Système solaire photovoltaïque

64 jeunes sunnites à l’école de l’installations et de la maintenance

Le mouvement sunnite, en collaboration avec le centre de Formation professionnelle « Solaire Plus », a procédé à la remise d’attestations à 64 jeunes formés en installation et maintenance du système solaire photovoltaïque, le mercredi 21 septembre 2022, à Bobo-Dioulasso.

L’installation et la maintenance du système photovoltaïque n’est plus un secret pour Souleymane Bamogo. Du 12 au 21 septembre 2022, avec 63 autres jeunes du mouvement sunnite, M. Bamogo a reçu les rudiments à cet effet. « Je suis désormais à mesure d’assurer l’installation et la maintenance du système solaire photovoltaïque avec les connaissances que j’ai acquises pendant ces dix jours de formation », a fait savoir Souleymane Bamogo tout en remerciant le bureau régional du mouvement sunnite des Hauts-Bassins pour cette initiative. Pendant les cinq premiers jours de la formation, aux dires du formateur Kassoum Wermi, les bénéficiaires ont été initiés en électricité bâtiment. « Avec un prototype de bâtiment construit nous leur avons montré comment faire les installations pour les mettre en phase pratique », a expliqué M. Wermi. Les cinq derniers jours ont été consacrés à l’installation et à la maintenance de l’équipement solaire. Cette formation, selon le 1er vice-président du bureau régional du mouvement sunnite des Hauts-Bassins,  Hamadi Yaméogo, prouve qu’au-delà du culte et du raffermissement de l’islam, le mouvement s’intéresse à tout ce qui touche le développement du Burkina Faso, de la cohésion sociale, du vivre-ensemble, et l’épanouissement de la jeunesse en proie au chômage. Une initiative louée par le directeur régional en charge de la jeunesse et de l’emploi des Hauts-Bassins, Adama L. Traoré. Pour lui, cette formation permettra d’accroitre la capacité des jeunes de la région en énergie solaire photovoltaïque ainsi que la réduction du taux de chômage. Pour ce faire, M. Traoré a exhorté les bénéficiaires de cette formation à déjà mettre en pratique les connaissances acquises même de façon bénévole ou gratuite afin de ne pas perdre la main. Les jeunes formés, par la voix de leur porte-parole, Souleymane Bamogo, ont souhaité avoir du matériel de travail pour s’installer.

Kamélé FAYAMA

                                      Yeri Fidélia SIB

                                                                           (Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here