Projet foyers améliorés au Faso : Cinq unités de production de Roumdé pour contrer la désertification

0
79

Le ministère de l’Environnement, de l’Economie verte, et du Changement climatique, et l’Agence allemande de coopération internationale (GIZ)  ont mis en place cinq nouvelles unités de production de foyers améliorés à travers quatre régions du Burkina Faso. L’ouverture officielle de ces unités a eu lieu, le vendredi 28 septembre 2018, à Bobo-Dioulasso.

Le ministère en charge de l’environnement veut faire du foyer améliorer un des moyens de lutte contre la désertification. C’est dans cet élan que ce département, avec le soutien de la l’Agence allemande de coopération internationale (GIZ) a réalisé cinq unités de production de foyers améliorés. La construction de ces unités s’inscrit dans le cadre du projet Foyers améliorés au Faso (FAFASO), un projet financé par la GIZ.

Elles sont réparties dans quatre chefs-lieux de région du Burkina Faso, à savoir Bobo-Dioulasso (deux unités), Fada, Kaya, et Dédougou. La cérémonie d’ouverture officielle de ces différents joyaux a eu lieu dans la matinée, du vendredi 28 septembre 2018, à Bobo-Dioulasso, en présence du ministre en charge de l’environnement, Batio Bassière. A entendre le  ministre Bassière, FAFASO trouve tout son sens dans le contexte actuel du Burkina Faso. «L’utilisation des foyers améliorés est devenue indispensable dans notre pays au vu de la raréfaction du bois», a-t-il déclaré.

Chaque unité a coûté 12,5 millions de FCFA

La directrice résidente de la GIZ au Burkina Faso, Angelika Friedrich a, à l’occasion, rappelé que la GIZ met en œuvre des projets et programmes au Burkina Faso dans plusieurs secteurs, dont l’agriculture, l’eau, la décentralisation, la santé et l’environnement. Chaque nouvelle unité a coûté, y compris son équipement, 12,5 millions de FCFA. Et les cinq unités devraient, aux dires de Mme Friedrich, participer à l’accès durable à un service énergétique moderne aux populations.

Le représentant des artisans de toutes les unités de production, Ibrahim Démé, a remercié le ministère en charge de l’environnement et la GIZ pour leur accompagnement dans la mise en place des unités de production. Ibrahim Démé a, en outre, pris l’engagement de faire de ces joyaux des références non seulement en matière de production de foyers améliorés, mais aussi en matière de formation de la relève. Les artisans ont soumis quelques doléances au ministre de l’Environnement.

Ils lui ont, par exemple, demandé de plaider auprès de la SN- CITEC et des sociétés minières la facilitation de l’accès à la matière première, c’est-à-dire les fûits usés,  à un prix abordable.  Séance tenante le ministre Bassière a assuré qu’une correspondance a même déjà été adressée au directeur général de la SN- CITEC dans ce sens.

La cérémonie du jour a aussi été marquée par une remise symbolique de foyers améliorés à quelques structures associatives (pour la vulgarisation de l’outil), et un octroi de fonds de roulement aux groupements d’artisans des quatre régions. En rappel, lesdites unités de production sont logées dans les services déconcentrés du ministère de l’Environnement. Et ce choix n’est pas un fait du hasard, à en croire Batio Bassière. «Cela traduit la volonté de mon département à suivre cette activité», a-t-il fait savoir.

Alpha Sékou BARRY
Diro Benoit Wilfried TOE
(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here