Agences de l’eau des Cascades et du Mouhoun

Les « CLE » satisfaits des réalisations d’un projet

Le consortium composé de l’ONG « Eau vive internationale » et des Agences de l’eau des Cascades (AEC) et du Mouhoun (AEM), a organisé une rencontre-bilan du projet « Poursuivre et renforcer l’opérationnalisation de la GIRE intégrant les droits humains et le genre dans les espaces de compétence des agences de l’eau des cascades (AEC) et du Mouhoun (AEM) ». C’était le vendredi 24 juin 2022 à Bobo-Dioulasso, en présence des bénéficiaires issus des différents Comités locaux de l’eau (CLE).

 

Débuté en décembre 2018, le projet « Poursuivre et renforcer l’opérationnalisation de la GIRE intégrant les droits humains et le genre dans les espaces de compétence des agences de l’eau des cascades (AEC) et du Mouhoun (AEM) » prend fin ce mois de juin 2022. Pour faire le point des activités menées au cours de ces 42 mois, le consortium composé de l’Organisation non gouvernementale (ONG) Eau vive international et des Agence de l’eau des Cascades et du Mouhoun, ainsi que les bénéficiaires du projet se sont réuni ce vendredi 24 juin 2022 à Bobo-Dioulasso.

Le bilan du projet est satisfaisant, à entendre le Directeur-pays de l’ONG Eau vive international, Dieudonné Bationon, au regard des différentes réalisations sur le terrain. En effet, M. Bationon a laissé entendre que ce sont environ 162 personnes formées, 30 km de balises, 20 km de sites antiérosifs, 6 puits pastoraux et 5 puits maraichers réalisés, de même que 15 000 plants mis en terre. Pour le haut-commissaire de la province de la Léraba, Adjara Kientéga, par ailleurs présidente du Comité local de l’eau (CLE) « Noula », les résultats sont satisfaisants.  « Avec une dotation d’environ 14 millions de F CFA, le projet nous a permis de confectionner des cordons pierreux, d’extraire de plantes envahissantes sur deux mares », a-t-il soutenu.

Même sentiment de satisfaction pour le haut-commissaire de la province de la Bougouriba, Raphaël Zoungrana. Pour lui, outre les voyages d’études et les renforcements de capacités, le projet a assuré l’implantation d’une machine pour le traitement de l’or sans utiliser de produit chimique au profit d’orpailleurs de la province. Selon Lassina Sanou, membre du CLE du Kou, le projet a permis, entre autres, de vulgariser leurs activités, sensibiliser les membres du CLE et creuser des puits pastoraux au profit des éleveurs.

Les bénéficiaires, ont salué les efforts fournis par les bailleurs de fonds et les partenaires techniques. Ils ont aussi plaidé pour la poursuite du projet et son élargissement aux populations qui n’ont pas pu bénéficier de la présente session. Quant à la suite probable du projet, les organisateurs ont dit souhaiter une autre phase afin de consolider les acquis déjà engrangés.

Alpha Sékou BARRY

                                               Fatoumata Raïssatou TOE (Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here