Site icon AIB REGIONS

Promotion des droits de l’enfant :Les membres du Réseau à l’avant-garde

Promotion des droits de l’enfant

 

Les membres du Réseau à l’avant-garde

 

La direction régionale des droits humains et de la promotion civique des Cascades a organisé le 13 aout 2020 à Banfora, un atelier de renforcement de capacité sur le dispositif juridique de protection de droits de l’enfant au profit des membres du Réseau de protection des droits de l’enfance de la Comoé. La cérémonie d’ouverture de cet atelier a été présidée par Mamadou Traoré, conseiller technique du gouverneur de la région.

 

Trois communications ont été au centre des échanges de cet atelier dont l’objectif est de former les membres du réseau de protection de l’enfance de la Comoé. Il s’agit de «Généralité sur les droits de l’enfant », « le contenu du dispositif  juridique de protection des droits de l’enfant au Burkina Faso », et enfin « l’effectivité des droits de l’enfant au Burkina Faso ». A en croire Mamadou Traoré, la protection de l’enfance au pays des hommes intègres est une perspective soutenue depuis l’accession du pays à la souveraineté internationale.

Du reste a-t-il déclaré «la législation mondiale sur les des droits de l’enfant est dans son ensemble en vigueur au Burkina Faso». Cependant a-t-il estimé, qu’il est de notoriété publique que nos enfants sont quotidiennement victimes de pires formes de travail, voir de traite et de violences physiques et morales de tous genres. Pour Abdou Moumouni Ouédraogo, directeur régional des droits humains et de la promotion civique des Cascades, le présent atelier s’inscrit en droite ligne des activités de la direction. Il dira qu’il est la résultante de deux études menées en 2005 et en 2018 par sa direction, et qui ont révélées que les droits des enfants dans les Cascades sont en souffrance.

Selon le conseiller technique du gouverneur Mamadou Traoré, plusieurs facteurs pourraient expliquer ces tendances à la violation systématique de la personne et de la dignité des enfants dont notamment la misère des parents et l’ignorance des textes de protection de l’enfance. C’est au regard donc de cette absence de promotion globale de l’enfance au Faso, que l’Etat a,-t-il dit, a choisi comme un des axes prioritaires d’actions, la vulgarisation du dispositif juridique des protections des droits de l’enfant par l’adoption de mesures législatives et réglementaires. Selon le représentant de la gouverneure des Cascades, ces mesures qui ont pour vocation le plein épanouissement de l’enfant, ne sauraient être effectives sans une synergie d’actions entre les différents acteurs de la chaîne de protection. Et de déclarer «le présent atelier traduit l’engagement du Burkina Faso à œuvrer avec plus d’efficacité pour donner à tous les enfants, le droit de s’épanouir, de se développer et de participer à la construction de la nation ».

                                                                                                   Mamadou YERE

Quitter la version mobile