Campagne cotonnière 2020-2021

 

Le DG de la SOFITEX entre langage de vérité et encouragements

 

Le Directeur général de la Société de Fibres et textiles (SOFITEX) Wilfried Yaméogo, a effectué du 23 au 24 juin 2020, une tournée dans les champs de coton de la région des Cascades. Au cours de cette visite-terrain,  Wilfried Yaméogo s’est rendu successivement dans une dizaine d’exploitations de coton situées dans la Comoé et la Léraba. La campagne est au stade de semis et de montaison dans cette région cotonnière. C’est avec satisfecit, que Wilfried Yaméogo a regagné Bobo-Dioulasso sa base.

 

Cette tournée du Directeur général de la SOFITEX dans les champs de coton de la région, a coïncidé avec une poche de sécheresse qui durait déjà deux semaines selon les zones. Comme par chance ou par enchantement, c’est avec une pluie tombée dans plusieurs communes de la région que cette visite a été bouclée à Loumana. Ce fut de plus, un motif de satisfaction pour le DG Wilfried Yaméogo qui en avait déjà leurs oreilles pleines. En effet, de Tiefora, Kankounaba, Moussoumourou, Tomodjan, Sidéradougou, Sabaribougou Gouindougouni dans la Comoé ; Dakoro-Badara, et Kangoura dans la Léraba ; la question de l’absence des pluies pour ne pas dire sécheresse, ne passait pas inaperçue sur les jeunes cotonniers. Ce cri de cœur a été martelé dans tous les échanges directs que le patron de la SOFITEX a eu avec ses producteurs. C’était l’une des principales difficultés auxquelles étaient confrontées les cotonculteurs des Cascades. Dans tous les champs visités, le coton a déjà bien poussé et est entrain de monter, nonobstant l’adversité de l’absence de pluies. D’autres parcelles déjà labourées n’attendent que la pluie pour être emblavées. Dans la Comoé tout comme dans la Léraba, ce sont d’importantes superficies qui ont été emblavées par les producteurs de coton. Koné Brahima du groupement Sababougnouma de Séribabougou a déclaré que son GPC a emblavé 308 ha de coton.

 

Encouragements et message de fermeté

 

Les principales préoccupations des producteurs liées à la production sont : l’absence de pluie, l’obtention des bassins de retenue d’eau de ruissèlement et la question de l’engrais pour céréales. D’autre part, les producteurs ont souhaité ne plus être confrontés  à la qualité des intrants comme il ya de cela deux campagnes écoulées.

A toutes ces questions, le DG et ses collaborateurs ont donné des réponses acceptées par les producteurs. Par rapport à l’interpellation, à la qualité des intrants, le DG a rassuré les producteurs, que les dispositions ont été prises, afin de garantir la qualité des semences et des intrants avant d’être livrés aux producteurs. Seulement, il a longuement insisté auprès des producteurs d’appliquer les conseils et l’itinéraire technologique donnés par les agents terrains commis à l’encadrement. A en croire Koné Amidou du GPC Koumoussara, cette situation de suspicions entre la SOFITEX et les producteurs pourrait dorénavant être résorbée avec «les champs tests» que la SOFITEX a promis mettre en œuvre. La tournée du Directeur général de la SOFITEX dans les champs, s’inscrit dans le cadre du suivi traditionnel de la campagne cotonnière 2020- 2021.

«A l’étape des semis, il nous a paru important de faire un tour auprès des producteurs afin de constater de visu le travail abattu par les producteurs à cette étape de l’installation de la campagne ; et également les encourager pour la poursuite des semis de même que pour les autres opérations culturales » ; a déclaré Wilfried Yaméogo DG de la SOFITEX. Selon lui, ce sont des producteurs engagés qui ont été rencontrés dans leurs exploitations ;  « mais il y a un problème de pluie » a-t-il dit. A l’unissons, ils ont prié afin qu’il y ait plus de pluie et de santé, pour réussir une bonne campagne.

Le patron de la SOFITEX s’est voulu ferme et assez clair sur les questions d’ « assainissement » des GPC et celle des impayés. «C’est d’abord une affaire de GPC avant d’être une affaire de SOFITEX » ; a-t-il martelé. Pour Wilfried Yaméogo, il est clair que les impayés doivent être obligatoirement réglés par ceux-là qui doivent cette somme, faute de quoi, ils seront poursuivis. Il a exhorté les membres des GPC, à extirper les mauvaises graines en leurs seins. Par ailleurs, «nous avons pris attache avec les services de police et gendarmerie, afin que toute opération suspecte se rapportant à nos produits et appareils, puissent être dénoncée par les producteurs». C’est un langage de vérité et une fermeté saluée par les producteurs à l’entame de cette campagne. Un numéro vert «80 00 12 42 » en français/dioula/foulfouldé est disponible et peut permettre aux producteurs d’avoir les prix de certains produits et bénéficier d’autres messages de la boîte. Wilfried Yaméogo DG de la SOFITEX a conclu que : «nous nous engageons à rester dans la dynamique de l’accompagnement des producteurs, de l’innovation technologique pour améliorer notre prestation d’ensemble à l’endroit des producteurs».

Mamadou YERE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here