Plateau central

Ganzourgou

Départ du commissaire Nongma Sidiki Dima à la retraite

Le Réseau de protection de l’enfance du Ganzourgou salue un modèle

Zorgho, (AIB)- Les membres du Réseau de protection de l’enfance (RPE) du Ganzourgou ont dit au revoir le 17 janvier 2020 au commissaire principal de police Sidiki Dima, admis à la retraite. Au cours d’une sobre cérémonie consacrée principalement à un partage d’expériences et à une remise de cadeau, ils ont salué l’exemplarité du commisaire Dima.

Le Commissaire principal de police, Sidiki Dima, précédemment directeur provincial de la police nationale du Ganzourgou, a fait valoir ses droits de retraite le 31 décembre 2019. Durant son séjour dans la province, il a posé des actions qui resteront gravées dans la mémoire des populations. L’une de ces actions est sans conteste sa pleine implication dans le réseau provincial de protection de l’enfance, une fédération d’associations et de structures administratives, active dans la défense des droits de l’enfant. Comble de son engagement, il occupait le poste de vice-coordonnateur au sein dudit réseau. Selon le coordonnateur Albert Tarpaga, son implication a été très déterminante dans la résolution de plusieurs situations où les droits des enfants étaient atteints. C’est pour cela que le réseau a décidé de lui dire un au revoir et recevoir ses conseils pour la suite du combat. « Nous voulons à travers ce geste vous traduire notre joie et notre reconnaissance. C’est vrai que vous êtes allé à la retraite mais vous constituez pour nous une mine d’expériences et nous voudrions toujours en profiter » a déclaré M.Tarpaga, avant de lui remettre  un tableau significatif en guise de cadeau.

Très ému par cette marque de considération, le nouveau retraité a salué l’acte des membres du RPE. Pour lui le cadeau reçu inspirera sa progéniture. Il a dit sa satisfaction d’appartenir à ce réseau qu’il juge très bénéfique. Pour lui, l’enfant est le socle de demain et participer à l’épanouissement de ce dernier est quelque chose de louable et il faille remercier ceux qui ont créé le réseau. M. Dima a dit avoir été marqué positivement par l’engagement de tous les membres et surtout l’accompagnement inestimable de l’ONG Terre des hommes (Tdh) qui a permis de maintenir le flambeau de ce réseau. Il se rappelle avoir eu à gérer beaucoup de cas d’enfant mais celui qui l’a le plus marqué est celui d’une fillette de la classe de 6ème dont les parents avaient tenté de déscolariser pour un mariage forcé et précoce. Le réseau a tablé sur le cas et il s’est personnellement investi pour gérer le cas sans user de force, mais plutôt en cherchant à convaincre. Il se souvient  qu’après de multiples missions et concertations, le réseau a pu permettre à la fillette à reprendre l’école. Il a fallu une famille d’accueil pour elle, cotisé pour lui acheter un vélo et supporter ses frais de scolarité. « La fillette m’appelait affectueusement papa et à chaque rentrée je payais ses fournitures et ses frais de scolarité » a expliqué M. Dima. Elle a poursuivi ses études jusqu’en 3ème, mais la déception est intervenue lorsqu’elle tombé enceinte. « Un jour la fille m’a appelé en larme pour me dire qu’elle était enceinte. J’ai n’ai pas pu poursuivre la conversation », a témoigné, M. Dima la voix enrouée d’amertume. Pour lui, cela fut un grain de sable dans son couscous. Il a alors appelé le RPE à s’inspirer de cette expérience pour des prises de décision dans la gestion de futurs cas similaires. Tout en souhaitant bon vent au RPE, il s’est dit toujours disposé à apporter au réseau son soutien.

Moïse SAMANDOULGOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here