Cadre de concertation avec les médias de proximité de la Boucle du Mouhoun

 

La gestion professionnelle de l’information à l’ordre du jour

 

Une équipe du ministère de la communication et des relations avec le parlement conduite par la secrétaire générale a séjourné le 11 septembre 2020 à Dédougou dans la Boucle du Mouhoun. Cette sortie s’inscrit dans le cadre de la concertation avec les médias de proximité.

 

Après Bobo-Dioulasso dans la région des Haut-Bassins et Tenkodogo dans le Centre-Est, c’était au tour de Dédougou dans la Boucle du Mouhoun, d’accueillir le ministère de la communication et des relations avec le parlement dans le cadre de la concertation avec les médias de proximité. Tribune d’échanges entre les femmes et hommes de média et leur ministère de tutelle, ce cadre a permis aux professionnels de l’information du « grenier du Burkina » d’aborder leurs conditions de travail et bien d’autres préoccupations. Dans les échanges, les journalistes de la Boucle du Mouhoun ont souhaité des soutiens conséquents aux médias de proximité, bénéficier de beaucoup plus de sessions de renforcement de capacités, d’être impliqués dans les grandes rencontres du ministère, notamment aux universités africaines de communication (UACO), etc. Pour  l’équipe conduite par Hortense Zida, secrétaire générale du ministère de la communication et des relations avec le parlement, cette tribune a été l’occasion de décliner les attentes du département de Fulgance Dandjinou. Ainsi, dans un contexte d’insécurité et avec les échéances électorales à venir, la représente du ministre de la communication a invité les animateurs de presse de la Boucle du Mouhoun à un traitement professionnel de l’information afin de préserver et renforcer le dialogue citoyen et la cohésion sociale. « Avec les joutes électorales en ligne de mire et dans un contexte difficile marqué par les attaques terroristes et la pandémie à coronavirus, nous vous invitons à promouvoir une gestion professionnelle de l’information. Si nous communiquons mal en ces périodes, les intérêts peuvent s’entrechoquer et cela peut être source de crises difficile à gérer », a confié la secrétaire générale du ministère en charge de la communication, Hortense Zida. Avant de prendre langue avec les journalistes, l’équipe du ministère de la communication a effectué une sortie terrain chez le chef de canton de Dédougou et dans les organes de presse de la cité de Bankuy pour s’enquérir des réalités dans lesquelles travaillent leurs animateurs. Après la visite de courtoisie chez le garant des us et coutumes, Hortense Zida et sa délégation se sont rendues tour à tour aux bureaux de la direction régionale de la communication de la Boucle du Mouhoun, au service régional des éditions Sidwaya, au centre diocésain de communication (CEDICOM), à la radio Salaki, à la radio Hamadiya, à l’antenne de la société Burkinabé de Télédiffusion (SBT) de Dédougou, et à la radiodiffusion télévision (RTB2) de Dédougou. Si certains médias comme la radio Salaki est au rendez-vous de la technologie, d’autres organes travaillent avec le strict minimum. « Cette sortie nous a permis de voir des acteurs très engagés, souvent dans des conditions matérielles difficiles excepter un organe qui est bien nanti », constate la secrétaire générale du ministère de la communication et des relations avec le parlement.

Kamélé FAYAMA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here