Centre est

Boulgou

Journée internationale de la femme rurale

Naaba Guiguempolé investit champion du plaidoyer pour l’accès à la propriété foncière aux femmes

Tenkodogo, (AIB) – La 22ème Journée internationale de la femme rurale (JIF) édition 2019 et la 2e au Burkina Faso, a été commémorée à Tenkodogo. Présidée par la Ministre de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire (MFSNFAH), Hélène Marie Laurence Ilboudo née Marchal, la cérémonie a été fortement marquée par la présence du Ministre d’État, Ministre de la Défense Nationale et des Anciens Combattants (MDNAC), Moumina Chériff SY et de nombreuses autres autorités.

Au Burkina Faso, les femmes sont les actrices de premier plan qui jouent un rôle crucial dans la production agricole, en dépit des charges familiales quotidiennes. Initié par le groupe «femmes en agriculture» de la Fédération Internationale des Producteurs, la 22e journée internationale de la femme rurale (JIF) constitue un cadre pertinent de réflexion sur les problématiques liées aux conditions de vie et de travail des femmes rurales et envisager des actions et solutions pérennes en vue d’améliorer leur condition. Les données de l’Institut national de la statistique et de la démographie (INSD), précisent que ces vaillantes femmes procèdent un savoir-faire traditionnel et font d’elles les piliers des ménages et assurent la résilience des foyers en temps d’insécurité alimentaire. Elles occupent aussi 60% des activités de production, génèrent 65% de la production nationale agricole, avec 70 à 80% de la main d’œuvre et retour, elles ne reçoivent que 4,3% des revenus agricoles. L’Enquête Démographique et de Santé de 2015 relève également que 10,5% des femmes possèdent individuellement des terres en milieu rural, ajouté au faible niveau d’accès des femmes aux facteurs de production, contre 45,5% chez les hommes. Selon le rapport bilan de distribution des engrais, matériels agricoles et animaux de traits, sur un total de 108 469 producteurs bénéficiaires, seulement 31 797 sont des femmes, soit 29,31%, pour la campagne agricole 2018-2019. Fort de ce constat, le gouvernement a entrepris plusieurs actions fortes pour l’amélioration de la situation de la femme rurale à travers notamment: l’adoption  de la politique nationale de sécurisation foncière en milieu rural dont l’un des principes directeurs est la prise en compte du genre et des groupes vulnérables; l’institution d’un quota de 30% de la propriété des terres aménagées par l’Etat au profit des femmes ; l’octroi d’équipements agricoles et des intrants aux groupements de femmes en milieu rural par le biais du Programme de Renforcement de la Mécanisation Agricole et le Programme Intégré d’Autonomisation de la Femme (PIAF). D’où le choix du thème: «La problématique de l’accès des femmes rurales aux facteurs de production : Quelles stratégies pour un accès équitable ?», en vue de mobiliser et interpeller davantage l’ensemble des acteurs du développement, sur la nécessité d’une meilleure prise en compte des femmes dans les politiques et programmes de développement et de leur accès aux terres. Cette réflexion répond aussi à l’initiative de l’Union Africaine relative à la campagne «confiner la houe manuelle au musée». L’objectif général de cette journée qui est commémorée pour la 2e fois au Burkina, vise à sensibiliser la population sur l’importance des facteurs de production pour  l’autonomisation économique des femmes rurales ; de promouvoir un accès équitable des moyens de production au profit des femmes rurales et proposer des stratégies appropriées en vue d’accroitre leur accès aux terres. L’une des activités phares de la commémoration de cette JIF, a été l’investiture de Sa Majesté Naaba Guiguempolé, Dima de Zoungrantenga, roi de Tenkodogo, champion du plaidoyer pour favoriser l’accès des femmes à la propriété foncière. «Majesté, les femmes du Burkina Faso souhaitent qu’il vous plaise, de sensibiliser vos pairs à la reconnaissance de leur droit foncier ; intensifier les plaidoyers pour favoriser leurs accès à la propriété foncière ; les accompagner à la sécurisation de leurs terres et usez de votre leadership en vue de garantir la protection de leurs possessions foncières», déclaré Laurence Ilboudo.

Bougnan NAON

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here