Festivités du 11 décembre

 

La montée du rônier, l’innovation du paysan noir

 

En marge de la commémoration du 60ème anniversaire de l’indépendance du Burkina Faso le secrétariat permanent des festivités du 11 décembre a organisé le mercredi 2 décembre 2020 à Banfora une compétition dénommée « la montée du rônier ». Cette compétition, première du genre, s’est déroulée en présence du secrétaire permanent du 11 décembre, Kalil Bara.

 

Venus de Nafona, de Kiribina, de Tiékouna, de Moussodougou, et des différents villages de la région réputés pour la cueillette du Bandji (jus du rônier), ils étaient onze (11) grimpeurs à prendre part à cette compétition, premier du genre organisé dans le cadre des festivités du 11 décembre 2020. Ces exploitants du rônier devraient monter à mains nues, sans se servir de leur échelle traditionnelle, comme ils ont l’habitude de l’utiliser pour extraire le Bandji. Ainsi, il s’agissait pour les candidats, de monter le plus rapidement possible aller toucher une clochette accrochée au sommet d’un arbre de 8 mètres, et redescendre librement. Avec un temps de 8 secondes 7 dixièmes, Oumar Sourabié du village de Moussodougou a surclassé ses concurrents.

Il a reçu une enveloppe de 50 000 FCFA, une échelle pour cueillir le Bandji, plus une gourde, une ceinture. Les 2ème et 3ème de la compétition ont reçu respectivement 40 000 FCFA et 30 000 FCFA, avec chacun du matériel de récolte du Bandji. Les huit (08) autres compétiteurs ont reçu des prix d’encouragement. La compétition visait à déterminer le candidat le plus rapide dans la montée. La population de la cité du paysan noir, venue satisfaire sa curiosité, et les anciens des villages, ont salué l’initiative qui est une première du genre depuis la nuit des temps. En rappel, le Bandji ou jus du rônier, est une boisson extraite du rônier qui est un arbre emblématique de la région des Cascades. C’est une boisson naturelle délicieuse et très prisée par les populations. L’extraction de ce jus naturel constitue une source génératrice de revenus pour beaucoup de jeunes de la région surtout pendant la saison sèche. Gardé en l’état, le Bandji se fermente après quelques heures.

 

                                                                                                                                                Mamadou YERE

                                                                                                   AIB/Comoé

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here