Résorption des classes sous paillote

 

Le ministre Ouaro sur les chantiers des infrastructures dans la commune de Boni

 

Le ministre de l’Education Nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales (MENAPLN), Stanislas Ouaro a procédé le 25 juin 2020, à la visite des infrastructures scolaires construites dans la commune de Boni pour résorber les classes sous paillote dans la province du Tuy.

 

Le Burkina Faso est engagé avec le soutien financier de son partenaire, la République populaire de Chine, à mettre fin aux classes sous paillote dans toutes ses provinces. A cet effet, le ministre de l’Education Nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues Nationales (MENAPLN), Stanislas Ouaro s’est rendu le jeudi 25 juin 2020, dans la commune de Boni à environ 15 kilomètres de Houndé, chef-lieu de la province du Tuy. Selon le ministre, l’objectif est de visiter une réalisation d’infrastructures scolaires dans le cadre de l’engagement du chef de l’Etat  à  résorber les classes sous paillote. Dans la province du Tuy, il s’agit de quatre écoles qui sont concernées par le projet  à savoir l’école « A » de Dossi et celle de Saho dans la commune de Boni et les écoles de Bonza-Pougouli et de Gbatari dans la commune de Koti.

Dans le village de Dossi,  où  la délégation ministérielle à visiter  le  chantier des infrastructures  de  l’école « A », le Pr Ouaro s’est dit heureux de constater que  la construction  des infrastructures est achevée. Il s’agit d’un complexe  scolaire composé de 3 salles de classe équipées de plaque solaire, d’un bureau, d’un magasin, des latrines et d’un forage. A l’école « A » de Dossi, les classes sont entièrement construites et elles n’attendent plus qu’à être équipées. « Il reste les équipements mais l’entreprise nous a rassuré qu’elle a commencé à équiper les sites difficilement accessibles en périodes d’hivernage pour venir équiper les autres sites accessibles » a-t-il expliqué.

 

Des efforts à poursuivre

 

Le ministre Stanislas Ouaro a, en outre, rassuré  qu’en principe, les élèves seront tous dans leurs classes, à la rentrée scolaire prochaine. A l’en croire, le taux de réalisation de l’engagement du chef de l’Etat dans la lutte contre les classes sous paillote se situe à un peu plus de 73%. « Les efforts vont se poursuivre pour que demain, il n’y ait plus de classes sous paillote » a-t-il expliqué. Tout en demandant, d’ores et déjà, aux bénéficiaires de prendre soin de ce joyau, le ministre a exhorté les parents d’élèves à soutenir les enseignants afin qu’ils puissent donner des cours dans de bonnes conditions en vue de former les élèves de façon  qualitative.

Le maire de la commune de Boni, Clément Sinkondo s’est réjoui de la construction des complexes scolaires dans sa commune. Il a, par ailleurs remercié le gouvernement ainsi que le partenaire technique et financier à savoir la République populaire de Chine. Selon lui, ces infrastructures vont permettre la résorption des classes sous paillote dans sa collectivité. L’occasion faisant le larron, clément Sinkondo, en a profité pour soumettre au ministre en charge de l’éducation, quelques préoccupations dont la réalisation de nouvelles infrastructures à l’école Ade Dossi et la normalisation de l’école « A » de Boni  afin de désengorger ces deux écoles.

Babou   Eric BAZIE / (AIB-Tuy)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here