Festival Art’Dougou

 

Sous le signe de l’intégration des peuples

 

L’association « Teryuma » a donné le samedi 11 janvier 2020 à Bobo-Dioulasso, le top de départ du festival international d’art Art’Dougou. Le festival qui est à sa 5e édition se tient du 11 au 18 janvier. 

 

C’est sous le thème : « L’intégration des peuples par la création contemporaine et numérique » que l’ouverture du festival Art’Dougou s’est tenue à l’institut français de Bobo-Dioulasso le 11 janvier 2020. Pour cette 5e édition, en plus des expositions, il y a l’instauration du marché professionnel international des arts  « Le SOUK’Arts » qui est l’innovation majeure pour cette activité culturelle. L’association Teryuma en est la promotrice.

Assane Ouattara et Ousséni Ouattara communément appelés « les frères Ouattara » sont respectivement président et secrétaire général de l’association. « A chaque édition sa couleur », nous ont fait comprendre les plasticiens frères Ouattara. C’est pourquoi, ils ont initié un marché international d’art afin que les artistes puissent commercialiser leurs objets d’art et échanger sur les préoccupations culturelles actuelles dans la sous-région. Selon eux, il faut impliquer la population dans la culture et améliorer les échanges et les partages entre créateurs et acheteurs des œuvres d’art. L’association « Teryuma » célèbre la fête de l’art plastique.

Cet événement est un creuset de transmission de savoirs et d’expériences où différents artistes vont s’exprimer librement. « Nos ambitions premières, c’est de faire impliquer la population de Bobo et ses environnants parce que l’art plastique n’est pas encore compris », nous a fait savoir le président du festival Art’ Dougou, Assane Ouattara par ailleurs président de l’association Teryuma. Le festival continue à mobiliser les passionnées d’art jusqu’au 18 janvier 2020 à la Maison de la culture de Bobo-Dioulasso. Ousséni Ouattara et Assane Ouattara ont affirmé qu’ils envisagent poursuivre ce projet culturel pour accompagner les artistes plasticiens du Burkina Faso voire de la sous-région. Il pense également que le « Le SOUK’Arts » sera « un bol d’oxygène pour nous artistes plasticiens et  pour l’artisanat d’art ».

 

 

Franck Kafo E. ZERBO

Michel Kierou KI

(Stagiaires)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here