Gestion durable des ressources forestières

Le Luxembourg apporte un troisième projet

 

Le ministère en charge de l’environnement  a procédé le vendredi 18 janvier 2019, à Bobo-Dioulasso, au lancement d’un nouveau projet. Ce projet, dénommé  « Appui à la gestion durable des ressources forestières »  (AGREF), est  financé par la coopération luxembourgeoise, et est prévu pour se dérouler de 2018 à 2021.

 

Après les projets « BKF/007 » et « BKF/012 », la coopération luxembourgeoise poursuit son appui en faveur de l’environnement. Un troisième projet dénommé « Appui à la gestion durable des ressources forestières (AGREF) » vient d’être officiellement lancé le vendredi 18 janvier 2019, à Bobo-Dioulasso. La cérémonie de lancement a été présidée par le ministre de l’environnement, de l’économie verte, et du changement climatique, Batio Bassière. Selon le ministre, AGREF est une initiative de préservation, de conservation, et de valorisation des ressources naturelles. Une initiative qui, a-t-il dit, vise à améliorer la gestion des ressources forestières. Ledit projet est prévu se dérouler de 2018 à 2021 et est majoritairement financé par la coopération luxembourgeoise à hauteur de 17 millions d’euros. Il est structuré en quatre grandes composantes dont la première intitulée « Gestion durable des ressources fauniques », la deuxième « Gouvernance environnementale et développement durable », la troisième, « Economie verte et changement climatique », et la quatrième, « pilotage et le soutien ».

 

De nombreuses attentes

 

A entendre Bissière Batio, nombreuses sont les attentes à la fin de ce projet. AGREF devrait alors permettre l’élaboration de 14 plans de gestion des chantiers d’aménagement forestiers, la construction et l’équipement de 15 postes forestiers et 30 postes de contrôle, et la création et protection de 115 espaces de conservation au profit des collectivités territoriales.

Sans oublier la collection et la transformation de produits forestiers non ligneux et la mise en œuvre du plan de formation du personnel du ministère. Le ministre Batio a rappelé que de par le passé, la coopération  luxembourgeoise a permis le financement du Programme d’appui au secteur forestier (PASF) sur la période de 2013 à 2017. Un programme dont la mise en œuvre a permis d’engranger des résultats intéressants. Il a cité entre autres, l’élaboration et la mise en œuvre de 15 plans d’aménagement et de gestion des chantiers d’aménagement forestier et l’établissement de l’état des lieux de 1053 espaces de conservation d’une superficie de 108 116 hectares.

A cela s’ajoutent, la certification et la labélisation de produits forestiers non ligneux, et la conception et la mise en œuvre du mécanisme pilote du Fonds d’investissement pour l’environnement (FIE), dénommé Pré-FIE. Au cours de la cérémonie de lancement, 150 motos et 10 véhicules neufs ont été remis aux services techniques de trois directions régionales, l’Est, le Centre-Ouest, et les Hauts-Bassins. C’était donc une occasion pour le chef du département de l’environnement, de remercier le Grand-Duché de Luxembourg pour le financement consenti pour la réalisation de ce programme, tout en promettant une gestion rigoureuse et vertueuse de ces ressources.

Le coordonnateur de AGREF, Michel Ouaba, a aussi reconnu que l’appui financier du partenaire vient à point nommé, vues les ressources souvent limitées du ministère. « Nous avons toutes les compétences techniques nécessaires pour mettre en œuvre  un tel programme, mais les ressources financières font défaut » a-t-il fait savoir. Le chargé d’affaires  luxembourgeois, Max Lamesch, s’est réjoui de la poursuite de la coopération entre les deux pays, qui dure déjà 20 ans. Il rappelé que dans le cadre de cette coopération, près de 20 milliards ont été investis dans la gestion durable des ressources naturelles.

 

Alpha Sékou BARRY

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here