Sanguié

Promotion du civisme routier

Les forces vives de la commune de Réo veulent porter leur manteau de responsabilité

Réo, (AIB) – « Promotion du civisme routier dans la commune de Réo : état des lieux, causes et conséquences du non-respect du code de la route, perspectives ». C’est autour de ce thème que les forces vives de la commune de Réo se sont retrouvées le jeudi 29 novembre 2018 dans l’enceinte de la mairie. Cette rencontre d’échanges initiée par l’Institut national démocratique (NDI) visait à favoriser une mutualisation des efforts entre acteurs clés concernés par la problématique pour un meilleur respect du code de la route par les populations.

Face à la montée vertigineuse de l’incivisme dans notre pays, des initiatives sont développées pour permettre de poser les bases d’une éducation citoyenne responsable. L’Institut national démocratique (NDI) s’est inscrit dans cette dynamique à travers la mise en œuvre d’un programme de promotion du civisme, de prévention et de gestion de conflits au profit des communautés de cinq zones géographiques du pays. C’est ainsi que la commune de Réo en est bénéficiaire et les autorités locales à savoir le haut-commissaire de la province du Sanguié, Paul de Romuald Ouédraogo, et le maire de la commune de Réo, Louis Bazimo, se sont réjouis de cette initiative qui, selon eux, est gage de  développement économique et social. Le thème abordé ici, à en croire le maire, est « d’actualité et très interpellateur au regard du fait que l’incivisme routier est devenu un problème de société dans notre commune ». Et de poursuivre : « Le conseil municipal et les services techniques travaillent depuis le début de notre mandat à lutter résolument contre le phénomène de l’incivisme routier. Mais comme l’adage le dit « un seul doigt ne ramasse pas la farine versée ». C’est en cela qu’il loue l’initiative de la mise en œuvre du programme de promotion du civisme de prévention et de gestion des conflits au Burkina Faso par le NDI. Tout comme le haut-commissaire, le maire n’a pas manqué de remercier le NDI pour sa contribution sans cesse au développement de notre pays mais surtout de le rassurer de sa parfaite disposition à l’accompagner le long du processus de déroulement des activités de ce projet dont le succès sera bénéfique à tous. Aussi, les communicateurs du jour, le commissaire central de police de Réo, Hamado Bikienga,  et le secrétaire général de la mairie, Yacouba Zèba, ont ainsi tenu les participants en haleine. Si le premier s’est appesanti sur l’incivisme routier (états, causes et conséquences) dans la commune de Réo, le second a jeté son dévolu sur l’état des lieux en matière de sécurité routière pour déboucher sur des perspectives. Ils ont embouché la même trompette pour décrier les situations déplorables qui soumettent aujourd’hui le pays tout entier à une crise de civisme dont tous en sont témoins ou victimes.  La défiance de l’autorité de l’Etat, le non-respect des lois et du bien public, l’exercice de la justice privée, les violences électorales, les troubles en milieu scolaire et universitaire, le manquement au code de la route et l’incivisme fiscal sont autant de comportements et attitudes aux antipodes de nos valeurs cardinales qui émaillent notre quotidien, ont-ils relevé. A noter que les données de la police font état de 62 blessés et 15 décès en 2017 et de 47 accidents constatés avec 48 blessés et 09 décès en 2018. Rien que ces derniers mois, on note six accidents constatés en octobre et dix accidents constatés en novembre. D’où la nécessité  d’une prise de conscience individuelle et collective.

Pascal BAKO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here