Kaya: Les Assemblées de Dieu célèbrent Noël sous le signe de l’Espoir

 

Kaya, 24 dec. 2021(AIB)-La région du Centre-nord fête encore cette année la Noël dans un contexte sécuritaire et humanitaire difficile. Pour le président du Conseil régional des Eglises de l’Assemblée de Dieu le pasteur Théodore Sawadogo, il nous faut garder espoir en Jésus qui vient pour sauver l’humanité.

 

Agence d’information du Burkina (AIB) : Sous quel signe est placée la célébration de la naissance du Christ dans vos temples à Kaya?

 

Pasteur Théodore Sawadogo (T.S.) : La célébration de la Noël 2021 se tient dans un contexte sécuritaire difficile marqué de peur et d’inquiétudes. Ce qui ne rendra pas la fête aussi belle que prévue. De manière générale, il y a eu beaucoup de décès du fait des attaques terroristes et un déplacement massif des populations. Vous voyez donc que c’est dans la psychose générale que se prépare cette fête. Mais en tant que chrétien, je peux dire nous préparons la fête de la nativité dans un esprit d’espoir, parce que Jésus Christ, le don de Dieu, est aussi venu pour le salut de l’humanité. Nous savons qu’au moment de sa venue, le monde n’était pas également calme. Nous attendons donc espoir un sauveur, un Dieu tout puissant qui peut changer le cours des choses. C’est sous le signe de l’espoir donc que nous célébrons la venue du Christ.

 

AIB : Dans quelles conditions les messes seront célébrées?

T.S. : Malgré la situation sécuritaire difficile et la pandémie de la maladie à coronavirus, les préparatifs de la grande veillée et de la fête dans les familles vont bon train de façon générale. On remarque aisément que les familles se préparent à la fête par des achats divers. Dans nos différentes églises, la fête se prépare à travers des répétitions de versets bibliques pour des récitals, des chants de Noël et des ballets. Pour l’essentiel, nous sommes en train de préparer spirituellement nos cœurs pour commémorer ce don précieux pour lequel nous sommes enfants de Dieu.

AIB : Que représente la célébration de la fête de la nativité pour le fidèle chrétien ?

 

T.S. : Pour les chrétiens, la Noël représente la venue du sauveur. La venue de Dieu lui-même dans nos vies et dans nos cœurs, puisque Emmanuel qui veut dire «Dieu est avec nous» est le nom qui a été donné à Jésus Christ à sa naissance. Noël représente donc pour nous, la lumière venue nous éclairer du monde des ténèbres. C’est pour cela qu’il est important pour nous de la commémorer et de la revivre.

AIB : Quelles sont les actions menées ou en cours pour une fête réussie ?

T.S. : Nous sommes en pleine session pastorale, la dernière de l’année. Chaque pasteur au niveau local avec ses disciples organisera la longue veillée de Noël. Il y aura donc dans toutes les églises une animation de Noël, des chants, des sketches, des récitals de versets bibliques pour raconter l’histoire de Noël.

AIB : Y a-t-il des dispositions particulières pour permettre aux Personnes déplacées internes (PDI) de se sentir aussi dans la fête ?

T.S. : Noël est le don de Dieu à l’humanité. L’Eglise et les chrétiens doivent également donner et apporter de la lumière autour des PDI. C’est pourquoi nous organiserons un arbre de Noël au profit de 450 enfants déplacés. Nous pensons ainsi leur donner de la joie au cœur à travers des cadeaux qui symbolisent le cadeau précieux de Dieu à notre égard. Il y aura également des visites de familles et de voisins. Nous voulons vraiment qu’à travers Noël, surtout dans ce contexte de crise sécuritaire, humanitaire et sanitaire, les PDI qui ont été accueillies à Kaya sentent que l’Eglise est à leurs côtés pour les soutenir et pour leur apporter la joie de vivre et le bonheur.

AIB : Quels messages avez-vous à l’endroit des fidèles chrétiens en particulier et aux populations burkinabè en général pour une paix durable et une réconciliation nationale réussie au Burkina Faso.

T.S. : J’invite chacun à plus de prudence pendant ces moments de fête, dans la circulation et dans leurs comportements. Que chacun transmette l’amour autour de soi, car c’est une période où l’on doit prouver qu’on est frère ou sœur de l’autre.

C’est également les inviter à un partage. On donne ce que l’on a. Dieu nous a donné sa présence et son amour. Nous devons à notre tour, distribuer cet amour et faire connaitre à notre entourage que nous avons un Dieu d’amour. C’est également d’être modéré dans tout ce qui sera fait pendant la fête, côté aliment, côté dépenses, il ne faut pas que l’on s’endette pour fêter Noël.

Ce n’est pas pour ça que Christ est venu. Noël pour nous chrétiens, c’est tous les jours. C’est la présence de Jésus Christ en nous notre fête. Il faut aussi éviter de se faire du mal par l’excès des aliments que nous consommerons car, Dieu voudrait que la joie voulue par cette fête perdure.

Agence d’information du Burkina

Interview réalisée par Emil Abdoul Razak SEGDA

Augustin Irwaya OUEDRAOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here