Site icon AIB REGIONS

Campagne agricole 2022-2023 : Plus de 1,7 million de tonnes attendu dans la Boucle du Mouhoun

Campagne agricole 2022-2023

Plus de 1,7 million de tonnes attendu dans la Boucle du Mouhoun

Dans le cadre de ses missions, la direction régionale en charge de l’agriculture de la Boucle du Mouhoun conduit chaque année le processus de planification de ses activités afin d’assurer une cohérence entre les défis du moment et les actions stratégiques définies dans les documents cadres du secteur agricole. Focus sur l’organisation et les objectifs de production de la campagne agricole 2022-2023 dans le « Grenier du Burkina ».

 

En cette 2e moitié du mois de juin 2022, la campagne agricole connait un démarrage effectif dans la région de la Boucle du Mouhoun avec des quantités de pluies « assez importantes » enregistrées dans la plupart des localités, selon le Directeur régional en charge de l’agriculture, John Hermann Hien. De ses explications, il ressort que les activités sont dominées par les défriches, l’épandage de la fumure organique et quelques opérations de labours sur les parcelles de céréales à savoir le riz, le maïs, le sorgho, le mil et de cultures de coton. Pour réussir la production dans la Boucle du Mouhoun, a-t-il précisé, le gouvernement du Burkina Faso avec l’aide des partenaires techniques et financiers s’investissent dans des réalisations. Ainsi, dans le cadre de la mise en place de l’agropole du Sourou, quatre grands projets sont initiés, a fait savoir M. Hien. Il s’agit de l’aménagement de 2 000 hectares (ha) de périmètres hydroagricoles pour la culture du blé dans le Sourou, de 2 000 ha de périmètres hydro-agricoles à Dangoumana, de 1 812 ha de périmètres hydroagricoles à Sono-Kouri et de 1 500 ha de périmètres hydroagricoles à Bissan.

Pour cette campagne agricole, la Boucle du Mouhoun a un objectif de production de 1 774 570 tonnes toutes spéculations confondues, foi du directeur régional. Pour les céréales, il est attendu 1 138 998 tonnes dont 147 806 tonnes de riz, 479 494 tonnes de cultures de rentes et 156 077 tonnes de cultures vivrières. Selon M. Hien, les prévisions des appuis à la production pour la campagne 2022-2023 sont estimées à 552 383 kg de semences toutes spéculations confondues dont 221 463 tonnes pour la semence de riz. « Pour les appuis en fertilisant, ce sont 5 306 tonnes d’engrais minéraux dont 3 322 tonnes de NPK et 1 987 tonnes d’urée. A cela, s’ajoute 23 tonnes de fumure organique et 662 kg d’activateur de composte. Parmi ces intrants, 58,3 tonnes d’engrais et 11225 kg de semences seront prélevés pour être mis à la disposition des personnes déplacées internes (PDI). Il est également prévu la mise à disposition de 413 unités de matériels et 170 équipements motorisés à prix subventionné », a-t-il expliqué.

De la situation alimentaire

 

A entendre le directeur régional en charge de l’agriculture, les baisses de productions enregistrées au cours de la campagne agricole humide 2021-2022, les déplacements des populations à cause de l’insécurité, la baisse des stocks ménages et commerçants en produits vivriers, la faible disponibilité et la flambée des prix des produits agrosylvopastoraux sont autant de facteurs qui mettent à mal la sécurité alimentaire des ménages dans la région de la Boucle du Mouhoun.

La région de la Boucle du Mouhoun est une grande région de production agricole. Au regard des objectifs de production pour la campagne agricole 2022-2023, certains facteurs risques d’influer négativement sur les prévisions. Il s’agit notamment de l’insécurité dans les zones de production, le déblocage tardif des ressources financières pour la mise en œuvre des activités au niveau des services déconcentrés du ministère en charge de l’agriculture, la défaillance de certains prestataires due au non-respect des clauses des contrats, la remise en cause des questions foncières par les propriétaires terriens qui pourraient survenir pendant l’exécution de certains travaux d’aménagement, la mise à disposition tardive des facteurs de production aux producteurs et la persistance des fléaux et maladies des cultures. Afin d’atténuer les effets des risques et contraintes, certaines mesures sont envisagées dont l’application « rigoureuse » de la règlementation en vigueur dans l’exécution des marchés publics, l’immatriculation des sites à aménager après l’obtention des procès-verbaux de palabre, la mise à la disposition à temps des producteurs des facteurs de production.

Néanmois, a précisé le directeur régional en charge de l’agriculture, John Hermann Hien, avec les appuis en engrais et en semences améliorées ainsi que les opérations spécifiques mises en place par l’État et ses partenaires, on peut s’attendre à une bonne campagne agricole dans la région si les pluies se poursuivent jusqu’en mi-octobre.

Stanislas BADO

AIB/Mouhoun

Quitter la version mobile