Lutte contre le paludisme

Bientôt des moustiquaires de nouvelle génération

Dans le cadre de la lutte contre le paludisme au Burkina Faso, le ministère de la Santé avec l’appui de ses partenaires,  a développé des moustiquaires de nouvelle génération qui seront distribuées en phase pilote en juillet prochain, dans les districts sanitaires de Banfora, Gaoua et Orodara. Ces moustiquaires feront l’objet d’un projet de suivi et d’évaluation. La cérémonie de lancement de ce projet de suivi et évaluation est intervenue, le 3 avril 2019 à Banfora.

 

De moustiquaires de nouvelle génération seront distribuées en phase pilote en juillet prochain. Le lancement du projet de suivi et d’évaluation de l’opération est intervenu, le 3 avril 2019 à Banfora. A en croire le gouverneur des Cascades, Joséphine Apiou Kouara qui a représenté le ministre de la Santé au cours de la cérémonie, il sera distribué une nouvelle gamme de moustiquaires imprégnées d’insecticide à longue durée d’action (MILDA) dite de nouvelle génération dans les régions ayant les niveaux de résistance les plus élevés aux pyréthrinoïdes (principes actifs des MILDA conventionnelles). Il s’agit des Cascades, des Hauts-Bassins et du Sud-Ouest, zone d’intervention d’une étude qui s’inscrit dans le cadre d’un vaste projet appelé «Projet nouvelles moustiquaires » mis en place par les pays endémiques dont le Burkina Faso avec l’appui d’un certains nombre de partenaires. D’une durée de 36 mois (juin 2019 à décembre 2021), cette étude sera coordonnée au plan national par le docteur N’Falé Sagnon avec comme principaux investigateurs les docteurs Adama Gansané et Moussa Guelbeogo. Quant au projet, il est dirigé par Consortium sur le contrôle des vecteurs innovants (IVCC) à travers PATH, le Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP) et le Centre national de recherche et de formation sur le paludisme (CNRFP).

Faut-il le rappeler, dans certaines localités du Burkina Faso, les moustiques ont développé des niveaux élevés de résistance à la plupart des insecticides pyréthrinoïdes utilisés dans la fabrication des MILDA conventionnelles classiques. Les MILDA de nouvelles générations « G2 » et « PBO » contenant une combinaison de substances chimiques ont été mis au point contre ces moustiques résistants. Des études expérimentales et des études sur le terrain en cases expérimentales menées dans trois localités du Burkina Faso dont Tengrela dans les Cascades, ont pu confirmer que ces moustiquaires de 3e génération protégent significativement les humains et augmentent la mortalité des moustiques résistants par rapport aux moustiquaires de la même marque imprégnées uniquement de pyréthroïdes.  Les MILDA de nouvelle génération ont été approuvées par l’OMS, mais pour le moment aucune distribution à grande échelle n’a été réalisée. A en croire le secrétaire général de la direction générale l’Institut national de santé publique, Ferdinand Tiendrébeogo, le Burkina Faso sera le premier pays dans le monde à distribuer ce type de moustiquaires. C’est pourquoi M. Tiendrébeogo a déclaré que la pertinence d’une telle étude n’est plus à démontrer, car il est recommandé en pareille circonstance,  d’évaluer l’impact de ces moustiquaires sur l’incidence du paludisme et les indicateurs entomologiques dans le pays.

Mamadou YERE

(AIB Comoé)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here