Lutte contre le sida dans les Hauts-Bassins

Des groupes cibles sont dans le viseur

 

La session ordinaire du Comité régional de lutte contre le sida et les IST (CRLS-IST) dans les Hauts-Bassins s’est tenue, le 12 février 2019 à Bobo-Dioulasso. Cette cérémonie a été présidée par le gouverneur des Hauts Bassins, Antoine Atiou.

                                           

Le plan national multisectoriel de lutte contre le VIH, le Sida et les IST 2018 a été adopté au cours des travaux de la 17e session ordinaire du CNLS-IST tenue à Ouagadougou, le 25 octobre 2018. La mise en œuvre de ce plan a été faite à travers les programmes prioritaires déterminés suivant les trois axes du Cadre stratégique National-SIDA 2016-2020. Ses objectifs sont : « Réduire les nouvelles infections à VIH face au risque de rebond de l’épidémie, et à la propagation des IST », « Améliorer l’accès et la qualité des services de soins, de traitement, de soutien des personnes infectées et affectées par le VIH et leur intégration dans les systèmes de protection sociale » et « Améliorer la gouvernance et la gestion de l’information stratégique pour une réponse nationale au VIH efficace et efficiente ». La rencontre du 12 février 2019 à Bobo-Dioulasso avait donc pour objectif de faire le bilan des activités de lutte contre le Sida au cours de l’année 2018 dans la région des Hauts-Bassins et d’échanger sur les orientations de l’année 2019, selon la cheffe d’antenne SP/CNLS des Hauts Bassins, Larou Suzanne Sidibé. Un bilan de la situation épidémiologique du Burkina Faso et de la région des Hauts Bassins a été présenté au cours de la session suite aux activités de prévention conduite dans la région. Selon elle la tendance de la situation épidémiologique est à la baisse. Elle a laissé entendre que des groupes ont été définis dans le cadre stratégique. Il s’agit, a-t-elle précisé, des travailleuses de sexes, des homos sexuels, des détenus, des transporteurs routiers, des orpailleurs,  du personnel de soins et des personnes vivants avec un handicap, ou la prévalence est au-dessus de 1%. Selon elle les prévalences au niveau de ces groupes sont supérieures à la prévalence nationale qui est de 0,7%. A l’entendre leurs interventions seront axées sur ces groupes en vue de relever le défi des « 3*90 » fixé en fin 2020. Le gouverneur de la région des Hauts Bassins, Antoine Atiou, président du (CRLS-IST), dit veiller à la mise en œuvre du Cadre stratégique national. Il exhorte les membres à s’approprier les nouveaux enjeux de la riposte nationale au VIH et à examiner les documents soumis à leurs appréciation en vue de formuler des recommandations pour améliorer les interventions futures au niveau régional.

 

Maoua Leilatou ZON

(Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here