Nouveau gouvernement

Des Bobolais  déclinent leurs attentes

 

 Depuis le jeudi 24 janvier 2019, le gouvernement du Premier ministre Christophe Dabiré est en place. Dans un contexte où les attentes des burkinabè sont aussi variées que pressant, des bobolais ont accepté de s’exprimer là-dessus.

 

Michel Badiara (député UNIR /PS) : « …le gouvernement doit travailler à instaurer la sécurité ».

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tout d’abord, nous allons souhaiter bonne chance à la nouvelle équipe.  Ce gouvernement doit travailler à consolider les acquis du gouvernement Paul  Kaba III. Mais le gouvernement aura besoin de tous les burkinabè, pour réussir à relever les différents défis en perspectives. Il y a beaucoup de défis à relever notamment le défi sécuritaire et la relance économique. L’état d’urgence est décrété dans 14 provinces du pays, ce qui freine les mouvements des populations de ces localités. Donc le gouvernement doit travailler à instaurer la sécurité. Pour relancer l’économie, il faut que chacun soit libre de ses mouvements. Lorsqu’on n’est pas libre de ces  mouvements, mener une activité devient difficile.

 

 Docteur Edgar Traoré  (généticien) : « il ne faut que d’autres rament à contre-courant »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Ce que nous attendons, c’est la paix et la sécurité dans le pays. Il faut qu’il y ait  l’unité entre les fils du Burkina. Les partis politiques doivent travailler ensemble pour la cause nationale et se soutenir mutuellement. Pour moi, ce n’est pas une question d’hommes. Je ne suis pas un homme politique, mais je crois sincèrement que Paul Kaba avait la bonne volonté. Mais pendant  que Paul Kaba travaillait, il y’a des gens qui passent tout le temps à saper ses efforts. Il faut que tous les politiciens pensent à la population. Il faut qu’ils travaillent à instaurer l’autorité de l’Etat. Aujourd’hui, notre vivre ensemble est menacé. Il ne faut pas que d’autres rament à contre courant, tout  le monde doit se  mettre  dans le travail. Roch Marc Kaboré a été  élu par une majorité des burkinabè, il faut que le reste de la population l’accompagne dans ces œuvres durant son mandant.

 

François Traoré ancien président de l’UNPCB) :« il faut crédibiliser le pays aux yeux des partenaires ».

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le nouveau gouvernement doit travailler à relancer l’économie, relever le défi sécuritaire et crédibiliser le pays aux yeux des différents partenaires. Ce gouvernement doit prendre en compte les préoccupations de la population. Le président sait pourquoi il a nommé de nouvelles personnes. Nous espérons qu’ils pourront travailler à sortir le pays de l’impasse dans laquelle il se trouve.

 

Zerbo Moussa député UPC : « il faut trouver une solution pour les élèves qui ne partent plus à l’école »

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je félicite le nouveau gouvernement et je leur souhaite plein succès. Le nouveau gouvernement doit relever le défi sécuritaire. La question de l’insécurité menace le vivre ensemble et la cohésion sociale. Par ailleurs, le gouvernement doit songer à la relance économique pour un développement durable. Aussi, le domaine de l’éducation car il y a des milliers d’enfant qui ne vont plus à l’école, le gouvernement doit donc s’atteler à résoudre ce problème car ses enfants sont des bombes à retardement. Le domaine de la santé doit également être pris en compte car un peuple malade est un peuple qui ne peut pas s’épanouir.

 

Zouma Salif commerçant : « …nous souhaitons la relance économique»

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tout d’abord, on leur souhaite beaucoup de chance, de courage et d’abnégation dans leur travail. Mais  en tant qu’équipe rentrante, nous souhaitons la relance économique. Nous sommes illettrés, mais étant dans le commerce, je pense qu’il y’a beaucoup de taxes, ceux qui partent chercher leurs marchandises à l’extérieur  payent déjà les taxes. Nous  prenons chez ces derniers, et l’Etat veut qu’on paie encore des taxes. Ces taxes deviennent insupportables, ce qui provoque la fraude, et cette fraude tue l’économie. Nous souhaitons que l’Etat opte pour que les revendeurs payent les taxes par an avec une somme fixe. Si les commerçants payent les taxes, l’Etat va gagner  et les vendeurs gagneront. Sinon tout devient difficile, il faut aussi que le gouvernement pense à trouver une solution par rapport de l’insécurité.

 

Sawadogo Daouda  commerçant: « le Burkina est un pays hospitalier n’est pas un vain mot »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous souhaitons qu’il y’ait l’unité entre tous les burkinabè. Le burkinabè est travailleur, il faut que le nouveau premier ministre rejette la division. Notre pays est hospitalier  depuis la nuit des temps, lorsqu’un étranger vient ici, il est bien accueilli, et il se sent comme chez lui. Nous étions enviés par nos voisins, mais depuis quelques temps ce vivre ensemble est à épreuve. Les yeux de tous les pays sont rivés sur nous ce qui est une mauvaise chose. Une seule personne ne peut redonner cette image positive. C’est le travail de tout le monde  donc il faut qu’il y’ait de l’inclusion  pour qu’ensemble, nous puissions amorcer la relance de l’économie. Toutes les autorités doivent s’entendre, il faut qu’elles se parlent dans la franchise. Si elles arrivent à aplanir les différends, le bas peuple sera le grand gagnant.

Propos recueillis par Alebrt Sankara

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here