Burkina-Soutenance-Thèse-Physique-Photovoltaïque

Pour sa thèse de Doctorat en physique, Ramatou Konaté s’est intéressée aux cellules photovoltaïques bifaciales

Ouagadougou, le 5 dec.2022(AIB)-Dr. Ramatou Konaté a défendu sa thèse de doctorat à l’Université Joseph Ki Zerbo, le samedi 3 décembre 2022. Elle a orienté ses recherches sur l’amélioration des performances des cellules photovoltaïques bifaciales, à l’issue duquel le jury a jugé ses travaux recevables et lui a décerné le grade de docteur en Physique, spécialité semi-conducteur énergie photovoltaïque avec la mention très honorable.

Comment peut-on optimiser l’énergie photovoltaïque sur des surfaces réduites ? C’est à cette question que s’est attelée à répondre Dr. Ramatou Konaté dans ses recherches.

Selon elle, la pression démographique avec une forte demande en énergie combinée à des surfaces cultivables et d’habitation de plus en plus réduite, commandent un changement de comportements dans la consommation énergétique.

Car, a-t-elle avancée, les énergies fossiles, qui sont la source d’énergie la plus utilisée dans le monde sont épuisable et non renouvelable.

Pour elle, le Burkina Faso dispose dans ce domaine, d’un grand atout qui est son soleil.

« Face à cette situation, les sources d’énergie renouvelables sont vues comme une alternative. Parmi les sources d’énergies renouvelables, l’énergie solaire constitue une aubaine pour les pays fortement ensoleillés notamment pour le Burkina, avec une durée d’ensoleillement qui va de 3000 à 3500 heures par an, l’une des plus élevées au monde », a confié Dr. Ramatou Konaté.

Selon elle, la production de l’énergie électrique à partir de l’énergie solaire est rendue possible grâce à un dispositif appelé cellules PV ou photopile.

Depuis son apparition, elle a fait l’objet de plusieurs études visant à améliorer son rendement de conversion, a-t-elle signifié.

« En effet, la cellule PV existe sous plusieurs formes parmi lesquelles la cellule PV mono faciale et la cellule PV bifaciale.

La cellule PV bifaciale permet de capter la lumière sur les deux faces par rapport à la cellule PV mono faciale. Elle génère donc une énergie supplémentaire due à la conversion des rayonnements solaires recueillis par la face arrière», a-t-elle noté.

Selon son maitre de thèse, Dr Bernard Zouma, les résultats auxquels est parvenu, son élève, sont très intéressants car ces travaux indiquent des tranches de zones qu’il faut utiliser pour avoir un rendement meilleur des photovoltaïques bifaciales.

« C’est une large gamme de données qui est fournie aux constructeurs, et à tous ceux qui s’intéressent aux domaines des photovoltaïques, notamment les fabricants, les techniciens et les commerçants, qui pourront les exploiter pour mieux construire ou exploiter les photovoltaïques », a-t-il assuré.

Le Président du jury, Pr. Jean Coulidiaty, a félicité l’impétrante pour avoir abordé un sujet qui est certes ancien mais auxquels, elle a apporté de l’innovation.

« Elle a évalué le comportement des photopiles par rapport à un certain nombre d’influences extérieures et ce qui m’a intéressé c’est par exemple l’influence de la température extérieure, du champ magnétique y compris terrestre », a-t-il confié.

Selon Pr. Coulidiaty, elle a aussi un certain nombre de perspectives qui font que son laboratoire ne va pas chômer. «Elle a été brillante et patiente dans l’élaboration de son travail», a-t-il conclu.

Le jury composé d’éminents professeurs du Burkina Faso et de la sous-région, a déclaré Ramatou Konaté, digne du grade de docteur en Physique, spécialité semi-conducteur énergie photovoltaïque, avec la mention très honorable.

Agence d’information du Burkina

Dnk/ata

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here