétude autour du flux migratoire des déplacés du nord vers les communes du Ziro

Sapouy, (AIB) – Sous l’égide du haut-commissaire Boureima Tiendrébéogo, les membres statutaires du cadre de concertation provinciale du Ziro, ont tenu leur première session ordinaire le mardi 06 août  2019 à la mairie de Sapouy. La valorisation des produits forestiers non ligneux, la légistique et la rédaction des actes administratifs et la situation sécuritaire dans la province, étaient au menu des échanges.

La situation sécuritaire dans la province du Ziro n’est pas reluisante, a fait savoir le commandant de brigade territoriale de Sapouy, Mamadou Bagagnan. Elle est caractérisée par une menace terroriste réelle et certaine. En juillet dernier, le post forestier de Tiaré a été attaqué. Il n’y a pas eu de perte en vie humaine mais d’importants dégâts matériels, a soutenu le chef de brigade dans son exposé. A cela, vient s’ajouter les cambriolages fréquents dans la ville de Sapouy, le trafic illicite du carburant, des armes à feu et des produits prohibés. Malgré la détermination des Forces des forces de défenses et de sécurité, des kolgwéogo et des rouga, ces menaces perdurent. C’est pourquoi, le pandore Bagagnan, a invité les populations à prendre conscience de ces menaces et à apporter leur contribution pour juguler ces phénomènes. Le flux migratoire des déplacés du nord vers la province du Ziro, a constitué la principale préoccupation des participants. La situation faite par les chefs de circonscription administrative, montre plus de 400 déplacés enregistrés. Ils ont plaidé pour une intensification des contrôles de ces déplacés et l’installation d’un poste de contrôle sur la nationale N°6 à la sortie de la forêt aménagée du Nazinon.

Faire mieux connaitre aux populations les apports socio-économiques des produits forestiers non ligneux(PFNL) et les contraintes de leur exploitation, tel était l’objectif de la deuxième  communication faite par le lieutenant Suzanne Sawadogo de la direction provinciale de l’environnement. Après avoir décrit les usages courant des PFNL dans la société, la communicatrice a soutenu que les PFNL contribuent à plus de 23% aux économies familiales. En milieu rural, les gains issus de la vente de ces produits par les femmes, sont généralement plus élevés que le soutien financier qu’elles reçoivent de leurs maris, a-t-elle fait savoir. Comme contraintes de la filière PFNL, Suzanne Sawadogo a cité entre autres, la faible capacité technique de récolte, de stockage et de conservation des producteurs ; le non-respect des périodes de récolte de certains produits et l’insuffisance dans la transformation.          La troisième communication a été présentée par le secrétaire général de la province, Harouna Ouédraogo. « La légistique et la rédaction des actes administratifs », a été le thème abordé par cet administrateur civile. Il a donc passé en revue les différents actes qui réglementent la vie de l’administration, les techniques de rédaction des lois et règlements, les normes juridiques. Des échanges interactifs sur les trois thèmes abordés, ont permis aux participants de se donner des conseils pour un développement harmonieux de la province. Et le haut-commissaire Boureima Tiendrébéogo de dire toute sa satisfaction sur la qualité des échanges menés au cours de la session. Il a par ailleurs exhorté la population à maintenir une parfaite cohésion sociale par la solidarité, la tolérance et la franche collaboration.

Yassine SIENOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here