Plateau Central

Oubritenga

 

Projet de récupération des terres dégradées et d’augmentation de la productivité agro-sylvo-pastorale

Les activités du projet officiellement lancées à Ziniaré

Ziniaré, (AIB) – Le Ministre de l’agriculture et des aménagements hydro-agricoles,  Salif Ouédraogo a parrainé, mardi 02 Juillet 2019 à Ziniaré au Plateau Central, le lancement officiel du projet de récupération des terres dégradées et d’augmentation de la productivité agro-sylvo-pastorale « BEOG PUUTO » ou les champs de l’avenir.

Le projet de récupération des terres dégradées et d’augmentation de la productivité agro-sylvo-pastorale « BEOG PUUTO » ou les champs de l’avenir se veut d’apporter une réponse durable à la dégradation des terres et à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle qui affectent  les communautés burkinabè. Et comme la mise en œuvre d’un tel projet nécessite l’implication effective de tous les acteurs, il était impérieux de présenter son contenu en vue permettre son appropriation par tous les acteurs concernés. Ce qui leur permettra de jouer pleinement leur rôle pour la mise en œuvre réussie du projet, d’où cette cérémonie de lancement officiellement. « Pratiquer l’agriculture autrement pour nourrir 50 000 ménages soit 350 000 personnes dans les 30 communes de 4 régions du Burkina, voici le pari que SOS Sahel et de ses partenaires pour les 5 prochaines années. A termes, le projet Beog-Puuto devrait induire les impacts suivants : 30% des superficies de terres dégradées restaurées, réduction de la période de soudure des ménages cibles à 3 mois, 60% de 5 000 jeunes producteurs encadrés dans les zones cibles ont développé un système agroforestier économiquement viable (humain, financier), 40% de femmes sont représentées dans les instances de gestion des organisations locales de développement  dans la restauration des terres » a indiqué  M Sanou.

Pour M Adama Doulkom, Coordonnateur national de l’IGMVSS, ce projet vient compléter la liste des différents appuis et permettre de renforcer l’édification de la Grande  Muraille Verte au Burkina Faso. « Beog-Puuto, comme son nom l’indique est un projet futuriste. C’est que nous voulons que les champs de demain soient un projet ambitieux visant, entre autres, de réduire la vulnérabilité des 50 000 ménages soit 350 000 personnes dans 30 communes, à travers : la restauration de 30 000 ha de terres, le développement de 7 fermes pilotes, la mise en place de 2 000 ha de périmètres irrigués au bénéfice de 2 400 femmes, la création de 15 centres de services agro-sylvo-pastoraux, le renforcement des capacités des communes en matière de planification territoriale » a précisé la Chef de la coopération de l’Ambassade de Suède au Burkina Faso, Mme Susanna Hugues. Elle s’est particulièrement réjouie du fait que parmi les objectifs, les femmes sont des bénéficiaires privilégiées du projet.

Pour la mise en œuvre réussie de ce projet, le Ministre Salif a lancé un vibrant appel à l’ensemble des partenaires pour plus d’actions en faveur de la bonne maîtrise communal. A tous les acteurs impliqués dans la mise en œuvre des activités du projet Beog-Puuto, il les a invités à un engagement inébranlable afin que les trente (30) communes ciblées voient leurs conditions agro-sylvo-pastorales s’améliorer. D’une durée de 5 ans (1er Janvier 2019 – 31Décembre 2023), le coût global du projet Beog-Puuto est de 12 445 941 198 FCFA, financé par l’Ambassade de Suède au Burkina Faso. Ses zones d’intervention sont trente (30) communes des régions du Centre Nord, de l’Est, du Nord et du Plateau Central. Il est mis en œuvre par un consortium de 5 partenaires que sont : SOS Sahel International France, SOS Sahel International Burkina Faso, Terre Verte, la Grande Muraille Verte et la Direction générale des aménagements agricoles et du développement de l’irrigation (DGAHDI).

Abdias Cyprien SAWADOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here